Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Les résultats du référendum sur le projet de constitution seront décisifs

Article précédant | Suivant

KINSHASA, le 15 décembre (IRIN) - Les 25 millions d'électeurs de la République Démocratique du Congo (RDC) favoriseront la tenue des premières élections présidentielles et parlementaires s'ils acceptent le projet de constitution qui leur sera soumis dimanche, lors d'un referendum, a déclaré un diplomate en poste à Kinshasa.

« Dire oui à la constitution est indispensable pour la tenue de prochaines élections et pour la fin de la transition en RDC », ont indiqué les ambassadeurs de Chine, France, Russie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis dans un communiqué publié mardi par la MONUC, la mission des Nations unies en République démocratique du Congo.

Ces cinq pays sont les membres permanents du CIAT, un Conseil chargé de gérer la transition de la RDC vers la démocratie. Les principaux bailleurs pour l'organisation des élections sont la Belgique, l'ancienne puissance coloniale, et l'Union européenne.

Une coalition de 44 partis politiques est opposée à ce projet de constitution. Son porte-parole, Théodore Ngoy, a déclaré mardi que «dire oui, c'est vendre le pays face au chantage de la communauté internationale et aux pressions de toutes sortes ».

Selon lui, la constitution comporte de nombreuses lacunes et n'a pas suffisamment fait l'objet de débat public.

Mercredi, Etienne Tshisekedi, le chef du parti principal d'opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a appelé au boycott du référendum et affirmé que toute autre attitude contribuerait à légitimer une procédure qui n'est pas crédible.

La coalition du "non" a une approche différente de celle de Tshisekedi. Elle appelle les électeurs à rejeter la constitution dans les bureaux de vote et à invite ses militants à manifester vendredi.

Etienne Tshisekedi, président du partie de l'Union pour la democratie et le progres social, a appelé au référendum et affirmé que toute autre attitude contribuerait à légitimer une procédure qui n'est pas crédible.

« Le non sera une sanction contre leur manière de nous diriger par la ruse, la méprise, le mensonge et la manipulation », a déclaré mardi Anatole Matusila, un leader de la communauté romaine catholique locale, qui s'oppose projet de constitution.

M. Matusila critique plusieurs articles de la constitution, notamment ceux qui font référence à la présidence et qui, selon lui, donnent des pouvoirs « sacrés » au chef de l'Etat.

« Même s'il a commis des choses déshonorables », a souligné M. Matusila, « [la constitution propose] que le chef de l'Etat ne puisse pas être poursuivi par la justice durant son mandat et [lui] accorde le statut de sénateur à vie une fois son mandat terminé [ce qui] le met hors de toutes poursuites judiciaires ».

« Nous ne pouvons pas non plus accepter de créer un nouveau dictateur », a-t-il ajouté.

Le projet de constitution est soutenu par le président Joseph Kabila et ses quatre vice-présidents qui représentent les différents groupes armés réunis au sein du gouvernement de transition, après l'accord de paix de 2002 en RDC.

Selon eux, la constitution contient tous les ingrédients d'une société moderne et ouverte, notamment des articles sur la liberté d'expression, les libertés politiques, et une économie de marché. Elle assure également la mise en place d'un système politique décentralisé, permettant à chaque province de garder 40 pour cent de ses revenus.

« Il est possible d'y apporter des améliorations, mais nous pensons que les experts internationaux et locaux ont accompli un travail remarquable et de l'avis de tout le monde le futur gouvernement pourra en faire un document de travail » a déclaré Jason Stearns, un analyste de l'Afrique centrale à l'International Crisis Group.

Si le référendum est rejeté, les élections présidentielle et parlementaire qui auraient déjà dû avoir lieu avant juin 2005, seront reportées de nouveau. Cela signifierait également que le processus électoral nécessitera des fonds supplémentaires.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  5. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  6. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  7. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  8. Violences à Kinshasa: l'UDPS avance un bilan d'environ 100 morts (22 septembre 2016)
  9. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  10. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  11. Lisanga Bonganga appelle l'opposition à s'unir autour d'Etienne Tshisekedi (28 juillet 2016)
  12. Etienne Tshisekedi est rentré à Kinshasa (27 juillet 2016)
  13. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  14. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  15. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  16. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  17. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  18. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  19. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  20. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  21. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  22. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  23. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  24. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  25. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  26. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  27. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  28. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  29. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  30. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.