Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Parti Lumumbiste Unifié : Gizenga met fin à l'affaire Mayobo

Article précédant | Suivant
Le Phare - 18 août 2008

Antoine Gizenga
A la veille de sa rentrée politique, Antoine Gizenga tient à fixer, une fois pour toute, sa base et au-delà toute l'opinion congolaise sur l'affaire Mayobo. Nous l’avons dit et re­dit dans ces mêmes colonnes : Antoine Gizenga Fundji n’est pas homme à laisser s’installer le doute et l’ambiguïté dans sa démarche. Voilà pour­quoi, face aux tergiversa­tions de certains cadres et à la volonté d’autres de faire durer la crise pour des inté­rêts personnels, il a préféré s’adresser directement à la base dans le dessein d’être compris. L’affaire Mayobo était en effet comme une épine dans le pied du pa­triarche. La politisation et la diabolisation avaient atteint un niveau tel que laisser fai­re eut été interprété comme un signe de faiblesse, avec le risque de remettre en cause l’œuvre de toute une vie et l’espoir de nombreux Congolais qui s’identifient à la lutte du Parti Lumumbiste Unifié.

Dimanche, la rési­dence du Premier minis­tre était littéralement prise d’assaut dès les premières heures de la matinée, pour une réunion qui s’est pour­suivie jusque dans l’après­-midi. Environ 1017 chefs de cellules du PALU, dont on dit que certains sont venus de très loin pour entendre le message de l’Autorité morale du parti, avaient ré­pondu présent Et Gizenga leur a parlé comme il sait si bien le faire, Avec son cœur, arc-bouté sur les va­leurs politiques et morales pour lesquelles il s’est battu toute sa vie, déclinant une expérience puissante et ri­che, développant un projet de société qui demande encore plus de foi et de mo­bilisation pour se déployer, décrivant enfin par le menu comment la démocratie doit se vivre et se conjuguer au sein d’un parti politique de la trempe du Palu avant de se disséminer dans l’ensemble de la société.

Donnant l’exemple, à éviter désormais, de ce genre d’affaires qui empoi­sonnent la vie au sein des partis politiques, Antoine Gizenga Fundji est revenu sur le cas Mayobo, accusé au mois de juin dernier par le Conseil Exécutif National d’avoir créé des structures parallèles, et surtout d’avoir profité du séjour du Prési­dent de la République et du Premier ministre à Kikwit au mois de mai pour s’investir dans une publicité person­nelle. Pour ses accusateurs, Mayobo devait être exclu du parti et quitter le gouverne­ment. Une façon comme une autre d’introduire le vi­rus dans la maison et sur­tout d’inviter le chef du gou­vernement à se saborder en se séparant des plus fidèles de ses lieutenants.

A l’époque, Antoine Gizenga avait tranché, re­prochant aux accusateurs de n’avoir pas cherché à entendre l’accusé. Comme si l’objectif était uniquement d’obtenir la tête de Mayobo à n’importe quel prix et d’in­troduire la division au sein du Palu. Dimanche en sa résidence, le Patriarche a incontestablement tenu à porter lui-même le mes­sage, à  évacuer toute équi­voque, à parler directement avec la base, celle-là même qui a en charge la gestion quotidienne du parti.

La procédure, a re­pris l’Autorité morale du Palu, n’a jamais été res­pectée. Et cet homme qui se veut la personnification même de la droiture, formé à la très dure école des Jé­suites et pétri de la riche expérience du combat po­litique, ne pouvait pas ac­cepter cela, ne pouvait pas bénir un authentique coup de force. Il l’a redit, signe et souligné hier. Ce n’est sans doute pas en ce moment, où le Palu et son leader font l’objet de plusieurs attaques en rapport avec la question gouvernementale qu’il faut baisser les bras ou étaler des fissures dans ses propres rangs.

Antoine Gizenga est abondamment revenu sur l’historique du PALU et la nature des fonctions du ministre près le Premier mi­nistre. Il a insisté sur le fait que faute de preuves, il ne pouvait pas entériner une décision tendant à illustrer l’existence d’une rébellion au sein du Palu. En pas­sant, le Premier ministre s’est dit désagréablement surpris par le comportement de certains cadres du parti engagés, ou presque, dans la démolition de la maison commune. Cela doit cesser, a insisté Antoine Gizenga Fundji.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.