Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Antoine Gizenga demande à Joseph Kabila de choisir dans la majorité

Article précédant | Suivant
L'Avenir - 30 septembre 2008
Antoine Gizenga

L’ancien premier ministre Antoine Gizenga a saisi le chef de l’Etat pour lui demander de choisir le nouveau formateur du gouvernement au sein de la Majorité. Dans un message diffusé hier sur la chaîne nationale, Antoine Gizenga lève ainsi un pan important dans sa succession à la primature. D’après certaines déclarations politiques émises par-ci par-là, les observateurs s’attendaient à une véritable guerre au sein de la Majorité qui ne semblait s’accorder sur cette question. Certains mettaient au-devant l’accord signé la veille du second tour de la présidentielle qui accorderait ce poste au Palu. A en croire ce discours de Gizenga, son successeur proviendra de n’importe quel parti politique ou association, membre de l’Amp.

En effet, le chef de l’Etat congolais Joseph Kabila Kabange a pris acte, dimanche, de la démission du premier ministre Antoine Gizenga. Selon des sources proches de la Primature, c’est Mme Marie-Louise Mayuma Kasende, directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat qui a remis le courrier adressé en ce sens au premier ministre Antoine Gizenga. Ce dernier avait présenté sa démission au président de la République dans la matinée du jeudi 25 septembre, en évoquant le poids de son âge. Quelques instants après, Antoine Gizenga était ensuite passé sur les antennes de la radiotélévision nationale pour annoncer à la nation l’acte qu’il venait de poser. Dans son message, le premier ministre avait par ailleurs indiqué élégamment à ses compatriotes que le dernier mot revenait au chef de l’Etat. " Nous aurons la réponse du Président de la République lorsqu’il lui plaira de nous la faire savoir ", lit-on dans un paragraphe du message de Gizenga.

Joseph Kabila a naturellement accédé à la requête du premier ministre qui était à la tête du gouvernement depuis près de deux ans. " (?) Après (?) plus de 600 jours d’exercice de fonction de Premier ministre, chef du gouvernement, j’ai décidé en ce jour, de présenter ma démission de ce poste auprès du Président de la République, chef de l’Etat ", souligne Gizenga dans ce message. Il avait cependant pris soin d’avancer la raison qui le pousse à se retirer. " (?) pour tout homme, même si l’esprit peut encore être sain et alerte, le corps physique a ses limites dont il convient de tenir compte", dit-il alors que d’autres milieux situent cette raison ailleurs. Pour eux, la démission du premier ministre qu’ils saluent est arrivée en retard. L’octogénaire Gizenga revenu aux affaires âgé de 81 ans, est accusé par ses détracteurs de l’immobilisme qui aura caractérisé son gouvernement. Sa démission qui intervient au moment où il a atteint 83 ans, ne semble guère perçue dans l’optique du requérrant. Au sein même de la coalition gouvernementale, à part des critiques à peine voilées sur l’action de Gizenga, des profondes fissures apparaissent.

Le slogan selon lequel des " alliances politiques se font et se défont", est brandi dans l’intention de voir une personne autre que celle issue du parti de Gizenga occuper la primature. Pas plus tard qu’hier, l’Udemo se déclarait favorable à " une alternative" en lieu et place de l’accord politique de 2006 qui avait engendré le gouvernement Gizenga. Pourtant, c’est à la faveur de cet accord signé la veille du second tour de la présidentielle que Gizenga (Palu) et Mobutu Nzanga (Udemo) sont devenus respectivement les deuxième et troisième personnalités dans l’équipe gouvernementale, après le chef de l’Etat. Aujourd’hui, cet accord qui risque de voler en éclats, entraînerait une crise politique si les différentes parties ne lèvent pas un consensus. Il suffit que l’une ou l’autre partie se retire de la coalition pour que les autres perdent la majorité parlementaire absolue détenue par l’Amp. Du moment que le chef de l’Etat vient de prendre acte de la démission de Antoine Gizenga, la guerre de succession va se lancer de plus belle et certaines maladresses envenimeraient inutilement la situation.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.