Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
L'archibishop Kutino présenté comme un habitué des armes à feu

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 6 mai 2008

Kutino Fernando
A moins d'un élément nouveau, la Cour militaire de Kinshasa/Gombe a clôturé l'instruction sur le volet qui oppose le pasteur Ngalasi à l'archbishop Kutino. Mais avant de s'en aller, les avocats de la partie civile ont révélé que le prévenu est un habitué des armes à feu. Une façon indirecte de préparer les figues pour l'audience du mercredi 7 mai 2008. A cette occasion, le fondateur de l'Eglise « Message de Vie-Armée de Victoire » en découdra seulement avec le ministère public. A l'audience de mercredi 30 avril 2008, les avocats de la par­tie civile pasteur Ngalasi Aggrey sont revenus sur les antécédents judiciaires de l'archibishop Kulino Fernando. Passant à la barre, Me Nganzi a dit qu'en 1996, le prévenu Kutino Fernando et son garde du corps purgeaient leurs peines à la prison militaire de Ndolo. Me Adelar Kambariga renchérira pour affirmer que Kutino est un habitué des armes à feu.

Selon cet avocat, ce pas­teur avait été condamné avec les nommés Joseph Nkanu et Ngongo par le juge Ndloli, aujourd'hui sénateur.

Pour appuyer la partie civile, le ministère public ajoutera ceci : « Kutino ne sait toujours pas se rappeler : Lorsque la Cour lui a demandé s'il avait des antécédents judiciaires, il a dit ceci. « Je ne me rappelle pas ». Ce monsieur continue à mentir. Il a fait la prison à Ndolo ». Décidé à charger le prévenu Kutino, Me Bile dira au président Kalala Kapuku : «  vous êtes un juge actif. Il avait été condamné pour détention    illégale d'armes de guerre. Et c'est Me Nshwal Ntena  bol qui l'avait assisté ».

En réaction à cet achar­nement de l'autre camp, Me Nswal de la défense a déclaré à la cour : « Le ministère public et la partie civile doivent savoir que toute  condamnation devant un tribunal militaire ne noircit pas le casier judicaire. Et c'est bien consigné dans le Code pénal militaire ». Selon cet avocat, on voudrait parler de  récidive de l'autre côté de la barre. Or, la loi a été violée. On ne peut donc pas parier de récidive.

Toujours du côté de la dé­fense. Me Parfait Kanyanga a dit que c'est une aberration de sou­tenir que le sénateur Ndjoli avait entendu l'archibishiop. A propos de la détention illégale d'armes, ce conseil a fait voir à la Cour qu'on n'a pas présenté les armes qui ont servi à la tentative d'assassinat. « Si mon client est en détention, c'est parce qu'il habitait la parcelle qu'enviait le pasteur Ngalaisi. Ils sont  incapables de nous prouver que le mur a été troué », a  affirmé ce conseil du collectif de la dé­fense du pasteur Kutino Fer­nando.

Décidés à s'acharner sur le prévenu Kutino, les avocats de la partie civile posaient parfois des questions inattendues. Me Sesepe, par exemple, a demandé que l'archibishop puisse dire à partir de quelle date occupait-il la parcelle de Kanda-Kanda, qui vient d'être achetée par le pas­teur Ngalasi.

Et quand a-t-il cessé de payer; Sur ce point, l'archibishop Kutino a dit qu'il y a eu tout un processus avec la bailleresse.

La parcelle était vide, et tout a com­mencé par une invitation. Il n'y a donc pas de date exacte,  à part celle qui figure dans le contrat de bail. Malheureusement, Kutino ne retenait même pas la date de la signature du contrat. Il a émis le voeu d'apporter ce document pour éviter d'avancer une date imprécise.

Un autre avocat de la partie civile, Me Ricky Luwadionelo, a posé cette question : « Peut-il nous dire l'année où il a assigné Mme Nendaka au tribunal de Grande instance ? Et quelle est  sa réaction maintenant qu'il sait que son fils spirituel  recevait des cadeaux du pasteur Ngalasi ? Se sent-il trahi ».

A cette audience, les questions de la partie civile tom­baient en avalanche. Voici celle de Me Nganzi : « Il a appris que son épouse se présentait à la justice, pourquoi a-t-il gardé silence ? ».  

Réponse de Kutino « Voilà la raison de mon retour à Kinshasa. Je n'arrive pas à croire à ces procès-verbaux. Je suis innocent. Si je me reprochais de quelque chose, je serais resté en Eu­rope. Je voudrais  voir Maboso. Il m'a promis. Je continue à attendre.

(Milor)

Donatien Ngandu Mupompa/Le Potentiel




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.