Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Adolphe Muzito mise sur la cohésion de la coalition

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 15 octobre 2008
Adolphe Muzito

Le Premier ministre, Adolphe Muzito, a entamé les consultations après s’être entretenu longuement lundi avec le président de la République, Joseph Kabila Kabange. Mais la réussite, rapide, de cette première étape dépend de la cohésion et de la compréhension de la coalition. Surtout au moment où l’Opposition annonce ses couleurs pour des débats houleux.

Selon les premières indiscrétions, le Premier ministre compte terminer les consultations à la fin de cette semaine pour parfaire sa liste pendant le week-end avant de la présenter au chef de l’Etat. Si tout se déroule sans anicroche, le prochain gouvernement serait connu en début ou en milieu de la semaine prochaine.

Apparemment, tout devrait se dérouler dans ce sens. Il nous revient que le chef de l’Etat aurait balisé le chemin avec les entretiens qu’il a eus auparavant avec les différents leaders des partis politiques qui font partie de l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP. Il se raconte dans les mêmes coulisses qu’il ne serait pas exclu qu’il y ait tendance vers une certaine ouverture pour que des personnalités politiques indépendantes, mais au regard de leur profil politique et intellectuel, fasse partie de ce gouvernement. La latitude serait laissée au Premier ministre.

Mais la première journée des consultations a été timide. Il nous revient qu’au sein des partis politiques, les violons ne s’accordent pas encore. Trop de bousculades au portillon pour autant qu’un accord tarde à intervenir sur les noms de personnes devant faire partie du gouvernement. Voilà qui risque de faire perdre du temps précieux au Premier ministre pour la constitution de son gouvernement. Or, c’est à la coalition de lui faciliter la tâche au regard des impératifs liés aux grands défis à relever.

DEUX CRITERES IMPORTANTS

Au sein de la majorité présidentielle, on ne tient pas à ce que le Premier ministre s’écarte de certains principes en vue de consolider justement l’unité de cette coalition, au-delà de la plate-forme.

Il s’agit particulièrement de ce souci de préserver la cohésion de la majorité parlementaire en s’en tenant au respect des accords conclus. Son cas demeure un exemple à même de l’inspirer pendant cette étape de consultations de manière à ne pas vider les accords de toute leur substance.

De prendre en compte aussi le poids politique des partis politiques. Le point de repère n’est rien d’autre que l’audience politique, le taux de pénétration des leaders politiques au sein de la population, et bien sûr le coefficient des représentants du peuple au sein du Parlement. Sans oublier bien sûr la compétence.

Au fait cette observation a été déjà formulée lors du dernier remaniement de l’équipe gouvernementale. Mais également après la nomination des bourgmestres et des commissaires de district. La même observation a été faite aussi lors de la constitution des assemblées provinciales ainsi qu’à la coordination régionale de l’AMP (alliance pour la majorité présidentielle).

Le fait risque de se reproduire en cette phase de formation du gouvernement où des ambitions sont en train de s’exprimer. Evidemment, en ce qui concerne le poids politique, il importe de le prendre en compte sérieusement pour éviter de provoquer des frustrations au sein de la plate-forme. Frustrations qui pourraient se répercuter négativement au niveau du Parlement. Pas étonnant de voir un jour les propositions du gouvernement repoussées par la majorité présidentielle dès lors que des scissions apparaissent. Cela s’est passé en France avec l’UMP (union pour la majorité présidentielle). Le président Sarkozy a eu de sueurs froides pour faire passer, en deuxième lecture, ses propositions de révision constitutionnelle.

Qui ne dit pas que cela ne se produirait pas en RDC ? En réponse à cette interrogation, l’on analyse déjà la réaction de l’Opposition avec la plénière d’hier mardi à l’Assemblée nationale. Il s’agit de l’intervention de quelques députés, notamment des provinces du Kivu et Orientale qui ont réagi à la nomination du Premier ministre par le chef de l’Etat, critiquant en quelque sorte son choix. Appel est donc lancé à la coalition pour remplir le contrat électoral de la majorité avec la population. L’essentiel, dit-on au sein de cette plate-forme, consiste à mettre en place, dans les meilleurs délais, le gouvernement pour qu’il s’attaque aux grandes questions nationales. Dans l’intérêt général du peuple congolais. Coalition et poids politique peuvent donc rimer ensemble si la tâche est facilitée au Premier ministre invité à faire preuve de clairvoyance et de dextérité politiques.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.