Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Le Bas-Congo toujours pro-Bemba

Article précédant | Suivant
Forum des As - 26 novembre 2008
Jean-Pierre Bemba
Archive

«To ye pona na mbongo te, mais na volonté». C’est par ce slogan que les militants du MLC/Bas-Congo justifiaient leur imposante mobilisation comme pour s’adresser à un parti dont ils taisaient le nom. En fait, à l’instar de l’UDPS et du PALU, le parti cher à Jean-Pierre Bemba Gombo semblait traduire, lors de la dernière tournée des cadres dans le Bas-Congo, un message clair: le MLC mobilise sans ... soudoyer. Le secrétaire général François Muamba, en l’absence de «Igwe», a su conduire les troupes en larguant, à chaque étape de la tournée, un speech qui répondait aux attentes des militantes et militants. Contrairement à plusieurs pronostics, après le score réalisé en 2006,
Le Bas-Congo demeure le bastion du MLC
Là où, la ville de Matadi semblait avoir remporté la palme d’or en matière de mobilisation samedi dernier, la ville de Boma a remis toutes les pendules à l’heure le lendemain, c’est-à-dire dimanche. Rameaux, fanfare, drapelets du MLC, une bonne fourchette des taxis ... tout avait été mis à contribution pour accueillir la délégation des cadres du parti cher à JP Bemba conduite par le secrétaire général François Muamba Tshishimbi. A l’arrivée des députés et sénateurs du MLC à Manterne, à 22 kms de la ville de Boma, le dimanche 23 novembre dernier à 16h15’, tout portait à croire que les taximen avaient consacré cette journée à l’accueil des cadres de «leur» parti. C’est ainsi que les 22 kilomètres symbolisant l’accès à la ville de «bana Boma pas deux» ont été parcourus sous un cortège monstre, en plus de la dizaine de jeeps des cadres du parti cher à JP Bemba.

BOMA PLUS QUE JAMAIS FIDELE A JP BEMBA
A l’entrée de la ville, au rond-point, tout indiquait que le MLC était bel et bien chez lui. Ceux qui s’étaient amassés le long de différentes artères ayant incarné un véritable carnaval politique, ainsi que les passants, semblaient tous d’accord sur une chose: Boma demeure pro-Bemba. Comme pour s’adresser à un parti dont ils taisaient le nom, tous indiquaient: «pona mbongo te, mais na volonté». Le cortège, parti de Kinshasa avec seulement une dizaine de jeeps, s’estimait à plus de soixante véhicules salués par la population de différents quartiers qui lançaient à l’égard des cadres du MLC et, plus particulièrement à l’endroit du dynamique secrétaire général François Muamba, que la ville était «Igwe». Bon nombre de gens pensaient même que JP Bemba avait déjà été libéré et s’employaient à le chercher à travers le cortège criant «wapi ye».
Chaque avenue de Boma paraissait MLC. Lorsque, à la place «Etvia center», elle s’est rendue compte que Bemba n’était pas dans la délégation, la foule scandait «libérez Bemba». Dès lors, tous les honneurs revenaient au «Sg» qui, dans un lingala facile comme diraient certains, a su emballer la foule. De quoi rappeler la belle époque du règne de l’UDPS en RDC. Et lorsque, à travers une parfaite communion entre la base et les cadres, on entonnera la célèbre chanson «aza muana Congo», ce fut un véritable délire. Le même tableau sera à l’affiche quand la traditionnelle chanson «nzambe aponi yo osalela ye» fut exécutée. Juste après ces chansons, la foule scandait, comme à l’accoutumée, «yo nani oboya Igwe». C’était tout un message, une véritable interpellation à qui de droit.

LE 08 DECEMBRE 2008, UNE DATE FATIDIQUE
Très ovationné par la population, après la brève introduction faite par le deuxième rapporteur de l’Assemblée provinciale du bas-Congo, le sg François Muamba a su capitaliser l’attention de la base dans son adresse. «Jean-Pierre Bemba fut la première personne à s’élever contre la dictature en 1998. D’où, la création du MLC», a-t-il amorcé son discours pour rappeler l’historique même du parti. Tout en précisant: «Nous n’avions pas pris les armes pour faire la guerre, mais plutôt pour avoir l’occasion de libérer le peuple congolais ... le MLC fut un élément moteur pour mettre fin à la guerre et réunifier le pays». Le secrétaire général de la deuxième force politique en RDC et du plus grand parti d’opposition s’est employé, par la suite, à démontrer à quel point Jean-Pierre bemba Gombo s’est sacrifié pour l’intérêt général: «Nous sommes allés au dialogue intercongolais pour que JP Bemba soit président de la République durant la transition. Mais, il s’est fait violence avec le 1+4. Vous savez tous comment les élections se sont réalisées en 2006. Une fois de plus, il s’est fait violence pour accepter ce qui s’est passé et entrer dans l’opposition. Mais, de quelle manière il a été payé? Plus de deux fois, on voulu le tuer. Ainsi donc, de Lusaka à 2006, que des concessions dans l’intérêt général».
S’appesantissant sur l’affaire Bemba, le «Sg» a indiqué que cela n’avait rien avoir avec le dossier de 2002-2003 à Bangui. «Ce n’est pas une affaire de justice, mais un complot. Car, son dossier est vide. Les juges de la CPI avaient demandé au procureur d’apporter des preuves le 03 octobre dernier. Mais, le dossier est vide. Le dernier délai, c’est le 08 décembre prochain. Comme il n’y a pas de preuve, nos avocats ont déjà demandé la libération de Jean-Pierre Bemba, car de mai à novembre, on n’a pas prouvé pourquoi on l’a arrêté». Du coup, la foule se mit à crier très fort «libérez Bemba». Revenant à la charge, François Muamba lance: «Si Igwe était là, nous n’allions pas être ridiculisé à l’Est du pays. Ceux qui maintiennent Jean-Pierre Bemba en prison sont contre le Congo. Prions pendant que les avocats font leur travail pour que JP Bemba soit libéré le 08 décembre et qu’il regagne la RDC».

LA SITUATION A L’EST, LA PART DE- CINQ CHANTIERS, LES CONTRATS CHINOIS
Après le cas Bemba, François Muamba a scruté le Gouvernement Muzito. «Gizenga I n’avait pas de programme sérieux, pas de gens capables de redresser la situation sociale de la population, Gizenga II c’était une manière de blaguer avec le Congo. Gizenga III sans Gizenga, c’est la continuité et le travail de l’Etat est fait par un Gouvernement parallèle. Face à cette situation, le MLC continue sa lutte pour un véritable changement et que le vrai Gouvernement arrive avec le MLC. D’ailleurs, nous irons aux élections locales pour démontrer qui détient la vraie majorité. Nous devons déjà nous préparer». Face à la situation à l’Est de la RDC, il déclare: «L’Est a voté massivement, mais pour quels résultats au jour d’aujourd’hui? Ils ne doivent plus commettre cette erreur. Pour leurs affaires, il y a toujours l’argent. Mais, pour les affaires du peuple, il n’y a pas d’argent».
Abordant le chapitre réservé aux cinq chantiers, le Sg François Muamba a ironisé en ces termes: «Les Chinois ont laissé les grands travaux pour vendre des beignets et des cacahuètes. Mais, nos mamans feront quel travail? D’ailleurs, les opérateurs économiques congolais pleurent parce que le petit commerce est entre les mains des étrangers. Nous ne laisserons pas cette affaire de cinq chantiers. D’ailleurs, le Congo n’a pas besoin de cinq chantiers, mais plutôt de cinq mille chantiers». Tranchant net, Muamba Tshishimbi lâche: «Ce contrat doit être renégocié parce que nous ne pouvons pas brader nos minerais». C’est la nuit tombée que le meeting de Boma a pris fin à la grande satisfaction des militants et sympathisants du MLC.

MATADI: UNE AUTRE DEMONSTRATION DE FORCE DU MLC
Le samedi 22 novembre 2008 à 17h00’, dès que le cortège des députés, sénateurs et autres cadres du MLC atteignait l’entrée de la commune de Mvuadu, la porte d’entrée de la ville portuaire, une mobilisation tous azimuts était à l’affiche. Comme à Boma, taxis et taxi-bus étaient mis à contribution, en dehors d’une foule inestimable. Après avoir traversé une bonne partie de la ville, c’est finalement devant la maison communale de Mvuzi que les militants ont été conviés à un meeting animé par François Muamba qui était, pour la circonstance, introduit par le secrétaire exécutif du MLC/Bas-Congo, le député national Lajos Bidiu. Pratiquement même cheminement qu’à Boma: historique du parti à l’occasion de 10 ans du MLC, contrats chinois, la date du 08 décembre 2008, situation à l’Est avec accent sur le vote massif en 2006, le Gouvernement Muzito. Tout comme aussi la présentation des cadres où l’on retrouvait, aux côtés du secrétaire général François Muamba, deux secrétaires généraux adjoints: Jacques Lunguana chargé de la logistique et finances et Constant Ndom Nda Ombel de la coordination des fédérations. Tous les deux députés nationaux ont été vivement applaudis par la population. Outre les deux «Sga» précités, on notait la présence, au sein de la délégation des cadres du MLC, du député national Fidèle Babala, du sénateur Romain Nimy, du président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa Roger Nsingi, du député national Albert Mpeti, de différents cadres représentant toutes les provinces de la RDC et de Mme Françoise Muamba, l’épouse du secrétaire général du MLC. En dehors des cadres venus de Kinshasa, Léonard Fuka Unzola a été réclamé par l’assistance et ovationné à sa présentation par M. François Muamba.

KASANGULU, KISANTU, MBANZA-NGUNGU ET KIMPESE DANS LA DANSE
Ayant quitté Kinshasa le samedi 22 novembre 2008 vers 9h00’, la délégation du MLC encadrée par une grande foule est arrivée à 10h30’ au territoire de Kasangulu, première étape de la tournée de trois jours dans la province du Bas-Congo. Sur place, c’est le député national Jean-Claude Vuemba qui a accueilli la délégation au siège du MPCR, son parti politique. Cela fut suivi d’une longue marche à pied de la cité Shell jusqu’au marché au rythme de la fanfare, en passant par la nouvelle permanence du MLC qui fut inaugurée à cette occasion. Sur place au marché, introduit par le même Vuemba, François Muamba a fait un bref meeting. La mobilisation était également au rendez-vous à 12h15’ à Kisantu, plus exactement à Kimbala, à l’arrivée de la délégation. Même son de cloche, même décor à 13h03’ à la cité de Mbanza-Ngungu et à 15h00’ à la cité de Kimpese où le Sg fut introduit par le Sga Jacques Lunguana, ancien président fédéral et originaire du district des Cataractes.
Partout où la délégation du MLC est passée, elle avait en face d’elle une foule joviale, visiblement en quête des nouvelles de son leader et heureuse de recevoir le sg François Muamba et les cadres venus de Kinshasa. Affiches, drapelets et autres effets portant l’effigie du «chairman» Jean-Pierre Bemba se distribuaient comme de petits pains au point que les cadres venus de Kinshasa, à commencer par le sg François Muamba, n’eurent, en fin de compte, d’autre choix que de sacrifier leurs képis pour satisfaire les militants. Ainsi donc, le MLC demeure à ce jour la première force politique sur terrain dans le Bas-Congo. En fait, mission accomplie «François» dont la délégation a regagné la ville de Kinshasa hier en fin d’après-midi.


Autres articles


  1. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  2. Joseph Kabila invite les Congolais « au règlement pacifique de toutes divergences politiques » (29 juin 2015)
  3. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  4. Bemba-Luhaka : le divorce consommé (15 décembre 2014)
  5. Les fondateurs du MLC soutiennent Luhaka, Kambinga et Egwake (10 décembre 2014)
  6. Les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti (8 décembre 2014)
  7. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  8. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  9. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  10. Jean Claude Vuemba : « Le peuple congolais exige des élections cumulées et organisées avec le suffrage universel direct de 2016 » (28 mai 2014)
  11. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  12. Kinshasa-Brazzaville: Jean-Claude Mvuemba appelle à la rupture des relations diplomatiques (30 avril 2014)
  13. Changement de la constitution : « un divertissement inutile », selon Jean-Claude Vuemba (19 mars 2014)
  14. Jean-Claude Vuemba conseille à la Majorité de choisir un dauphin à Joseph Kabila (18 mars 2014)
  15. Le MLC rejette le scrutin indirect proposé par la CENI (10 mars 2014)
  16. Amnistie en RDC: l'opposition accuse le pouvoir d'avoir légiféré uniquement en faveur du M23 (30 janvier 2014)
  17. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  18. L'opposition parlementaire « remet en cause tout dialogue se fondant sur l'ordonnance » controversée de Joseph Kabila (15 août 2013)
  19. La Cour suprême de justice valide l'élection des gouverneurs du Bas-Congo et de la Province Orientale (3 janvier 2013)
  20. L'opposant Jean-Claude Vuemba juge «inadmissible» que le gouvernement négocie avec le M23 (26 novembre 2012)
  21. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  22. 16 candidats se bousculent aux portillons du gouvernorat du Bas-Congo (1 octobre 2012)
  23. Shabani, Diomi, Lumbala: l'opposition politique en débandade (25 septembre 2012)
  24. Un nouveau paysage politique se dessine après les lêgislatives de 2011 (3 février 2012)
  25. Le mot de grève d'Etienne Tshisekedi n'a pas été suivi à Matadi (30 janvier 2012)
  26. Les enseignants du secteur public en grève dans la province du Bas-Congo (10 janvier 2012)
  27. Joseph Kabila réélu président de la République démocratique du Congo (9 décembre 2011)
  28. Joseph Kabila affirme être « le seul président jusqu'à l'élection du 28 novembre » (26 novembre 2011)
  29. Vital Kamerhe désapprouve la stratégie de candidature unique de l'opposition (19 novembre 2011)
  30. Tshisekedi-Kengo-Kamerhe: des intérêts divergents (6 octobre 2011)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.