Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Les femmes sont sous-représentées au sein du gouvernement

Article précédant | Suivant

KINSHASA, le 10 mars (IRIN) - Les femmes sont toujours sous-représentées dans les cercles de prise de décision en République démocratique du Congo (RDC), réduites au rôle de ménagères et victimes de violences sexuelles répétées, ont fait remarquer mardi dernier des représentantes d'organisations féminines à l'occasion de la Journée internationale de la femme.

«Pourtant, c'est la femme qui est, dans bien des cas, la seule à tenir économiquement la famille en ce temps de crise multiforme aggravée par la guerre qui a fait d'elle la première victime de violences sexuelles» a dit Marie-Ange Lukiana Mufwankol, sénatrice et vice-présidente du parti du Président Joseph Kabila, Parti du peuple pour la Reconstruction et le développement (PPRD).

Les frustrations de la femme congolaise sont encore plus marquées au sénat où se tient un débat sur l'élaboration d'une nouvelle constitution avant les élections prévues cette année.

Selon Mufwankol, les femmes restent sous-représentées au sein des instances gouvernementales alors que le pays est signataire de plusieurs traités et conventions destinés à protéger et à promouvoir les droits de la femme.

Miranda Kabefor, conseillère auprès du Fonds de développement des Nations Unies pour les femmes (UNIFEM), a déclaré à IRIN que les femmes sont loin d'atteindre l'objectif de 30 pour cent de représentativité dans les instances décisionnelles du gouvernement comme le sénat, l'Assemblée nationale et la direction des sociétés d'état. Plus d'actions concrètes sont nécessaires.

«Les femmes ne veulent plus être de simples slogans ou de vains mots des autorités qui font semblant», a-t-elle dit.

Selon elle, sur les 61 ministres et secrétaires d'Etat qui compose le gouvernement de transition, on ne compte que 9 femmes et seulement 60 femmes parmi les 620 parlementaires qui siègent dans les deux chambres. On retrouve ce déséquilibre dans les sociétés d'Etats.

La faible représentativité des femmes au sein des instances gouvernementales pourrait s'expliquer par le faible taux de scolarisation des filles. Selon l'UNICEF, 49 pour cent des jeunes congolaises, moins d'une fillette sur deux, est scolarisée. Toutefois le taux de scolarisation des jeunes filles congolaises a augmenté grâce la campagne «Toutes les filles à l'école» que l'UNICEF mène depuis un an à travers le pays. Cette campagne consiste à offrir une inscription et une année scolaire gratuite aux filles congolaises en âge d'être scolarisées.

«Lors la campagne de 2004, le taux de scolarisation des filles est passé à 50,3%, ce qui est une légère amélioration», a fait remarquer Mohamed Fall, administrateur du programme d'éducation de l'Unicef.

«Avec les réseaux des femmes congolaises, nous menons un combat pour mettre fin à cette conception qui consiste à croire qu'il faut privilégier les garçons en les envoyant à l'école et garder les filles à la maison pour des travaux ménagers, les préparant ainsi au mariage parfois précoce», a ajouté Kabefor.

Pour Solange Kambidi, présidente de l'Union des femmes, cette conception est liée au fait que beaucoup d'hommes interdisent à leurs femmes de travailler dans des bureaux pour leur éviter le harcèlement sexuel, même si celles-ci ont parfois une formation universitaire.

«Le harcèlement sexuel est bien une réalité dans notre société, mais ce sont les mêmes hommes qui interdisent à leurs épouses de travailler qui harcèlent d'autres femmes», explique Kambidi.

Mais les femmes font parfois aussi du harcèlement sexuel à l'égard des hommes. Le réseau des femmes en est conscient et prévient : «les femmes doivent plutôt faire prévaloir leurs capacités et compétences que leur féminité mise en exergue par un habillement léger», a ajouté Kambidi.

Les femmes congolaises qui sont soumises à ces conditions se battent. Elles tiennent même à ce que le code de famille congolais soit modifié.

«Les femmes se battent, au niveau du ministère des droits de l'homme et de la solidarité nationale en vue d'obtenir une modification de la loi qui conditionne le travail ou le voyage de la femme à une autorisation préalable de son mari», a dit Kabefor.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  5. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  6. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  7. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  8. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  9. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  10. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  11. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  12. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  13. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  14. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  15. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  16. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  17. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  18. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  19. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  20. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  21. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  22. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  23. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  24. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)
  25. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  26. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  27. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  28. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  29. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  30. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.