Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Programme Amani : l'heure est à l'évaluation des activités

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 7 août 2008


Plus de 20 personnalités, membres du comité de pilotage dont Denis Kalume, ministre de l'Intérieur, sont arrivés cet avant-midi au chef-lieu du Nord Kivu. Le comité de pilotage du programme Amani a débuté sa réunion d'évaluation ce mercredi dans l'après midi à Goma.


Il s'agit d'évaluer les actions du processus de paix menées depuis l'installation du programme, au mois d'avril dernier. Le ministre Denis Kalume revient ici sur l'objectif de cette rencontre : « Nous venons évaluer la situation. Je crois que c'est à l'issue de cette évaluation que nous pourrions apprécier les résultats obtenus jusque-là. Comme vous le savez, le pilotage donne des orientations stratégiques et l'exécution se fait par la coordination locale et les structures qui sont au niveau des provinces. E ça fait partie de ces évaluations périodiques. Nous avons toute une série de questions à poser par rapport à ce qui a été prévu. Et ce qui a été prévu est très simple. Amani signifie la paix,?, un la cessation des hostilités, deux, désengagement, trois regroupement des gens, 4, leur envoi dans les centres de brassage, à la réinsertion et à la réintégration, et parallèlement à cela, partout où ça se dégage, il faudra qu'on place des zones tampons qui permettront à la Monuc de se déployer et à l'autorité de l'Etat de revenir progressivement, la police, l'administration se mettent en place. C'est tout cela qu'on va évaluer, où nous en sommes »
La communauté internationale sera représentée à cette première réunion du comité de pilotage à Goma, par Allan Doss pour le compte de la Monuc et des ambassadeurs de la Grande Bretagne, des Etats-Unis, de l'Afrique du Sud, de la Belgique, d'un conseiller de l'ambassade de la France ainsi que d'un consul général de la Belgique.

Réactions de la population au processus de paix

Concernant l'évolution du processus de paix, depuis les accords signés entre différents groupes armés du Nord et Sud-Kivu, les avis sont partagés au sein de la population de Goma. «Sept mois après, concrètement il n'y a rien qui est fait par manque de volonté politique et par manque de respect d'engagement par les signataires de cet acte d'engagement. En premier lieu, c'est le gouvernement qui prend la plus grande responsabilité », estime un habitant de Goma. Un commerçant ajoute : « Moi je trouve que la paix est encore loin d'être une réalité. Les femmes continuent à être violées, des personnes tuées par-ci par-là, et la pauvreté ne fait que s'accroître ». « La paix, nous ne l'avons pas encore vue. Les groupes armés continuent à exercer leur administration parallèle et font payer des taxes dans les territoires sous leur contrôle, abonde, dans le même sens, un homme.

Enfin, un représentant d'un groupe armé se dit déçu : « Le programme Amani, nous sommes déçus. La commission Amani qui devait assurer le suivi de ce que nous nous sommes dit à l'UPGL, qu'est-ce que nous constatons ? Le chronogramme n'est pas respecté. On nous a parlé de 4 commissions qui devaient travailler. C'est seulement une commission qui travaille, la commission mixte paix et sécurité, et surtout dans sa cellule militaire »




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.