Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Démission d'Antoine Gizenga : le Palu, l'Udemo et le MLC réagissent

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 26 septembre 2008
Joseph Kabila, Zanga Mobutu et Antoine Gizenga

Pour le Palu, parti des lumubistes unifiés, ce parti dont Antoine Gizenga est leader, le premier ministre sortant a affiché un comportement démocratique exemplaire. Dans un communiqué lu jeudi à la RTNC, la télévision nationale, par son secrétaire national chargé de la communication, Claude Matala, le Palu a déclaré qu’il va proposer au président de la république le nom d’un nouveau premier ministre dans les jours qui suivent.

L’Udemo, Union des mobutistes démocrates, prend acte de cette démission. Selon son porte-parole, l’Udemo se prononcera prochainement sur l’évolution de la situation politique nationale. Rodrigue Bambi Mavungu l’a déclaré lors d’un point de presse tenu jeudi à son siège dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

Pour sa part, la Convention des démocrates chrétiens du député national Gilbert Kiakwama Kia Kiziki salue le départ du premier ministre Antoine Gizenga. Pour ce parlementaire, le soutien de nombreux députés à la motion de défiance contre le premier ministre était le reflet de fatigue et de la profonde exaspération du peuple congolais tout entier.

Du coté du Mouvement de Libération du Congo, le parti de Jean- Pierre Bemba, constate que cette démission du premier ministre est tardive en dépit de nombreuses sonnettes d’alarme que l’opposition n’avait cessé de tirer . Les membres de ce parti ont fait cette déclaration politique hier jeudi à la permanence du parti à Kinshasa : « Le MLC constate et déplore cette démission tardive en dépit de nombreuses sonnettes d’alarme que l’opposition n’avait cessé de tirer. Cette démission constitue, en effet, un aveu d’échec et d’incurie d’un gouvernement qui, après presque deux ans de gestion, laisse le pays dans une crise générale. Au plan social, des grèves sont observées dans tous les secteurs ; qu’il s’agisse des médecins et personnel de santé ou des enseignants. Dans le domaine sécuritaire, l’insécurité est généralisée dans tous le pays et la guerre a repris dans l’est avec son lot de graves atteintes au droit de l’homme et des drames humanitaires sans précédant. Au plan économique, un contrat mal négocié des chinois compromet les intérêts de la RDC pour plusieurs décennies. Les finances publiques n’ont jamais été aussi mal gérées. »

Pour le professeur Philipe Biyoya, analyste politique, on ne peut résoudre l'immobilisme actuel, par le simple jeu d'une majorité parlementaire qui ne se montre pas à la hauteur de la crise présente. Il faut plutôt créer une nouvelle coalition gouvernementale : « La première chose à faire pour le chef de l’Etat, c’est effectivement de comprendre que les raisons avancées par Gizenga, à part des raisons personnelles, il a quand même avancé une série des raisons qui montrent effectivement qu’il y a de l’immobilisme. Et on ne résout pas l’immobilisme en constituant seulement une majorité numérique au parlement qui n’a aucun sens, qui n’a aucun dynamisme, qui n’est pas une majorité alternative par rapport à l’active. L’alliance électorale, c’est ce qui conduit, en fait Gizenga à sortir. Si, là-bas, on arrive à constater que le problème, c’était Gizenga, et qu’on peut prendre un autre cheval pour courir avec, je leur souhaite une bonne chance, mais moi, personnellement, je donne mon avis d’observateur. Mais il est temps pour que l’on joue le jeu du gouvernant du gouvernement, il faut créer une nouvelle coalition gouvernementale. On ne doit pas toujours être esclave des alliances des partis parce que par définition, une alliance est tactique, manœuvrière, une alliance n’est pas une structure qu’on légalise. »




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.