Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
L'épilogue du procès Botethi

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 12 septembre 2008


Pourquoi, comment et qui a tué Daniel Botethi ? Le Tribunal militaire de garnison de Ngaliema rend, ce vendredi 12 septembre 2008, son verdict. Le procès se termine avec un goût d’inachevé. Si la bande à Patrick Mwewa, Kady, Inoki, Fidèle et consorts peut être démantelée, en revanche, on ne saura jamais s’il y a eu ou non un commanditaire derrière la liquidation physique de Daniel Botethi.
Jour-j ce vendredi 12 septembre 2008 dans le procès, quasi-expéditif, de l’assassinat du député provincial de Kinshasa, Daniel Botethi, au Camp Kokolo. Jeudi 11 septembre au soir, à quelques heures du verdict, il n’y avait aucune tension perceptible dans la ville de Kinshasa. Signe sans doute de la désaffection du public. Pourtant, au cours de ses premières audiences, le procès Botethi avait connu un engouement sans précédent. A pieds, des centaines de Kinois faisaient le déplacement du Camp Kokolo pour suivre l’évolution de l’instruction. Les chaînes de télévision de la place se régalaient à balancer les images du procès en direct ou en léger différé. Les aveux répétés d’un inculpé du nom de Patrick Mwewa, arrachés semble-t-il sous les effets de l’anesthésie, accusant le Gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, d’être le commanditaire de l’attaque mortelle contre celui qui était de son vivant 1er Vice-président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, présageaient un procès très riche en rebondissements spectaculaires. Beaucoup avaient déjà condamné André Kimbuta. Rares sont ceux qui osaient vaincre leurs sentiments pour penser sérieusement que le Gouverneur, bien que nommément cité, jouissait encore de ce que l’on appelle en droit la présomption d’innocence. Avec le recul, le procès évoluant avec l’arrestation presque inattendue du chef de bande Kady, les doutes ont effectivement bénéficié à l’accusé. La responsabilité du Gouverneur André Kimbuta fut dégagée lorsque Kady, présenté par l’un des membres de son commando, Patrick Mwewa pour être précis, comme l’homme orchestre du crime, s’était mis à tout nier. Pour en rajouter à la confusion, Kady, non seulement disait tout ignorer du Gouverneur Kimbuta, mais surtout répétait n’avoir jamais rencontré tous les prévenus avant le procès. La stratégie, mieux la ligne de défense de Kady avait marché un moment. Le temps pour le ministère public et la partie civile de relever les contradictions dans les dires. Certes, pour reprendre l’expression de l’officier du ministère public, les dénégations de Kady ne permettaient pas de faire un lien avec le Gouverneur. Mais Kady, lui, s’était fait prendre. Tous ses amis le connaissaient parfaitement bien. Car, Inoki, Mwewa, Fidèle et les autres prononçaient les noms du père et de la mère de Kady. Tous les prévenus, qui reprochaient à Mwewa sa légèreté, ont des liens d’amitié de longue date. Voici qui ouvre la voie à une condamnation à perpétuité contre tous les membres de la bande pour ‘‘association des malfaiteurs’’. Mais que représente cette sanction pour des bandits de grand chemin, régulièrement repris de justice, du genre Kady, Mwewa, Inoki, Fidèle, Mutu wa Katanga, etc. Déjà au procès, en dehors du micro bien entendu, Mwewa et les siens confiaient, avec cynisme en plein, que la peine de mort ne sera jamais exécutée contre eux. Sûrs d’eux parce que le Congo n’est pas les Usa où les condamnés à mort sont effectivement zigouillés. C’est comme pour dire que la prison de Makala est une résidence cossue pour ces criminels récidivistes.

Alfred Mwari
ami




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.