Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Expulsion massive des Congolais d’Angola : les réactions timides du gouvernement congolais écœurent

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 20 août 2008

Les ressortissants de la République démocratique du Congo vivant dans la République s?ur d'Angola continuent d'être expulsés de ce pays. En masse et dans des conditions on ne peut plus inhumaines, à en croire les victimes elles-mêmes, interrogées par les ONG caritatives et autres médias
Les ressortissants de la République démocratique du Congo vivant dans la République s?ur d'Angola continuent d'être expulsés de ce pays. En masse et dans des conditions on ne peut plus inhumaines, à en croire les victimes elles-mêmes, interrogées par les ONG caritatives et autres médias. Malheureusement, motus et bouche cousue de la part du gouvernement congolais, se contentant de « voler au secours » des expulsés pour leur prise en charge à la frontière où ils sont entassés. A l’approche des élections urbaines, municipales et locales, le fichier électoral congolais doit être revisité, surtout avec le retour au pays de quelque 90 mille réfugiés congolais de Tanzanie.

La dernière expulsion massive des Congolais d’Angola, révélée par la presse, date du 14 août courant. Surtout à la veille pratiquement des législatives angolaises qui auront lieu le 5 septembre prochain, ces compatriotes sont chassés, sans ménagement, dépouillés de tout par des  éléments de l’armée et de la police angolaises. Et on parle de 15.000 expulsés en un Jour. Le gouvernement congolais n’a pas bronché. Alors que cette situation ne date pas d’aujourd’hui. Les expulsés d’Angola vivent leur calvaire à la frontière angolaise dans les provinces du Bandundu du Bas Congo du Kasaï occidental et du Katanga. Enfants, jeunes et vieux, hommes et femmes, personne n’est épargné. Ils ont besoin d’assistance en eau, vivres, biens non alimentaires, médicaments et en transport.

Il est vrai que la pullule angolaise est difficile à avaler par toute personne, soucieuse du respect des droits de l’Homme. Le silence de l’Exécutif fait que les autorités congolaises soient souvent accusées de mollesse et d’indifférence face à ce problème. Surtout qu’il n’existe aucune structure d’accueil côté congolais.

Toutefois, il convient de signaler, tout de même, qu’il y a deux mois, ces vagues d’expulsions ont révolté le chef de la diplomatie congolaise qui avait vivement protesté contre ces agissements. Il convoquera l’ambassadeur angolais en RDC pour dénoncer la manière dont les ressortissants de la RDC avaient été maltraités pendant leur conduite à la frontière par les services de sécurité angolaise. Cela ne doit pas s’arrêter là. La diplomatie d’action que prône le ministre congolais des Affaires étrangères doit effectivement rapprocher le gouvernement congolais de ses citoyens vivant à l’Etranger de façon à leur apporter l’assistance humanitaire en cas des situations difficiles. Et élever la voix pour protester avec énergie contre ces violations répétées des droits de l’Homme.

Chassés et dépouillés

Certes, les autorités angolaises avaient annoncé, dès 2003, qu’elles procéderaient à l’expulsion du territoire angolais des étrangers en situation irrégulière dans la perspective de l’organisation des élections de septembre 2008. Cela afin d’éviter que des non Angolais participent aux scrutins. Qu’à cela ne tienne, pareilles operations, notent les observateurs, devraient amener le gouvernement angolais à prévenir de nouveau les autorités congolaises par voie diplomatique de manière à faire face à cet afflux massif d’expulsés.

Surtout qu’en service commandé, les zélés, qui sont toujours de la partie, ont été systématiquement dépouillés de tout leurs biens, vêtements, radios, meubles et argent.  « Vous êtes venus dans le pays mains vides » leur aurait-on dit, « vous quitterez sans rien emporter ». Aussi la reconduite à la frontière l’est-il dans des conditions inhumaines sans aucun respect des droits dus à la personne humaine.

L’agence France presse, qui cite le coordonnateur d’une mission inter agences, le Dr Philémon Sikulisimwa, indique que, dans la province du Bandundu, outre les cas de viols, « plus de 2.500 personnes » s’étaient plaintes de « services corporels » au cours de fouilles par les policiers angolais, jusque dans leurs parties génitales.

Selon l’agence onusienne en charge du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) « près de 72.000 Congolais expulsés ont été enregistrés en juin et juillet », à l’approche des élections législatives angolaises du 5 septembre, depuis le 25 mai 2008, date à laquelle le gouvernement de la République d’Angola a repris les opérations d’expulsion des Congolais vivant sur son territoire. Et de prévenir qu’« environ 150.000 personnes de plus pourraient être concernées ». Le Bureau de l’ONU dit craindre une « accélération des expulsions au fur et  à mesure que les élections approchent » en Angola.

Revoir le fichier électoral

Outre les expulsés d’Angola, le gouvernement congolais devra également faire face à quelque quatre-vingt mille réfugiés en provenance de la Tanzanie. A l’approche de joutes électorales prévues en 2009, il serait prudent et correct de revoir le fichier électoral non seulement pour les électeurs qui auraient déjà eu leur majorité électorale depuis octobre 2006, mais aussi pour ces expulsés et réfugiés qui rentrent en masse. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu chiffre le nombre des expulsés d’Angola à plus de 150 mille avant le 5 septembre prochain. Ajouter aux neuf mille de la Tanzanie et aux autres réfugiés qui fourmillent dans d’autres pays limitrophes de la RDC, il ne serait pas étonnant que l’on revoie ce nombre à la hausse d’ici à début janvier 2009.

C’est ainsi que, pour rendre crédibles les scrutins à venir, il serait avantageux pour le gouvernement de procéder au recensement de la population électorale. Cela afin d’actualiser le fichier électoral, jouer à la transparence et éviter ainsi la tricherie. Laquelle pourrait entraîner la contestation et toutes les conséquences malheureuses qui pourraient en découler.


Autres articles


  1. Moise Katumbi demande la libération de tous les prisonniers politiques avant la tenue du dialogue (23 août 2016)
  2. L'opposant Katumbi condamné à 3 ans de prison pour un conflit immobilier (22 juin 2016)
  3. Moïse Katumbi inculpé pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat », précise le parquet (19 mai 2016)
  4. Recrutement des mercenaires: Katumbi demande une confrontation avec les personnes arrêtées (12 mai 2016)
  5. Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues» (5 mai 2016)
  6. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  7. Affrontements entre policiers et militants de Kyungu à Lubumbashi (11 novembre 2015)
  8. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  9. Kyungu wa Kumwanza démissionne de la présidence de l'Unafec (22 octobre 2015)
  10. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  11. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  12. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  13. Découpage territorial : Moïse Katumbi heureux « d'avoir laissé un Katanga magnifique » (17 juillet 2015)
  14. L'Angola continue à exploiter impunément le pétrole congolais des Blocs 14 et 15 (21 mai 2014)
  15. Le rapport des députés sur les expulsions des Congolais de la RDC du Congo/Brazza (13 mai 2014)
  16. Congo/Brazza : plus de 72.000 Congolais refoulés (7 mai 2014)
  17. Les expulsés de Brazzaville victimes d'«exactions», selon Kinshasa (7 mai 2014)
  18. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  19. Plus de 20.000 Congolais de la RDC refoulés hier de Brazzaville au beach de Kinshasa (30 avril 2014)
  20. Le secrétaire d'État américain John Kerry annoncé à Kinshasa (28 avril 2014)
  21. Kikwit: une vingtaine de morts dans une bousculade à l'ouverture du Festival Kester Emeneya (25 avril 2014)
  22. Katanga: le déraillement d'un train de la SNCC fait plus de 30 morts à Katongola (22 avril 2014)
  23. Les soldats angolais font le ménage au Bas-Congo (21 février 2014)
  24. Katanga : la Monusco va déployer des casques bleus à Pweto pour protéger la population (19 février 2014)
  25. Bandundu et Equateur: l'abattage du bois n'apporte pas le développement (11 février 2014)
  26. Les révélations se multiplient sur le pillage des richesses de la RDC (5 février 2014)
  27. Après avoir attaqué Lubumbashi, 245 miliciens Maï-Maï transférés à Kinshasa (25 mars 2013)
  28. Kabila, Dos Santos et Zuma réfléchissent sur « une application avec succès » de l'accord d'Addis-Abeba (12 mars 2013)
  29. Kasaï-Occidental: l'Assemblée provinciale vote la déchéance du gouverneur Kabasu Babu (6 juin 2012)
  30. Des Congolais de la diaspora ont tenté d'agresser Moïse Katumbi à Bruxelles (28 février 2012)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.