Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Après un huis clos avec Kabila, Muzito recrute

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 14 octobre 2008
Réunion du Gouvernement

Le Premier ministre commence, officiellement, ce mardi 14 octobre 2008, les consultations en vue de la formation du nouveau Gouvernement. Hier lundi 13 octobre 2008, Adolphe Muzito a eu un tête-à-tête avec le Président. Comment concilier la notion de l’effectif à celle de l’efficacité ? Qui prendre, qui renvoyer au chômage ?
Le plus dur a déjà commencé pour le Premier ministre qui ne dispose pas de beaucoup de temps pour former son équipe. Tâche, apparemment pas aisée, pour Adolphe Muzito dans un Gouvernement de coalition où chaque partie prenante a son mot à dire. A l’AMP, Udemo et au Palu, les ambitions, parfois démesurées, débordent. Les élus avaient, il y a peu, fait savoir que, cette fois-ci, ne pouvait devenir ministre ou vice-ministre que celle ou celui qui a affronté avec succès le suffrage universel direct ou indirect. Les chefs des partis membres de la coalition, pour la plupart tombés avec Gizenga I et II, n’ont pas dit leur dernier mot. Ils sont toujours là et n’entendent rien lâcher. On dit, d’ailleurs, que si le Président Kabila n’a pu prendre ses distances vis-à-vis de ses alliés Palu et Udemo, Muzito, héritier de ces accords, ne pouvait se permettre d’être plus catholique que le pape. Autrement dit, puisque le Président avait pris, au lendemain du premier tour de la présidentielle de juillet 2006, plusieurs engagements avec certains chefs des partis sur le partage du pouvoir, du moment que personne n’a eu publiquement le courage de renoncer à ces accords, la distribution des portefeuilles ministérielles ne devrait, naturellement, pas subir de fortes modifications. Même si Joseph Kabila et Adolphe Muzito n’ont pas fait de déclaration sur leurs entretiens, il n’est pas interdit à analyste politique de supputer sur le contenu. Adolphe Muzito, logiquement, a été mis au parfum des accords qui font que la majorité ne soit pas suspendue en l’air. C’est pour dire que, dans ses consultations, le Premier ministre se verra dans l’obligation de tenir compte de toutes les sensibilités qui s’expriment au sein de la majorité. Ce n’est pas un hasard que Muzito ait été reçu par le Président après sa rencontre samedi dernier avec son mentor et protecteur Antoine Gizenga. La matinée de samedi 11 octobre, un jour après sa nomination comme Premier ministre, Adolphe Muzito était allé voir l’ex-Premier ministre Antoine Gizenga. Question de recevoir la bénédiction paternelle, question de remercier le Vieux pour sa confiance, question aussi de savoir comment procéder dans les consultations. On sait, par exemple, que Antoine Gizenga, malgré tout le mythe qui est lié à sa personne, avait eu du mal à faire passer le phénomène ‘‘Yandi ve, Yandi kaka’’. Couvert de ridicule, le défunt Kisimba Ngoy était contraint, toute honte bue, d’inventer un personnage du nom de Kasongo Ilunga, un fantôme. Si dans Gizenga I, les chefs des partis, tactiquement, avaient eu moins de chance pour échapper à la purge ‘‘Yandi ve, Yandi kaka’’, ils ont réussi à imposer un remaniement et précipiter l’avènement de Gizenga II.
L’initiation de Muzito
Avant la prise de ses nouvelles fonctions au niveau national, Adolphe Muzito était, dimanche dernier, devant les chefs des cellules du Palu. Une façon, à la fois, de l’initier et de l’introniser. Par cette occasion, la question de succession à la tête du Palu est réglée. Gizenga peut mourir en paix, il a déjà trouvé un dauphin.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.