Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Déjouer le complot interne et externe

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 31 octobre 2008

Joseph Kabila
« Mon pays va mal, mon pays va mal.. », chante l’Ivoirien Alpha Blondy. Le temps de compassion et de colère passé, il faut donc se ressaisir maintenant et tirer immédiatement les leçons qui s’imposent. La « chute » officieuse de Goma confirme bel et bien l’existence d’un complot interne et externe contre la République démocratique du Congo. Certes, la situation est grave. Mais, c’est plutôt la Nation qui est en danger.

La «chute » de Goma est la goutte d’eau qui vient de faire déborder le vase. Certes, il y a eu un temps de compassion et de colère. Maintenant, il faut se ressaisir, tirer les leçons utiles de cette déconfiture. Certes, la situation est grave pour autant que la guerre n’est pas encore terminée. Mais c’est plutôt la Nation congolaise qui est réellement en danger.

En effet, cette « chute » de Goma, et les avis sont concordants et se recoupent, vient de prouver, si besoin en était encore, qu’il existe bel et bien un complot contre la République démocratique du Congo. Un complot à la fois interne et externe au regard du déroulement de toutes les actions militaires contre la RDC depuis 1996 jusqu’à ce jour. Car au-delà de ce beau prétexte des Interahamwe, des forces négatives, il se cache bien quelque chose de plus dangereux. Sinon, on ne saurait comprendre cette répétition du même scénario pour faire perdurer la guerre, déboulonner des régimes en place sans que rien ne change en faveur de la République démocratique du Congo. Bien au contraire, l’on assiste lentement et sûrement à la balkanisation du pays, si par le morcellement ou le détachement dans un premier temps, d’une vaste portion du territoire riche du Congo. Allant du grand Kivu jusqu’en Ituri en englobant une bonne partie de Beni. Un « complot-programme » qui bénéficierait de l’appui des multinationales, lesquelles le font exécuter par Etats interposés, mais sélectionnés.

On ne saurait comprendre que les mêmes causes produisent les mêmes effets, avec cette humiliation à répétition de l’armée nationale congolaise, depuis l’époque de Mobutu jusqu’à cette chute de Goma. Il y a donc trahison de la part de quelques Congolais au service de l’étranger. Des loups sont donc dans la bergerie. Les analystes avisés sont formels : l’existence d’un complot de grande envergure et qui bénéficie d’une complicité au plan interne.

UN GRAND DEBAT NATIONAL

Les Congolais ne doivent plus continuer à se faire d’illusion. Ils doivent cesser de s’empiffrer dans des accusations pour se faire bonne conscience. Le moment est venu d’engager un grand débat national au sein des institutions nationales pour déjouer sans tarder ce complot interne et externe.

IL est vrai que l’absence d’un leadership fort demeure un handicap sérieux dans la bonne marche d’une nation. Mais comment en est-on arrivé là et de quelle manière devrait-on remédier à cette situation ?

Il est tout aussi vrai que l’électoral congolais se sent de plus en plus trahi, lui qui s’est investi dans l’organisation de dernières élections pour se doter de dirigeants et d’institutions nationales qui se consacreraient entièrement aux obligations nationales de paix, de sécurité et de développement. Mais constater aujourd’hui qu’une troisième guerre est en train de faire voler en éclats tous ses espoirs, il faut s’imposer un effort pour découvrir ce qui se cache derrière cette supercherie.

Evidemment, sur base de nombreux recoupements, cette guerre a des enjeux économiques, oeuvre des multinationales anglo-saxonnes, relève-t-on. Il s’agit d’isoler une bonne partie d’un vaste territoire riche en minerais. Notamment le grand Kivu et la province Orientale, provinces dotées de nombreuses richesses : pétrole, or, diamant, coltan, nobium, gaz. Dans cette course effrénée des espaces économiques, ces multinationales trouveraient bien leurs comptes en contrôlant toutes ces richesses. Mais auparavant, il faut déstabiliser la RDC, l’affaiblir avant de la morceler. C’est ce qui est en train d’être fait par ces guerres à intermittence régulière.

Des guerres à répétition qui doivent partir de l’intérieur de la RDC, avec des personnes bien tirées au tri et acquises aux intérêts étrangers. Des vers dans le fruit pour paralyser des initiatives au niveau interne. Y aurait-il des compatriotes qui auraient signé des accords avec le diable ? Sinon, comment expliquer que l’armée nationale ne soit jamais apte à préserver l’intégrité territoriale, à protéger ses populations et ses biens ? Mais par contre, exceller dans le vol, le viol, le pillage. Donc, indisciplinée. Le moment est venu pour aller au fond des choses et punir les indisciplinés ainsi que les traîtres.

Pour parvenir à bout de Mobutu, le chef de l’Etat zaïrois a été poussé à désintégrer son armée dans cette obsession de pouvoir. Cette armée-là n’a su résister devant l’avancée des éléments de l’AFDL épaulée par des étrangers. Depuis, la réforme de l’armée tire en longueur à telle enseigne que les derniers résultats militaires négatifs prouvent à suffisance qu’il y a anguille sous roche.

De plus, la réticence de l’Onu à requalifier le mandat de la Monuc suscite des interrogations. Comme si tout se liait pour faire porter le chapeau aux Congolais, incapables de s’assumer avant de prendre acte de leurs insuffisances.

Est-il normal qu’une rébellion soit mieux armée qu’une force internationale ? Voilà encore qui étonne et pousse à la reflexion.

Le débat national est désormais impératif pour répondre à ces interrogations. Tout se passe comme si le Congo ne dispose pas de cadres compétents à même d’accélérer la réforme de l’armée, des services de renseignements, de la Police, mais surtout de l’Administration publique. Tout est bloqué pour que ces réformes n’aient pas lieu alors que se développent à une vitesse supersonique des anti-valeurs.

Non. Il y a péril en la demeure. Que cela soit bien dit. Il faut déjouer sans plus tarder ce complot interne et externe. Afin de sauver la République démocratique du Congo. C’est maintenant ou jamais.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.