Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Pour qui roule la Monuc?

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 28 octobre 2008
Alan Doss

Démission hier lundi du Commandant en chef des Casques bleus au Congo. Présence de deux bataillons rwandais aux côtés des éléments du CNDP. Les combats se rapprochent de Goma et se déroulaient hier lundi à 30 km de cette ville déjà envahie par des déplacés. Curieuse succession des faits qui interpellent et soulèvent de nombreuses interrogations. Que deviendrait la Monuc si Goma tombait ?

La situation est très préoccupante à Goma depuis la reprise du centre militaire Rumangabo par les éléments du CNDP. Bien plus, les combats se font rage et se rapprochent dangereusement du chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Hier lundi, ils se déroulaient à 30 km de la ville de Goma.

Certes, les militaires des FARDC se battent courageusement pour contenir cet assaut qui vise le contrôle de Goma, déjà envahie par de milliers de personnes déplacées. Mais les informations émanant des responsables congolais sont catégoriques : deux bataillons étrangers, rwandais, appuient Nkunda dans son entreprise de rébellion contre le pouvoir central et provincial. Plutôt que de se battre contre les rebelles rwandais des FDLR, raison pour laquelle il aurait pris des armes, Nkunda, appuyé incontestablement maintenant par des soldats rwandais, fait la guerre aux FARDC. Or, depuis que Nkunda a pris les armes, jamais ses hommes n’ont livré de combats décisifs et avec autant d’acharnement contre les FDLR, tel qu’ils le font contre les FARDC. Ce qui confirme, si besoin en était encore, qu’il est, au service des étrangers, en train d’exécuter un complot international contre la République démocratique du Congo. Car on ne peut indéfiniment, pendant deux guerres, et maintenant la troisième, se tromper de cible. C’est-à-dire les FDLR, d’une part, et les FARDC de l’autre.

DUPLICITE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

Ce qui choque dans cette gestion de la crise et la guerre au Kivu, c’est la duplicité de la communauté internationale. Certes, il revient aux FARDC d’assurer l’intégrité du territoire national. Mais nul n’ignore que cette même armée est en pleine restructuration et que la RDC sort d’une guerre complexe imposée et connue par cette même communauté internationale. Raison pour laquelle le Conseil de sécurité a décidé de l’envoi d’une mission internationale de paix au Congo, la Monuc.

Malheureusement, chaque jour qui passe fait perdre à cette mission de paix sa crédibilité. La pierre d’achoppement est justement l’application, sans interprétation sélective, du chapitre VII de la Charte de l’Onu avec recours à la force pour imposer la paix. Au regard de la détérioration continue de la situation sur le terrain, avec l’aggravation de la situation humanitaire devant plus d’un million de congolais en errance, la Monuc est loin de remplir son contrat. D’où ces agitations, ces protestations véhémentes de la population contre la mission de paix. Peu importe qu’il y ait quelques petits malins. Mais qui leur a donné des idées ? N’est-ce pas cette brèche ouverte dans l’interprétation sélective du chapitre VII de la Charte de l’Onu ? Exactement.

Bien plus, lors de son dernier séjour à New York, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu a plaidé pour un renforcement du dispositif militaire de la Monuc en RDC afin de faire face à la situation. A en croire des informations en provenance du Conseil de sécurité, l’on n’est pas prêt à accéder à cette demande. Déjà à l’époque de Kofi Annan, le Conseil de sécurité avait adopté la même attitude dubitative. En outre, dans sa dernière résolution condamnant l’appel au soulèvement populaire lancé par Nkunda, le Conseil de sécurité l’avait mis en garde qu’il ne tolèrerait pas que les institutions issues des élections soient déstabilisées. Même son de cloche à Washington qui avait invité la Monuc à soutenir les FARDC. Que se passe-t-il alors sur le terrain ? Juste le contraire.

C’est dans ces entrefaites que le général espagnol Vicente Diaz de Villegas a démissionné de son poste de commandant en chef des forces de la Monuc. Il y a de cela deux mois seulement, cet officier venait de succéder au général sénégalais Babacar Ndiaye. S’il évoque des «raisons personnelles » pour justifier sa démission, dans les milieux diplomatiques l’on précise que c’est à la suite de manque de moyens pour faire face à la situation qu’il a préféré démissionner.

Voilà qui confirme, une fois de plus, l’existence d’un complot contre la RDC. L’on a préféré faire partir un Africain pour le remplacer par un Européen qui abandonne ses troupes en « plein combat ». Drôle d’officier supérieur. Serait-ce là un signal en direction des ennemis de la RDC de poursuivre leur plan machiavélique de balkanisation et d’occupation de la RDC en démoralisant les Casques bleus désormais décapités ?

ET SI GOMA TOMBAIT ?

Cette éventualité remettra totalement en cause la crédibilité de la mission de l’Onu au Congo et à travers le monde. Notons que ce n’est pas la première fois qu’une mission analogue soit envoyée au Congo. En 1960, l’Onuc était au Congo. Elle s’est déployée au Katanga pour combattre la sécession et la rébellion de l’armée de Moïse Tshombe, en s’appuyant sur le chapitre VII de la Charte de l’Onu, la même Charte qui n’a jamais été modifiée. Y a-t- il aujourd’hui une différence entre une rébellion, et bientôt une sécession de Nkunda, et celle des ex-gendarmes katangais ? Non.

Evidemment, le Conseil de sécurité, l’Union européenne sont devant leurs responsabilités. Pourquoi avoir consenti autant d’efforts financiers pour ramener la RDC à la case départ ? Pourquoi avoir organisé des élections, la Conférence de Goma, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, pour que la guerre continue, les institutions de la RDC soient déstabilisées ? Ils n’avaient qu’à réussir leur « coup d’Etat » à cette époque et les jeux auraient été faits que d’attendre maintenant. Pourquoi tourner le peuple congolais en dérision avec une spirale de conférences qui se terminent en eau de boudin, une mission de paix sans paix ? Seuls les pyromanes sont capables d’un tel exploit. Mais ce qui est vrai, si Goma tombait, l’Onu serait alors vraiment un « machin », pour reprendre les propos du Général de Gaulle. La présence de la Monuc deviendrait sans objet.


Autres articles


  1. L'armée repousse une nouvelle attaque des miliciens à Uvira (28 septembre 2017)
  2. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  5. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  6. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  7. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  8. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  9. Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe (28 novembre 2014)
  10. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  11. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  12. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  13. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)
  14. Goma: marche de colère des épouses des militaires après la mort du général Bahuma (3 septembre 2014)
  15. Commandant des FARDC au Nord-Kivu, le général Bahuma est décédé (31 août 2014)
  16. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  17. Fête de l'indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa (30 juin 2014)
  18. Joseph Kabila place la fête de l'indépendance sous le signe d'un hommage « vibrant » aux FARDC (29 juin 2014)
  19. Nord-Kivu: accrochage entre militaires congolais et rwandais à Kabagana (11 juin 2014)
  20. L'Afrique du Sud étend la mission de ses soldats en RDC jusqu'en 2015 (25 mars 2014)
  21. Les FARDC ont pris le dernier bastion des rebelles de l'ADF à Makoyoya 3 (12 mars 2014)
  22. Les FARDC délogent les miliciens APCLS de Nyabiondo (18 février 2014)
  23. Amnistie 2014: l'ONU applaudit, les Congolais dubitatifs (6 février 2014)
  24. Assassinat de Mamadou Ndala: le gouvernement induit en erreur sur l'implication des ADF-NALU, selon Mende (22 janvier 2014)
  25. Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni (2 janvier 2014)
  26. Pas d'accord de paix avec les rebelles vaincus du M23, dit le gouvernement congolais (12 novembre 2013)
  27. Il n'y aura pas d'accord entre la RDC et le M23 à Kampala mais plutôt une déclaration, selon Mende (6 novembre 2013)
  28. Les FARDC reprennent au M23 la colline stratégique de Mbuzi (4 novembre 2013)
  29. Message de Joseph Kabila à la nation après la victoire des FARDC contre les rebelles du M23 (30 octobre 2013)
  30. Les FARDC libèrent Bunagana, le dernier bastion des rebelles du M23 (30 octobre 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.