Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Contrat Chine-Rdc : Le Gouvernement sous les feux nourris des députés à l'Assemblée nationale

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 10 mai 2008

Une scène surréaliste ! La ferveur s'est substituée, vendredi à la passion qui caractérise généralement les séances de l'Assemblée nationale consacrées à l'audition des membres du gouvernement sur des questions d'actualité. L'explication : la lumière attendue des dé­légués de l'Exécutif sur les contrats miniers engageant la RDC et la Chine dans une aventure multisectorielle aux contours demeurés flous. Rappelons que la nature des contrats controversés ainsi que le contexte inter­national entourant ce dealer en ont fait un mystère. Mystère dont la communauté tant nationale qu'internationale cherchait à percer le secret. Y parviendra-­t-on après l'ouverture du débat parlementaire ? La République y gagnerait. Transparence oblige. L'heure est grave. La souve­raineté de la RDC remise en cause. Les contrats signés entre la RDC et la Chine paraissent flous. Le Congo est le plus grand perdant dans ce dossier.

C'est ce qu'ont d'énoncé plusieurs députés de l'Opposition intervenant au cours de la plénière, hier vendredi 9 mai 2008. dans la salle de Congrès. C'est pourquoi, le ministre des Travaux publics et Infrastructures qui a signé ces contrats, pour la partie congolaise, était convié à éclai­rer la lanterne de la députation nationale sur ce dossier combien brûlant.

Contrairement à la pratique, hier,  le président de l'Assemblée nationale a, pour prendre la parole, aligné d'abord les dépu­tés MLC, suivis de leurs collè­gues PPRD. Les députés du Mouvement de Libération du Congo (MLC) ont développé des arguments massues qui ont imposé un silence de cimetière dans la salle des Congrès du Pa­lais du peuple.

Curieusement, dans le camp du PPRD et de l'AMP, tous les gros calibres connus se sont abstenus de prendre la pa­role. On dirait qu'ils étaient tous convaincus par le discours de MLC François Mwamba et Delly Sessanga, qui exigent la renégociation desdits contrats.

Nul n'ignore que, chaque fois qu'il y a débat sur un sujet d'actualité, si Delly Sessanga, Thomas Luhaka, Lucien Busa et François Mwamba de l'Opposi­tion prennent la parole, la majo­rité réplique toujours à travers notamment Boris Mboku Laka, Aubain Minaku, Mwenze, Alexis Thambwe Mwamba et pourquoi pas Théophile Mbemba. Ce n'en était pas le cas hier.

P. Lumbi : « La Rdc ne tourne pas le dos aux Amis »

L'atmosphère était solen­nelle d'ans la salle. Dans son intervention, le ministre des Travaux publics et infrastructures, Pierre Lumbi, a indiqué que cette convention procède de la vision du président de la République. Joseph Kabila Kabange, ainsi qu'il l'a exprimée dans son dis­cours du 06 décembre 2007 devant les deux chambres réunies en Congrès disant : « Les cinq chantiers pour changer le Congo, ce n'est ni un slogan, ni une uto­pie. C'est un projet. Mieux, c'est un contrat passé avec le peuple. Nous avons donc une obligation de résultat.  Il nous faut trou­ver des ressources financières pour matérialiser ces chantiers sur le terrain... ».

« En échange de Conces­sions minières, exploitées en partenariat avec des entreprises pu­bliques congolaises, donnant de l'emploi aux Congolais et produisant de la valeur ajoutée localement les banques chinoises ac­ceptent de contribuer au financement de nos cinq chantiers. Pour la première fois dans notre histoire le peuple congolais pourra en fin voir à quoi aura servi son cobalt, son nickel ou son cuivre ».

Pour le ministre des TPI, l'objet de cette Convention porte sur le financement des travaux d'infrastructures de base à réali­ser par le groupement des entreprises chinoises dont question. Ledit financement sera supporté par revenus générés par l'exploitation des concessions minières en partenariat avec la Gécamines. En ce qui concerne le volet minier entre la Gécamines et les entreprises sé­lectionnées dormants et dont les titres et droits miniers sont cé­dés par la Gécamines en vue de garantir le remboursement du financement requis.

A en croire le ministre des TPI, l'engagement de la partie chinoise porte sur les points ci-après :

(1) mobiliser et mettre en place le financement nécessaire au dé­veloppement minier et au financement des infrastructures. La valeur de ces investissements, en attendant La confirmation des étu­des de faisabilité est de l'ordre de 3,25 milliards USD pour les investissements miniers et 6 milliards pour le développement des infrastructures en deux tranches de 3 milliards chacune ;

(2) assurer la formation, le transfert des technologies, le renforcement des capacités, le con­trôle de l'ouvrage à réaliser, le volet social et le respect des normes environnementales ;

(3) financer la Gécamines sans intérêt, à concurrence de 30 % du capital, dans le cadre du dé­veloppement minier au litre d'apports d'associés, à valoir sur les dividendes de celle-ci ;

(4) verser, après approbation de l'étude de préfaisabilité sur les in­vestissements miniers, un pas-de-­porte de 350 millions USD, dont 250 millions au titre d'appui bud­gétaire pour l'exercice 2008 de la solde en faveur de la Gécamines ;

(5)- prêter à la Gécamines sans intérêt 50 millions de USD en équipements remboursables sur les dividendes de celle-ci ;

Devant les députés, Pierre Lumbi a saisi l'occasion pour rassurer solennellement les partenai­res traditionnels que la RDC ne tournera jamais le dos à ses amis. L'option levée par le Gouverne­ment de diversifier sa coopéra­tion ne remet pas en cause ses engagements vis-à-vis de ceux-­ci. « Nous sommes conscients que l'assistance qu'ils accordent à no­tre pays à un moment si difficile est importante, irremplaçable et déterminante. Ils ont donc droit à la reconnaissance du peuple congolais. La nouvelle option de coopération diversifiée ouvre des nouvelles perspectives de développement par l'apport des res­sources additionnelles et les nou­velles méthodes de travail profi­tables pour tous », a-t-il déclaré.

F. Mwamba : « des conditions pour renégocier »

Ouvrant le premier le débat, François Mwamba, président du Groupe Parlementaire et se­crétaire général du MLC a fus­tigé La Convention dont question. Au nom de son parti, il a rejeté les contrats que la RDC a signés avec le Groupement d'entrepri­ses chinoises dans leur formula­tion actuelle. Il a soutenu les cinq chantiers et souhaité que les autorités créent des conditions pour renégocier.

D'après François Mwamba, la coopération avec la Chine est floue. « Comment com­prendre que pour 4 km de route qui coûteraient 7.000.000 Usd d'après le devis confidentiel de nos ingénieurs, les Chinois exi­gent 17.000.000 USD. Qui aide qui? S'est interrogé le secrétaire général du MLC ». Avant de dé­plorer le fait que sur 100% de la production, « les amis qui vien­nent mains vides doivent gagner 68% tandis que 32% reviennent à la RDC ».

Delly Sesanga : « c'est un contrat léonin »

Delly Sessanga, président de la Commission Politique, administrative et judiciaire de l'Assemblée nationale, a jugé ce con­trat de Léonin. « Il faut renégocier ». Il a recommandé que le Pre­mier ministre vienne faire une déclaration devant l'Assemblée nationale pour confirmer la renégociation du contrat, car le ministre des TPI signataire de la Convention n'a pas qualité d'en­gager le pays à ce niveau là.

Boshab : « il n'existe pas de contrats parfaits »

Pour sa part, Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD, a fait savoir que sur cette terre des hommes, il n'y a pas de contrat parfait en droit, il y a toujours à dire sinon à redire tant et si bien que la plus grande prudence serait de ne jamais con­clure pour ne pas être floué... Mais il faut toujours conclure, en essayant de tirer le maximum que l'on peut...

Le contrat sous ana­lyse n'est pas le premier du genre. Lorsque la RDC, à l'épo­que Zaïre, avait cédé la SOMINKI à un groupe cana­dien, pour crée la SAKIMA, notre pays n'a eu droit qu'à 7% du capital. Si l'on n'accède pas à la logique de ce genre de contrat, on peut s'en offusquer et crier au scandale, pourtant, il n'en est rien, car il faut tenir compte des trois paramètres », a-t-il souligné.

Il s'agit des réserves géo­logiques qui constituent une denrée aléatoire qui peut à tout mo­ment être contredite dans l'exploitation effective ; la deuxième contrainte c'est le temps en ce que les prix des métaux oscillent entre la hausse et la baisse. C'est donc un risque que prend tout investisseur. Et la troisième con­trainte porte sur les conditions de génie civil particulièrement difficiles dans notre pays où il y a souvent glissement des terrains et éboulement.

Dans sa conclusion, Eva­riste Boshab estime que « dans la vie d'une nation et même dans sa survie, la décision de mise en place des infrastructures pour permettre le décollage économi­que et social ne se prend pas deux fois. On la prend une seule fois quitte à pouvoir apporter des cor­rectifs sinon les adaptations en raison des impondérables... Pour une fois que notre pays vient de prendre cette décision, nous avons le devoir d'offrir aux générations à venir les conditions meilleures par rapport aux nô­tres.

Saisissons cette occasion pour que notre pays prenne date avec l'humanité. Certes, il y a des inquiétudes, mais celles-ci sont mineures par rapport aux avan­tages attendus par toute la na­tion, a-t-il conclu.

(Ern.)

Le Potentiel

Congo - Parlement


Autres articles


  1. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  2. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  3. Velléités de révision constitutionnelle : Jean-Lucien Busa appelle à un front du refus (9 mai 2014)
  4. Elections en RDC : l'opposition et la majorité interprètent différemment le message de John Kerry (6 mai 2014)
  5. Mystère sur les revenus du cuivre congolais malgré la hausse de la production (3 mars 2014)
  6. Le parlement invité à avoir « le courage de dénoncer la corruption » (25 février 2014)
  7. Les révélations se multiplient sur le pillage des richesses de la RDC (5 février 2014)
  8. Louis Alphonse Koyagialo élu gouverneur de l'Equateur (10 juin 2013)
  9. Obama dit à Kagame de stopper tout soutien aux rebelles du M23 (19 décembre 2012)
  10. Le pétrole du Parc national des Virunga est à vendre (24 septembre 2012)
  11. Budget 2012: pas de traces des recettes du pétrole et des mines (19 juin 2012)
  12. Aubin Minaku élu président du bureau de l'Assemblée nationale (13 avril 2012)
  13. Un employé de la MONUSCO arrêté avec plus d'une tonne de minerais (22 août 2011)
  14. Un Libanais intercepté à l'aéroport de N'djili avec 12 colis de diamant (8 juin 2011)
  15. Il faut immédiatement saisir l'occasion d'introduire des changements dans les mines de l'est du Congo (18 mai 2011)
  16. Lutte contre le trafic des minerais de sang, les Etats-Unis débloquent 11 millions USD (6 mai 2011)
  17. L'Asadho préoccupée par la levée de la suspension des activités minières à l'Est (11 mars 2011)
  18. Un rapport préliminaire sur l'or trafiqué de la RDC au Kenya présenté aux présidents Kabila et Kibaki (6 mars 2011)
  19. Présidentielle 2011: le MLC décline l'offre de Tshisekedi (22 février 2011)
  20. Les groupes armés poursuivent l'exploitation illégale des minerais à l'est (16 février 2011)
  21. Trafic de minerais: un avion cloué au sol à l'aéroport de Goma (7 février 2011)
  22. Lusaka: les chefs d'Etat adoptent la certification des ressources naturelles dans les Grands Lacs (16 décembre 2010)
  23. Lambert Mende: les soldats exploitant des mines seront sanctionnés (2 décembre 2010)
  24. Des soldats du CNDP et des FARDC impliqués dans l'exploitation illegale des mines (1 décembre 2010)
  25. Un rapport de l'ONU implique des officiers ex-CNDP dans l'exploitation minière (1 décembre 2010)
  26. Le Conseil de sécurité proroge d'un an l'embargo sur les armes (29 novembre 2010)
  27. L'Assemblée nationale demande des explications sur le désordre qui règne à l'Assemblée provinciale de Kinshasa (28 septembre 2010)
  28. Kinshasa: Joseph Malungeni Makengo, nouveau président de l'assemblée provinciale (22 septembre 2010)
  29. Suspension de l'exploitation minière au Nord-Kivu, Sud-Kivu et au Maniema (13 septembre 2010)
  30. Joseph Kabila suspend l'exploitation et l'exportation des minerais de Walikale (9 septembre 2010)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.