Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Joseph Kabila fait l'état de la Nation ce jeudi 6 décembre devant le Parlement réuni en Congrès

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 4 décembre 2007

L'article 77 de la Constitution stipule : « Le Président de la République adresse des messages à la Nation. Il communique avec les chambres du Parlement par des messages qu'il lit ou fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat. Il prononce, une fois l'an, devant l' Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, un discours sur l' état de la Nation ». Le Congrès est devenu une réalité depuis le mois d'octobre avec l'adoption de son règlement intérieur .

Le chef de l'Etat obéit tout simplement à une disposition constitutionnelle. Mais le choix de cette journée du 6 décembre coïncide également avec la date anniversaire de son investiture en qualité de président de la République. Le 6 décembre, il aura totalisé un an au terme du second tour de l'élection présidentielle du 29 octobre 2006.

Mais que va dire le chef de l'Etat ? C'est la grande interrogation.

Conformément à l'article 114 de la Constitution, l'Assemblée nationale et le Sénat s'étaient réunis pour se doter du Règlement intérieur du Congrès. Chose faite. Le Congrès est désormais une réalité. Aussi, en vertu de l'article 77, alinéa 3, le président de la République est appelé à prononcer un discours sur l'état de la Nation. Le Congrès se réunit sur les matières portant révision constitutionnelle, proclamation de l' Etat d'urgence, discours sur l'état de la Nation - comme c'est le cas maintenant- et désignation de trois membres de la Cour constitutionnelle.

Aussi, le chef de l'Etat a-t-il choisi la date du 6 décembre pour s'acquitter de cette obligation constitutionnelle. Une date pas comme les autres dans la mesure où elle marque également un an d'exercice des fonctions présidentielles après la prestation de serment constitutionnel de Joseph Kabila Kabange, en sa qualité de président de la République issu des élections.

Evidemment, la question fondamentale est celle de savoir de quoi le président de la République va parler. Quel est l'état exact de la Nation ? Dressera-t-il un bilan d'une année de son entrée en fonction ? Autant d'interrogations pertinentes.

LE DISCOURS DU 6 DECEMBRE 2006 : LA FIN DE LA RECREATION

Dans son discours d'investiture, le chef de l'Etat s'était empressé de souligner que son rôle dans la nouvelle configuration est de « conforter la refondation de l'Etat et de susciter une révolution profonde de mentalité ». Il avait promis de veiller au maintien de l'unité et de la cohésion nationales retrouvées. Aussi, devrait-il s'inscrire « résolument dans une politique de régénération et de mobilisation des énergies, visant à impliquer tous les Congolais dans l'exaltante tâche de construction de notre devenir collectif ». Et d'enchaîner : « Je me permets de visualiser ce Congo de demain et vous demande de partager avec moi ce regard. Je vois un Congo où chaque jour, le peuple se remet au travail, renversant les paramètres de la pauvreté en chantier de prospérité ». Il s'agira donc, avait dit le chef de l'Etat, d'engager les travaux de réhabilitation des infrastructures des voies de communication ainsi que les projets agricoles de grande envergure, la réforme du système éducatif, des soins de santé, l'accès à l'eau potable, la lutte contre la pauvreté, l'injustice, etc.

Cependant, le chef de l'Etat avait ajouté que l'on ne peut atteindre cette ambition qu'à la seule condition d'un changement plus profond et substantiel dans notre perception de l'action publique. « Pour cela, avec l'accord de tous, j'annonce aujourd'hui, la fin de la récréation afin que le peuple puisse se consacrer entièrement au travail et ce, dans la paix et la tranquillité. Pour les objectifs de paix et de consolidation de la Nation, je consacrerai toute mon énergie à lutter contre l'intolérance et l'exclusion qui ne font pas partie de nos moeurs et coutumes mais qui sont souvent les germes des conflits. Il en est de même de la lutte contre l' impunité et l' immoralité politiques qui sont malheureusement enracinées dans le sol politique congolais ».

De ce fait, le chef de l'Etat avait placé son mandat sur la trilogie suivante : Bonne gouvernance, Démocratie et respect des droits de l'homme, qualifiés par lui comme les « piliers principaux de la gestion moderne de l' Etat et de la coopération entre les Nations ».

Aussi, s'était-il empressé de dénoncer un fléau qui est à la base du ralentissement total de notre développement : « Je veux parler de la corruption. La lutte contre la corruption sera également un des segments prioritaires de mon mandat. Sous mon impulsion, un travail rigoureux de réforme de cette Administration doit s'effectuer en même temps que le renforcement des capacités institutionnelles de l'Etat et des acteurs non étatiques pour justement s'attaquer aux causes profondes de la mauvaise gouvernance ».

C'est alors qu'il est arrivé à parler de l'Opposition politique : « C'est pourquoi, je réaffirme ici le statut constitutionnel de l'Opposition politique qui doit jouer son rôle de contrepoids institutionnel, et j'ai foi en l'attitude responsable qu'elle affichera. J'invite également tous les leaders d'opinion à jouer pleinement leur rôle quant à la formation civique et à la conscientisation de la population aux valeurs démocratiques et de paix. En ce qui concerne la sécurité de l'Etat, je rassure les Congolaises et les Congolais de ma ferme volonté d'éradiquer toute forme d'insécurité et de terrorisme urbain. Ce qui se passe actuellement à l'Est du pays, avec les bandes armées qui n'ont pas encore compris que ce temps est révolu, sera ma préoccupation principale ».

Evidemment, le chef de l'Etat ne pouvait que déboucher sur le développement économique : « Les efforts pour l'assainissement du cadre macro-économique financier et monétaire doivent être rigoureusement poursuivis pour que la relance économique qu'attend le Peuple congolais ne demeure pas le fait des statistiques et des chiffres, mais qu'elle se concrétise par la création d'emplois, dans le panier de la ménagère et l'assiette de l' huissier. A cet effet, les synergies positives entre les secteurs public et privé doit être encouragée ». Il a terminé son discours par le volet diplomatique en rappelant la position géostratégique de la RDC au coeur de l'Afrique. Une position qui lui permettra de reprendre sa place pour jouer le rôle que l'Afrique et le monde attendent d'elle. « Raison pour laquelle nous devons inaugurer maintenant une diplomatie de développement, en lieu et place d'une diplomatie de simple représentation », avait-il dit.

CONFERENCE DE PRESSE DU 13 SEPTEMBRE : LES GRANDS TRAVAUX AVANT FIN 2007

Autre circonstance à travers laquelle le chef de l'Etat s'est adressé à la Nation, c'est le point de presse du 13 septembre 2007. Plusieurs points ont été évoqués au cours de cette rencontre avec la presse. Notamment le cas Bemba qui, selon le chef de l'Etat, concerne le Sénat et la Justice. Mais la presse avait voulu savoir ce qui a été déjà réalisé depuis son investiture. Le président de la République avait répondu qu'il y avait les « Cinq chantiers » qui constituent désormais un vaste programme adopté part le gouvernement. Il avait précisé qu'il faut beaucoup de moyens chiffrés en termes de milliards de dollars américains avant de souligner et de rassurer « avoir trouvé des moyens avec un montage financier ». Et de renchérir : « Les Cinq chantiers, ce n'est pas du tout une illusion, c'est un programme qui nécessite beaucoup de moyens. Avant 2007, on va commencer la construction de la route Bukavu - Kavumu, poser la pierre au niveau de la route Kasumbalesa - Lubumbashi, démarrer les travaux de l' autoroute Aéroport de N'Djili- Centre-ville à Kinshasa dont les études de faisabilité sont terminées », avait annoncé le chef de l'Etat qui a précisé en outre que « D'ici 2010 ou 2011, on va connecter le pays de l'Est à l' Ouest, du Nord au Sud, si pas la totalité mais au moins la moitié du réseau ». Il avait également saisi cette opportunité pour annoncer une série d'actions à mener sur le barrage de Katende en vue de la fourniture de l'énergie. Il s'était attardé également, au cours de ce point de presse sur l'application du Barème de Mbudi avec le paiement du premier palier avant d'affirmer que sa détermination que le Congo sera modernisé et que la mise en place dans les entreprises publiques devrait intervenir au plus tard avant la fin du mois de septembre 2007.

L'ETAT D LA NATION : LE BILAN

Ce rappel permet d'avoir une idée des points sur lesquels le chef de l'Etat aura à s'appesantir. Il ne manquera pas de relever ce qui a été fait et ce qui ne l'a pas encore été. Donner les raisons des travaux non amorcés.

La sécurité accaparera certainement une bonne partie de son discours avec la poursuite des combats au Nord-Kivu. Il évoquera incontestablement les Accords de Nairobi et de Ngurdoto (Arusha) avec le Rwanda et l'Ouganda. Malgré trous ces accords, les pays voisins n'ont jamais cessé leur soutien aux groupes armés. En plus, il s'attardera sur les Interahamwe. L'aide insuffisante de la Communauté internationale a bloqué ce dossier. Y a-t-il duplicité pour affaiblir la RDC, démoraliser les FARDC ? La question reste posée. Probablement que le chef de l'Etat pourrait saisir cette opportunité pour décréter « l'Etat d'urgence » conformément à la Constitution et face à cette menace contre la RDC.

Sûr qu' il ouvrira aussi un chapitre sur la pétition portant révision de la Constitution. L'eau a beaucoup coulé sur le pont à cause de cette question et son point de vue est très attendu.

Au plan économique, le président de la République va rassurer incontestablement les partenaires traditionnels. Parachever ce qui a été récemment fait à Paris lors de la réunion du Groupe Consultatif des bailleurs de fonds de la RDC. Les rassurer sur l'accord signé avec la Chine. D'ailleurs, les copies de cet accord ont été remises au FMI et à la Banque mondiale sur insistance des bailleurs de fonds. Preuve manifeste qu'il n'y a rien à cacher et que la RDC ne recherche qu'à créer de synergies pour accélérer son développement. L'on s'attend aussi à ce que le chef de l'Etat dégage les perspectives d'avenir de manière à rassurer les uns et les autres. Un grand rendez-vous attendu avec beaucoup d'impatience.


Autres articles


  1. L'armée repousse une nouvelle attaque des miliciens à Uvira (28 septembre 2017)
  2. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  5. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  6. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  7. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  8. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  9. Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe (28 novembre 2014)
  10. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  11. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  12. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  13. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)
  14. Goma: marche de colère des épouses des militaires après la mort du général Bahuma (3 septembre 2014)
  15. Commandant des FARDC au Nord-Kivu, le général Bahuma est décédé (31 août 2014)
  16. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  17. Fête de l'indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa (30 juin 2014)
  18. Joseph Kabila place la fête de l'indépendance sous le signe d'un hommage « vibrant » aux FARDC (29 juin 2014)
  19. Nord-Kivu: accrochage entre militaires congolais et rwandais à Kabagana (11 juin 2014)
  20. L'Afrique du Sud étend la mission de ses soldats en RDC jusqu'en 2015 (25 mars 2014)
  21. Les FARDC ont pris le dernier bastion des rebelles de l'ADF à Makoyoya 3 (12 mars 2014)
  22. Les FARDC délogent les miliciens APCLS de Nyabiondo (18 février 2014)
  23. Amnistie 2014: l'ONU applaudit, les Congolais dubitatifs (6 février 2014)
  24. Assassinat de Mamadou Ndala: le gouvernement induit en erreur sur l'implication des ADF-NALU, selon Mende (22 janvier 2014)
  25. Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni (2 janvier 2014)
  26. Pas d'accord de paix avec les rebelles vaincus du M23, dit le gouvernement congolais (12 novembre 2013)
  27. Il n'y aura pas d'accord entre la RDC et le M23 à Kampala mais plutôt une déclaration, selon Mende (6 novembre 2013)
  28. Les FARDC reprennent au M23 la colline stratégique de Mbuzi (4 novembre 2013)
  29. Message de Joseph Kabila à la nation après la victoire des FARDC contre les rebelles du M23 (30 octobre 2013)
  30. Les FARDC libèrent Bunagana, le dernier bastion des rebelles du M23 (30 octobre 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.