Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Karel De Gucht à New York pour la balkanisation du Congo

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 20 novembre 2008
Karel De Gucht

Attendu très prochainement à New York, l’on se demande si le ministre belge des Affaires étrangères ne va pas torpiller le projet de résolution portant renforcement du dispositif militaire de la mission onusienne en RDC introduit par la France. Apparemment, De Gucht a franchi le rubicon. Pessimiste devant l’éternel sur l’avenir de la RDC, il est perçu en RDC comme un partisan de la balkanisation de l‘ex-Congo Belge. Tant son durcissement de ton envers les autorités de Kinshasa n’est plus considéré comme une simple saute d’humeur mais, au contraire, il est révélateur d’une ligue avec les agresseurs de la RDC.

Entre Bruxelles et Kinshasa, ce n’est jamais les justes noces. Mais cette fois, ce que d’aucuns ont appelé « disputes de ménage » tendent à se transformer en véritables dissensions qui risquent de mettre en péril les relations historiques et diplomatiques privilégiées que l’ancienne colonie et sa métropole ont entretenues il y a plus d’un siècle. A la base de cette brouille récurrente, depuis quatre ans, une sévérité langagière imputée à un homme nommé Karel De Gucht. Ci-devant ministre des Affaires étrangères du Royaume de Belgique.

Les prises de position du flamand sur les autorités de Kinshasa sont tellement dures et pessimistes qu’elles appellent observations et analyse.

Alors que tout le monde compatit au drame humanitaire qui frappe la RDC suite au conflit armé qui sévit dans sa partie orientale, le ministre belge des Affaires étrangères se complaît dans des déclarations tapageuses, tendancieuses qui rompent avec sa qualité de diplomate. Il s’est, une fois de plus, distingué par son pessimisme quant à l’avenir de la RDC et s’est montré très dur envers les autorités congolaises envers lesquelles il n’a fait aucun quartier. Oubliant que le temps de la colonisation est révolu et que la RDC a le droit de se déterminer par rapport à l’évolution du monde et aux aspirations du peuple congolais.

Kinshasa s’est vu frustré et, par conséquent, l’élan de la normalisation des relations diplomatiques s’en trouve estompé. Par la faute d’un individu, ministre des Affaires étrangères soit-il. De Gucht a-t-il le droit d’embrigader toute la classe politique belge dans ses sentiments et ses vues d’esprit ?

L’attitude de Karel De Gucht est tellement rocambolesque qu’il fait désormais cavalier seul au sein du gouvernement belge. Voyant tout en noir sur la RDC et ses dirigeants, il a fini par lasser ses collègues du parti et de toute la classe politique belge. Il est isolé sinon esseulé dans sa démarche visant à vilipender les dirigeants élus de la RDC.

Il y a plusieurs mois, par le fait de Karel De Gucht, Kinshasa et Bruxelles sont entrés en froid. Il s’en est suivi un rappel d’ambassadeur et une fermeture de consulats de part et d’autre. Alors qu’un réchauffement a été observé dernièrement par des contacts à divers niveaux, le ministre belge des Affaires étrangères vient de rééditer son exploit. Il vient, par ses sorties publiques, d’envelopper l’embellie observée par un brouillard épais. C’est à se demander de quoi se mêle M. De Gucht.

Il nous revient de Bruxelles que la classe politique belge est sidérée par une attitude aussi marginale et d’une désinvolture morbide. Cela au point que son langage provocateur et outrancier a poussé le patron des libéraux francophones belges à s’interroger sur son état mental. Didier Reynders s’est demandé si De Gucht n’était pas devenu fou. Car, celui-ci ne réalise pas que le chef de la diplomatie belge puisse se distinguer par des propos qui tendent à annihiler tous les efforts consentis par son propre gouvernement aux fins de renouer le dialogue avec les autorités congolaises.

Il vient de gâcher la fête en poussant les autorités congolaises à se cabrer. Avec raison, car il y a lieu de lire entre les lignes. La persistance du négativisme de De Gucht à l’endroit de la RDC et de ses dirigeants cache mal une condescendance sinon une complicité avec des ennemis du Congo et du peuple congolais.

Il s’est montré non favorable à l’idée d’un renforcement du dispositif militaire de la mission onusienne au Congo (Monuc) que défend bec et ongles la France auprès du Conseil de sécurité de l’Onu. Et dire que le chef de la diplomatie belge va se rendre très prochainement à New York, il n’est pas exclu de penser que l’homme va torpiller les efforts des amis du Congo en cherchant à dissuader le secrétaire des Nations unies d’accepter le projet de résolution présenté par Paris et qui comprend un volet important relatif à la requalification du mandat de la Monuc pour la rendre plus efficace au vu de la situation dégradante sur le terrain.

Dès lors, Karel De Gucht peut passer facilement pour le partisan de la balkanisation de la RDC que souhaitent en coulisses certaines grandes puissances et autres multinationales qui convoitent et exploitent déjà de manière illégale les richesses naturelles du Congo.

Non seulement ne veut pas de la reprise des relations diplomatiques entre son pays et la RDC, mais encore, il s’emploie à torpiller les efforts que tend à conjuguer la communauté internationale en vue de résoudre la crise congolaise dont le foyer est allumé dans la partie orientale de l’ex Congo-Belge.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.