Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Affaire Mirindi à Goma, le CNDP de Nkunda suspend tout !

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 10 janvier 2008

Kambasu Ngeze, Chef de délégation du CNDP, le mouvement politico-militaire du général déchu Laurent Nkunda exigerait  de nouvelles garanties de sécurité. L'option de suspendre la participation aux travaux de Goma est, pourtant, consécutive à un simple problème de vérification d'identité, soutient Kemal Saiki, le porte-parole de la Monuc. Non, rétorque Séraphin Mirindi qui dit avoir été « arrêté » en lieu et place d'un certain colonel Georges Mirindi, un condamné à mort pour complicité à l'assassinat de Mzee Kabila. Ruberwa et Kamhere ont,  toutefois, parlé en l'absence des délégués du CNDP. Kambasu Ngeze, Chef de délégation du CNDP, le mouvement politico-militaire du général déchu Laurent Nkunda exigerait de nouvelles garanties de sécurité. L'option de suspendre la participation aux travaux de Goma est, pourtant, consécutive à un simple problème de vérification d'identité, soutient Kemal Saiki, le porte-parole de la Monuc. Non, rétorque Séraphin Mirindi qui dit avoir été « arrêté » en lieu et place d'un certain colonel Georges Mirindi, un condamné à mort pour complicité à l'assassinat de Mzee Kabila. Ruberwa et Kamhere ont, toutefois, parlé en l'absence des délégués du CNDP.
Tout est parti d'un incident autour de la personne de Séraphin Mirindi. M. Kambasu, Chef de la délégation du Conseil National pour la Défense du Peuple, l'a annoncé ce jeudi à Goma. Désormais, dit-il, « nous sommes en concertation avec les organisateurs de la conférence et les responsables du gouvernement pour qu'ils nous donnent des garanties de sécurité ». Pour lui, en effet, « c'est très grave. Comment peut-on vouloir arrêter un membre d'une délégation venu à une conférence sur la paix ? Et c'est pourquoi, la direction du CNDP a décidé de suspendre sa participation ». Voilà tout. Mais pour cerner les contours de cette affaire apparemment anodine, Kambasu explique que cette décision a été prise à la suite de « l'arrestation » de M. Séraphin Mirindi pris à tort pour un homonyme recherché depuis 2001 dans le cadre du procès sur l'assassinat de Mzee, pour complicité. A l'AFP, Mirindi raconte que le mercredi, il avait été appelé à sortir d'une réunion par un responsable des affaires politiques de la Monuc qui voulait vérifier son identité, à la demande, semblerait-il, d'un proche du Président Kabila. Ce dernier, précise Mirindi, « m'a dit que j'étais en état d'arrestation pour avoir participé à l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila. J'ai dit que je ne comprenais pas. Et il s'est rendu compte que la personne recherchée était un certain colonel Georges Mirindi et non pas moi ».
Faux, réplique la Monuc
Le démenti cinglant de la Monuc ne s'est pas fait attendre. Sous toutes ses formes, Kemal Saïki, le porte-parole, rejette toutes allégations tendant à fomenter la thèse d'une arrestation ou interpellation. « Il n'y a eu aucun incident grave. On a demandé à la Monuc de procéder à une vérification d'identité. Personne n'a été intimidée, ni menacée, ni arrêtée », râle-t-il, la main sur le c?ur en invitant le CNDP à fonder les raisons de cette suspension ailleurs.
Les vues de Ruberwa et Kamhere sur la paix au Kivu
Les élucubrations des hommes fidèles à Laurent Nkunda n'ont pas ébranlé le reste des participants à la conférence. Hier, l'un des ténors du RCD, Me Azarias Ruberwa, a planché sur la problématique de la sécurité, les causes et le plaidoyer en faveur de la paix ». Il a trouvé la première explication des troubles à la paix dans le fait que toutes les guerres de libération ou d'agression en RD. Congo, ont eu pour berceau, les deux provinces jumelles du Nord et Sud-Kivu. Il a recommandé aux délégués à cette conférence de capitaliser ce temps historique pour mettre un terme au couple insécurité-pauvreté qui a pris racine depuis des années, dans cette partie du pays. La prévention et la réconciliation sont les deux remèdes préconisés par le Président National du RCD, un ex-mouvement rebelle pro-rwandais devenu grâce à la magie de Sun City, un parti politique oeuvrant en terre congolaise, conformément aux lois de la République. Pour sa part, Kamhere toujours vital, a brossé un tableau sombre des événements ayant émaillé l'histoire récente de la RD. Congo. Kamhere conseille qu'une dose de tolérance soit de mise en vue d'écouter sans peur ceux qui sont impliqués dans l'insécurité dans la région. Il faisait ainsi allusion aux nombreux groupes armés qui, à son avis, devraient avancer les raisons pour lesquelles ils recourent nécessairement aux armes. Il leur a demandé, par ailleurs, eux, les groupes armés, de présenter un plan de désengagement de leurs troupes, de décréter un cessez-le-feu et de s'impliquer, une fois pour toutes, dans le vaste programme de désarmement, démobilisation et réinsertion. Avec le fonds tiré de la sollicitude internationale, Ntumba Lwaba les attend fiévreusement à la Conader.
Des appels au calme fusent?
Dans un communiqué parvenu hier à La Prospérité, la France de Sarkozy soutient la tenue de ces assises. Les Etats-Unis d'Amérique, par le biais de son département d'Etat, l'avait déjà dit auparavant.. Bien que partant, William Lacy Swing, Chef de la Monuc, a réitéré le soutien de l'Onu à la réussite de ces travaux de Goma. Le jour d'ouverture, une cinquantaine d'ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques, étaient là pour témoigner de leur attachement à la cause de la paix en RD. Congo, plus particulièrement dans les deux provinces du Kivu. Plus que jamais, le peuple congolais est engagé sur une voie ; celle de l'instauration d'une ère nouvelle, de la paix. Son développement dépend surtout de la volonté politique de ses dirigeants, a dit, le week-end, un diplomate accrédité à Kinshasa.

Marcel Ngoyi




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.