Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Laurent Nkunda refuse de livrer Bosco Ntaganda à la Cpi

Article précédant | Suivant
Le Palmares - 10 mai 2008

Bosco Taganda
Bosco Ntaganda
Le Congrès national pour la défense du peuple (Cndp) de Laurent Nkundabatware refuse de livrer à la Cour pénale internationale (CPI) le chef d'Etat-major générale de sa milice, Bosco Ntaganda. Ce dernier qui est accusé de crimes de guerre et enrôlement d'enfants soldats par cette juridiction internatio­nale devait en principe rejoindre son ancien chef Thomas Lubanga, et les autres Congo­lais Germain Katanga et Ma­thieu Ngudjolo aux termes du mandat d'arrêt lancé à son en­contre depuis le 22 août 2006. Tenu secret jusque-là, la cour se serait manifestement impa­tientée en publiant ce mandat le mois passé, dans l'espoir de voir bouger les choses.

Le mo­ment était effectivement propice du fait que le fugitif qui était inaccessible par le pouvoir de Kinshasa ne le serait plus suite à l'alliance qui venait de lier avec le Cndp et les institutions de la République. Hélas, le Cndp dé­montre une fois de plus sa mau­vaise foi vis-à-vis de l'acte d'en­gagement signé le 23 janvier à Goma. Partie de cet accord vi­sant à mettre fin aux hostilités dans les provinces du Sud-Kivu et du Nord-Kivu, le Cndp aura abusé de la bonne foi de la Cpi qui aurait cru que cette rébellion qui siège désormais aux côtés des autres belligérants et du gouvernement de Kinshasa agirait de la même manière que ce dernier dans le dossier Ntaganda. Pas du tout. Le Cndp n'est pas disposé à se passer des services de son chef d'Etat major. Leur porte-parole Séra­phin Mirindi qualifie les accusa­tions de la Cpi des allégations et pose en plus des condi­tions. Pour lui, il faut d'abord mener une « enquête sérieuse » à laquelle participera leur mou­vement avant d'envisager une quelconque poursuite au cas où ces allégations de la Cpi sont confirmées. Réponse du berger à la bergère, le porte-parole de la Cpi, Paul Madidi affirme de son côté que des enquêtes ont déjà été menées à ce sujet par des juges indépendants et il ne vaut plus la peine d'y revenir.

Effectivement, tout le monde sait que la Cpi avait an­noncé à un moment qu'elle avait ouvert des enquêtes dans les provinces du Sud-Kivu et du Nord-Kivu. Que le Cndp conteste aujourd'hui les conclu­sions de ces enquêtes, il remet implicitement en cause ses en­gagements à la Conférence de Goma. N'en déplaise à son porte-parole qui soutient le contraire à la radio Okapi captée hier à Kinshasa.

A cette source, Serge Mirindi tonne en indiquant l'essentiel à ses yeux qui est «  (...) d'abord réparer ce qui est présent, et non pas penser au passé ». Et de trancher que « lorsque nous aurons un environ­nement paisible, c'est alors que nous pourrions avoir un ?il ré­trospectif pour voir les faits antérieurs ». Dommage, Bosco Ntaganda ne sera pas livré  si tôt à la Cpi, contrairement aux trois autres seigneurs de guerre de l'Ituri.

(Ern.)

Le Palmarès




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.