Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Et si Tshisekedi démissionnait ?

Article précédant | Suivant
Le Phare - 28 novembre 2008
Etienne Tshisekedi

Communiqués et contre-communiqués, réunions et contre-réunions, accusations et contre-accusations, rien ne va plus au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social. Où, pour la première fois, le leader du parti lui-même fait face à une fronde certes caractéristique de la maturité acquise tout au long d’un combat qui a été de larmes et de sang, mais qui n’en illustre pas moins, par certains aspects, l’acharnement de la bêtise humaine transformée en ambition et en projet de société. Une véritable ambiance de guerre civile dont personne, sauf miracle, n’entrevoit l’issue à un moment où l’Udps avait, du moins le croyait-on, encore un rôle majeur à jouer…Avec comme résultat d’accentuer la pression sur le leader du parti qui ne sait plus à quel saint se vouer pour sortir de la crise.Arrêt sur trois images fortes. La première est une rencontre du bureau du Comité organisateur du 1er congrès de l’Udps avec la base de Kinshasa jeudi dernier pour célébrer le premier anniversaire du lancement par Etienne Tshisekedi de la carte spéciale du Congrès. Tous les cadres bénéficiaires des dernières décisions du leader de l’Udps sont absents.

Deuxième image : la longue marche du nouveau secrétariat national pour une investiture toujours introuvable…Troisième image : les éléments du groupe dit « Forces de progrès » qui dispersent à coups de pierres, hier mercredi à la permanence, une rencontre destinée à la formation de leurs camarades qui auront en charge la sécurité et la santé des délégués au congrès. Plusieurs blessés, des dégâts matériels et des cadres du bureau du comité organisateur du congrès molestés au nom d’une philosophie politique qui ne finit pas, chaque jour, de transformer l’Udps en milice incontrôlable, dont la violence est paradoxalement tournée vers ses propres enfants.

Où va donc l’Udps ? Le parti d’Etienne Tshisekedi n’a-t-il donc pas encore touché le fond et faut-il qu’il soit assez fou pour continuer avec une incroyable délectation à se déculotter en public ?

Guerre civile

Les trois images illustrent en effet, jusqu’à la caricature, le psychodrame – tantôt drame, tantôt vaudeville – que vit à ce jour l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social. Un parti qui continue de se prévaloir du titre de fille aînée de l’opposition, quand bien même, après avoir donné la pleine mesure de son sens de sacrifice pour le pays, il n’arrive plus, par une sorte de cruelle autodérision, à servir ni de modèle ni de locomotive à ce qui reste encore d’opposition non institutionnelle.

Pire, les différents groupes qui se font face se réclament tous du Président national, dont personne n’est en mesure de dire aujourd’hui, tant il garde un silence de marbre, s’il approuve ou désapprouve la triste caricature qui est faite de son parti.

Face donc à l’œuvre inachevée et qui tend à s’écrouler ; face à l’urgence de la refondation pour la conquête du pouvoir ; face au cruel délitement du parti, des voix se sont élevées pour dire stop à la folie des hommes et exiger le retour à la sérénité. Dans ces mêmes colonnes, il y a deux semaines, un confrère estimait qu’il fallait sauver l’Udps, comme patrimoine national, contre ses propres démons. Un autre surenchérissait, la semaine dernière, que l’heure étant grave, Etienne Tshisekedi devait rentrer au pays pour mettre fin à une crise qui l’interpelle personnellement.

Le leader de l’Udps doit d’autant plus agir dans l’urgence qu’au stade actuel, comme pris de folie furieuse, les différents protagonistes privilégient plus leur orgueil personnel et leur amour-propre plutôt que l’amour d’un parti qu’ils s’emploient avec un zèle rare à déchirer à belles dents. Il doit d’autant plus s’impliquer qu’il a, à Bruxelles où il séjourne, senti souffler avec une rare violence et sans doute pour la première fois, comme une sorte d’avertissement céleste, la tempête de la fronde.

Vague de contestation

Cette contestation transparaît clairement dans les différentes déclarations et motions des organes centraux et structures fédérales adressées depuis bientôt deux semaines à Etienne Tshisekedi.

Il en est ainsi de la lettre du Collège des Fondateurs datée du 14 novembre. On y lit, notamment, en conclusion, que « Le Collège des Fondateurs, en sa qualité de Haute Autorité Morale du Parti, chargée de veiller au bon fonctionnement des organes du Parti, au maintien de l’ordre, de la discipline et de la sérénité, vous informe avec regret que les décisions 079 et 080, prises en violation flagrante de nos statuts et règlement intérieur, sont nulles et de nul effet ».

Comment a-t-on donc pu en arriver là ? Qui a donc fait commettre au leader de l’Udps les bourdes qui lui valent – le terme n’est pas fort – ce rappel à l’ordre de ses pairs du Collège des Fondateurs ?

L’affaire est d’autant plus grave qu’à quelques nuances près, c’est la même tonalité qu’on retrouve dans une motion des membres du Comité National datée toujours du 11 novembre 2008. Celle-ci fustige la « kyrielle des décisions », « la pression constante des liquidateurs bien connus », « la nomination d’un secrétaire général deus ex-machina », l’empressement à organiser la remise et reprise dans les 48 heures « sans que le secrétaire général soit passé devant la plénière du Comité National pour son investiture ». C’est encore le Comité national qui s’étonne que la réhabilitation du secrétariat national ne consiste plus « à remettre en fonction tous les membres du bureau et tous les secrétaires nationaux et leurs adjoints », mais débouche paradoxalement sur « la nomination d’un nouveau secrétaire général, la réduction de l’organigramme du secrétariat national et la non reprise de certains secrétaires nationaux et leurs adjoints ». La conclusion tombe alors comme un couperet : « Après que l’Udps ait raté des occasions en or de servir ce peuple martyr, nous étions tous en droit d’espérer que le premier Congrès du Parti serait l’unique occasion de réexaminer courageusement notre itinéraire, de dresser le bilan de nos atouts et de nos faiblesses, de réévaluer nos chances, de réactualiser nos stratégies et nos alliances, de moderniser notre Parti en vue de conquérir le pouvoir et de le traduire en actes au profit exclusif de notre peuple. Quelle n’est pas, aujourd’hui, notre indignation de voir le Président national récompenser et élever les fossoyeurs patentés de ce projet de Congrès et les violateurs zélés de nos statuts ! Plus que jamais depuis sa fondation, l’Udps est en danger. Et avec elle, l’immense espoir de tout un peuple meurtri et humilié ». Dans un mémorandum lui aussi daté du 11 novembre, « la base des quatre fédérations de la ville-province de Kinshasa » déclare rejeter les décisions N° 078, 079 et 080 ainsi que leurs animateurs. Avant de condamner, énergiquement, la prise unilatérale des décisions, « cause des frustrations permanentes dans le chef des membres du Collège des Fondateurs et d’absence d’harmonie entre les membres du Parti ».

L’interfédérale de Léopoldville y va aussi de sa critique la plus acerbe lorsqu’elle « s’étonne de la contradiction qui ressort des dernières décisions du Président National et se demande si, en jetant son dévolu sur le camp des réfractaires qui jurent sur la non tenue du 1er Congrès pour ne pas perdre les avantages acquis et prétendument pré-affectés, il ne confirme pas la thèse selon laquelle le chef du Parti n’a jamais voulu du Congrès qui érigerait des garde-fous à une gestion paroissiale d’un Parti qui, pourtant, justifie son existence comme antithèse de la gestion monolithique de la chose publique. (Enfin,) l’interfédérale de Léopoldville rend le Président National seul responsable de la crise qui prévaut au sein du Parti et, par là, de la destruction de notre œuvre commune du fait de la négation des valeurs démocratiques qu’il a toujours prêchées ».

Dernière réaction en date, celle de l’Internationale de l’Udps réunie du 22 au 23 novembre à Lyon. Très dure, elle dénonce le fait que le parti soit « pris en otage par les bénéficiaires de l’amnistie consécutive aux décisions N° 073 et 074 et par la famille biologique du Président National ». Elle fustige « la collaboration de certains hauts cadres du Parti ayant fait recours à la police répressive pour charger les combattants réunis devant la permanence du parti à l’occasion du 1er anniversaire du lancement des cartes du Congrès ; attitude (qui) accrédite la thèse selon laquelle les cadres susvisés seraient de connivence avec le pouvoir en place et les puissances extérieures pour faire échec à la réalisation des objectifs que s’assigne le Parti ».

Et si Tshisekedi démissionnait ?

Un autre qu’Etienne Tshisekedi aurait sans doute plié avant de rompre face à une si violente attaque en règle. La situation est en tout cas si grave à ce jour au sein de l’Udps que les observateurs craignent désormais le pire tant l’autorité d’Etienne Tshisekedi a été durement secouée. Le ton en moins, les mêmes observateurs admettent du reste que les critiques opérées par les différents organes et structures de l’Udps ne manquent généralement pas de pertinence. Ce qui rend la tâche du leader de l’Udps particulièrement délicate, tant il se voit obligé à la fois de corriger les erreurs qu’on lui impute et de réconcilier les cœurs et les esprits autour des textes en vigueur, en attendant leur amendement éventuel par le Congrès.

Aussi face à l’impasse, certaines voix n’excluaient plus une démission du leader de l’Udps, tandis que pour d’autres, ce dernier doit plus que jamais agir en apportant la preuve non seulement qu’il a le contrôle des événements, mais aussi et surtout qu’il dispose des ressources morales, physiques et intellectuelles nécessaires pour affronter la crise et en sortir avec une nouvelle légitimité et une autorité renforcée.

Autant dire donc que la tâche s’annonce titanesque. Un : les dernières décisions d’Etienne Tshisekedi ont été contestées dans les rangs de son propre parti, c’est une lapalissade. Deux : pour la première fois, la famille biologique du Président national de l’Udps a été pointée du doigt parmi les facteurs de la crise, ce qui devrait l’obliger à fixer clairement et impérativement les limites des espaces entre le privé et le public, afin d’éviter toute interférence. Trois : le nouveau cabinet du leader de l’Udps ne semble pas avoir joué, dans cette crise, le rôle de l’Eglise au milieu du village sinon au-dessus de la mêlée, ce qui a gravement contribué à décrédibiliser les décisions du chef du parti au lieu de réunir le consensus autour d’elles. Quatre : avec cette crise, les craintes se sont amplifiées quant à la volonté des uns et des autres d’aller réellement vers le Congrès comme instance de réévaluation, de refondation et de modernisation de l’Udps.

Face à un tableau aussi sombre, Etienne Tshisekedi devra assumer. La question est évidemment de savoir comment. Il s’agira d’abord d’identifier sans complaisance, artifices ou faux-fuyants tous les facteurs de la crise, en ce compris la famille biologique du chef de l’Udps, dont on dit de plus en plus qu’elle cherche à privatiser le parti à son profit exclusif, au risque de mépriser le sacrifice de bien de cadres et combattants anonymes qui ont tout perdu, y compris leurs vies, leurs foyers et leurs enfants, au nom de la lutte. Il en est de même de ceux dont on dit également qu’ils n’ont plus que le langage des espèces sonnantes et trébuchantes pour manipuler, corrompre ou acheter les consciences. Deuxièmement, il faudra que tous les protagonistes acceptent cette évidence qu’autant la base de l’Udps s’est montrée hostile à toute violation des textes, autant elle a avec un bel ensemble réaffirmé son attachement à Etienne Tshisekedi.

Pour le reste, le gâchis est bel et bien là, au point que la fracture s’annonce difficile à résorber. On comprend donc que pour engager de manière déterminée la démarche de la refondation, Etienne Tshisekedi devra encore rester au cœur du dispositif, parce qu’il est le seul à pouvoir parler aux différents groupes qui s’affrontent et à se faire obéir par eux. Il n’est donc ni dans l’intérêt de l’Udps, ni dans celui de la jeune démocratie congolaise que Tshisekedi s’efface sans avoir achevé d’en construire le modèle au regard de notre propre expérience, et de lancer son parti sur la trajectoire de la conquête du pouvoir.

Cette solution implique naturellement qu’on fasse appel au courage des cadres dont les actes de nomination ont violé les textes afin qu’ils privilégient, par leur démission, l’amour de leur parti. Du coup, en évitant d’embarrasser davantage leur leader, ils lui permettraient en même temps de corriger les actes contestés après consultation des organes et structures intéressés, selon les termes des textes régissant l’Udps, à une telle démarche. Ainsi tout le monde s’en sortirait sans beaucoup de casse et surtout dans l’unité et la cohésion dès lors qu’aux termes des consultations ainsi engagées, il y aurait moyen de reprendre les mêmes cadres dans un climat plus consensuel et plus apaisé. Comme alternative à cette solution, des voix au sein de l’Udps proposent de reporter courageusement toutes les décisions querellées pour ne se concentrer que sur l’unique objectif de la tenue, dans près de deux mois maintenant, du premier congrès de l’histoire de l’Udps, lequel se chargerait évidemment de définir clairement les compétences de chaque structure et de rénover la direction du parti.

Ceci veut dire aussi que l’option de la tenue du Congrès devra clairement et publiquement être réaffirmée par Etienne Tshisekedi afin d’évacuer toute équivoque susceptible de faire croire à certains cadres qu’il s’est agi d’un projet vague et sans lendemain. Mais aussi de permettre aux structures chargées de le préparer d’agir de manière indépendante et avec tous les moyens politiques, juridiques et humains appropriés pour la réussite d’un rendez-vous aussi historique.

Bref, Etienne Tshisekedi qui n’a pas encore achevé sa mission, en tout cas pas celle dont il avait si brillamment décrit les termes en lançant et en clôturant les travaux de la commission préparatoire du Congrès n’a pas, quelles que soient les difficultés de parcours auxquelles il devrait du reste être préparé, à baisser les bras. Le véritable crime se situerait là.


Autres articles


  1. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  2. Violences à Kinshasa: l'UDPS avance un bilan d'environ 100 morts (22 septembre 2016)
  3. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  4. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  5. L'Opposition républicaine de Kengo wa Dondo refuse le dialogue non inclusif (23 août 2016)
  6. Lisanga Bonganga appelle l'opposition à s'unir autour d'Etienne Tshisekedi (28 juillet 2016)
  7. Etienne Tshisekedi est rentré à Kinshasa (27 juillet 2016)
  8. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  9. Bukavu: marche de l'opposition contre le nouveau projet de loi électorale (15 janvier 2015)
  10. Bemba-Luhaka : le divorce consommé (15 décembre 2014)
  11. L'opposition dit non à tout débat sur la loi électorale (9 décembre 2014)
  12. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  13. Etienne Tshisekedi évacué vers la Belgique pour des raisons médicales (16 août 2014)
  14. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  15. Etienne Tshisekedi se porte bien, assure l'UDPS (17 juin 2014)
  16. Révision constitutionnelle: l'UDPS met en garde, la majorité évoque des articles «inadaptés» (11 juin 2014)
  17. L'opposition et la société civile menacent de traduire l'Abbé Malumalu en justice (5 juin 2014)
  18. Joseph Kabila dit non à Martin Köbler (2 juin 2014)
  19. Le rapport des députés sur les expulsions des Congolais de la RDC du Congo/Brazza (13 mai 2014)
  20. Velléités de révision constitutionnelle : Jean-Lucien Busa appelle à un front du refus (9 mai 2014)
  21. L'UDPS et Alliés exige l'élection présidentielle au plus tard en 2016 (27 mars 2014)
  22. Jean-Claude Vuemba conseille à la Majorité de choisir un dauphin à Joseph Kabila (18 mars 2014)
  23. Démocratie en péril en RDC : l'appel de l'Union européenne sera-t-il entendu ? (12 février 2014)
  24. Interdiction de voyager pour Vital Kamerhe: Lambert Mende parle de mensonges (7 février 2014)
  25. L'amnistie va couvrir les faits commis entre janvier 2006 et décembre 2013 (3 février 2014)
  26. Tshisekedi n'a pas rencontré Sassou suite à un «empêchement sérieux», selon l'UDPS (18 août 2013)
  27. L'opposition parlementaire « remet en cause tout dialogue se fondant sur l'ordonnance » controversée de Joseph Kabila (15 août 2013)
  28. C'est confirmé: Tshisekedi chez Sassou ce samedi (14 août 2013)
  29. Le MLC, l'UNC, l'UDPS et Alliés rejettent des « concertations nationales » à sens unique (8 août 2013)
  30. L'abbé Apollinaire Malumalu désigné président de la Ceni (7 juin 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.