Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Opinion: Les généraux ex-Faz n'ont-ils jamais gagné une guerre ?

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 24 décembre 2008

Les généraux ex-FAZ Bolozi, Baramoto, Mavua, Eluki et Nzimbi
Les généraux ex-FAZ Bolozi, Baramoto, Mavua, Eluki et Nzimbi
Je commence par informer le lecteur que cet article n’engage que ma personne, quoique traitant de la situation d’environ trente cinq Généraux restés au pays, combattus et exclus de toutes les procédures qu’a connues notre pays depuis que les libérateurs en ont pris la direction.

Il y a peu, les élus ont demandé au gouvernement actuel de faire appel aux généraux ex-Faz pour qu’ils apportent leur contribution afin de sortir la RDC de la honte que Nkunda est en train de lui infliger à travers sa promenade de santé à 1’Est. La raison est que, sauf preuve du contraire, ces généraux ont été formés pour cela et qu’ils ont fait preuve de leur savoir.

La demande des élus a été, pour moi, légitime, car je crois que leur mandat leur donne le droit et 1’obligation de veiller à 1’intégrité du territoire, au bien-être de la population et à la bonne marche des institutions.

Quelle n’a pas été ma surprise d’apprendre de la bouche de certains soi-disant dirigeants et de quelques officiers, anciens collaborateurs Faz, que les élus accordent aux Généraux ex-Faz beaucoup d’importance pour rien. Justification : «Nous n’avons jamais gagné une guerre et c’était les Marocains qui le faisaient pour nous».

Plus grave encore, un professeur, député par surcroît, a osé suggérer que les Généraux ex-Faz «doivent se présenter au camp Kokolo pour un nouveau recrutement» ! Nous ne sommes pas des caporaux, ni des chercheurs d’emploi. Nous sommes des Officiers formés dans de grandes Ecoles de ce monde et n’avons pas seulement la connaissance, nous avons aussi l’expérience acquise durant notre longue carrière. Ne dit-on pas que c’est le malade qui cherche le médecin et non l’inverse ?

Vous êtes, Monsieur le professeur député, l’un des proches collaborateurs du Chef de 1’Etat. Pourriez-vous dire à l’opinion pourquoi, sans connaître le motif, vous avez refusé de recevoir notre délégation qui avait sollicité une audience en vue de vous remettre un document pour le Président ? Mériteriez-vous le qualificatif de collaborateur du Chef de 1’Etat en agissant ainsi?

Quelques succès des ex-Faz

Ce que vous ignorez est que nous détenons des copies de documents que nous avons adressés à l’époque aux Dirigeants du pays, après avoir mené des études fouillées analysant les différentes situations de notre Armée. Nous avons, dans ce travail d’état major, proposé des solutions possibles.

Pour votre information, un bon Officier d’état major ne présente jamais à son chef un travail avec une seule proposition. Nous n’avons donc pas attendu vos injonctions pour nous mettre à la disposition de notre pays. Je vous conseille de vous occuper de l’organisation du parti que vous avez hérité. Intervenez un peu plus aux débats pendant les plénières, au lieu de vous rendre ridicule en faisant des déclarations intempestives à la presse sur les sujets que vous ne maîtrisez pas.

A ceux qui disent que nous n’avons jamais gagné une guerre et que les Marocains la gagnaient pour nous, merci. Au moins, ces guerres étaient gagnées. Mais vous, qui aviez les Zimbabwéens, Angolais, Tchadiens, Sud-africains et la Monuc, qu’avez-vous fait jusqu’à ce jour ? Nkunda vous nargue et va où bon lui semble.

Pour l’histoire, je suis obligé de citer quelques succès dans lesquels les ex-Faz se sont distinguées. Les mercenaires de Bob Denard ont été chassés de Bukavu par nos troupes commandées par notre premier Breveté d’état major, je cite le Général Babia, alors Major.

Le Roi du Burundi a été réinstallé sur son trône par l’un de nos bataillons, car il était renversé lors d’une visite d’Etat chez-nous, acte que le Maréchal avait qualifié d’inamical.

Un de nos bataillons a chassé ceux qui vous font trembler aujourd’hui lorsqu’ils ont essayé de renverser le pouvoir établi au Rwanda. Il a fallu que les superpuissances affaiblissent notre pays par des embargos pour que le pouvoir rwandais actuel, que vous craignez à mort, s’installe.

La conquête du Bas-Congo a eu lieu suite à notre plan opérationnel. Le défunt Président Kabila a fait appel à nous et nous a demandé de mettre notre connaissance à la disposition du pays agressé. Nous lui avons présenté un plan pour une opération tenaille avec deux Forces : l’une partant de Moanda pour conquérir Kitona, base arrière de l’ennemi, puis progresser vers Boma et Matadi. La deuxième Force devait partir de Kinshasa pour faire jonction avec la première à Matadi.

Parlons le langage militaire

J’ai été personnellement scandalisé lorsque le Président nous a félicités pour notre travail et nous a dit qu’il n’avait pas d’hommes pour exécuter l’opération. Nous lui avons alors proposé de recourir à la diplomatie de bon voisinage. Ce qu’il a fait, car l’Angola qui laissait les Rwandais survoler son espace aérien le leur a interdit, mais a plutôt mis ses Forces à la disposition de la RDC. Ces Forces sont parties de Moanda pour Matadi et les Zimbabwéens sont partis de Kinshasa pour le même lieu. Résultat, les Rwandais coincés, se sont mis à menacer de faire sauter Inga, si on ne leur laissait pas une sortie.

Une fois de plus, il y a eu intervention extérieure pour qu’on les laissât sortir par Matadi. Le Sénateur Yerodia est notre témoin, parce qu’il était avec nous et était le Directeur de cabinet du Président. Compte tenu de notre travail, le Président avait décidé de nous confier les commandements de toutes les zones opérationnelles. Il avait nommé trois d’entre nous pour la zone de Katanga et deux pour celle de Kindu.

Par peur de ne pas devenir ce que vous êtes aujourd’hui, vous, nos détracteurs et anciens collaborateurs, aviez organisé l’assassinat de nos collègues. Ceux du Katanga ont été exécutés et ceux de Kindu ont failli connaître le même sort. Celui qui a été envoyé à Gbado a aussi été menacé, ce qui a poussé le Président à ne plus nous remettre les commandements de zones opérationnelles. Le président a même demandé à l’un des vôtres qui s’était autoproclamé Ministre de la guerre, pourquoi depuis qu’il était là, il n’a pas récupéré un seul centimètre carré du territoire conquis par l’ennemi.

Non, Messieurs, vous semblez ignorer quelque chose. Les Marocains n’ont jamais combattu à notre place, comme vous cherchez à voir la Monuc le faire à votre place. Il est vrai que les Marocains étaient à nos côtés, mais pas pour combattre. C’était plutôt pour appuyer nos Forces combattantes avec les armes d’appui que nous n’avions pas, car notre pays n’avait pas assez des moyens pour nous en fournir. Il y a, dans l’Art militaire, une grande différence entre appuyer et combattre. J’espère que nous parlons le langage militaire avec vous. Sans cela, il y aura confusion.

Des instructeurs de valeur

Un dernier exemple. Il y avait un grand Nkunda dans ce pays ; il avait le soutien international des pays qui se disaient progressistes. Il avait occupé une partie de notre pays dans le Tanganyika. Il était bien équipé et bien armé, avec une base arrière dans un pays limitrophe connu de tout le monde et non imaginaire. Nous l’avons empêché de faire sa promenade de santé comme l’actuel Nkunda. Nous 1’avons confiné sur les hauteurs de Tanganyika, l’avons harcelé jusqu à le chasser du territoire avec des pertes considérables. Ceci, sans intervention extérieure.

Prouvez de quoi vous êtes capables au lieu de perdre votre temps dans des critiques inutiles. Vous devez assurer la paix à la population pour qu’elle puisse travailler et s’épanouir. Que puis-je conseiller à nos Dirigeants ? Qu’ils suivent les conseils des Parlementaires : qu’ils fassent tout pour que le cas Nkunda serve de leçon et ne se répète plus jamais. Qu’ils bâtissent une Armée moderne, adaptée à notre pays et à son environnement. Qu’ils comptent moins sur l’aide extérieure, à moins qu’il s’agisse de l’équipement.

La RDC a des instructeurs de valeur, formés dans de grandes écoles des pays qui ont fait preuve de leur savoir pendant des grandes guerres. La RDC peut former ses Officiers, Sous-officiers, Gradés et soldats avec le concours des instructeurs maison. Les sites de formation existent. Le pays ne manque que de moyens matériels et financiers. Il peut faire appel aux pays amis tout en leur laissant la gestion de leurs fonds. Car, nous sommes de très mauvais gestionnaires.

Que dis-je aux hommes politiques ? Faites attention avec vos déclarations publiques, surtout lorsque vous parlez de 1’Armée. Vous avez acquis de très mauvaises habitudes en ressuscitant le régionalisme et le tribalisme, fléaux éradiqués pendant la Deuxième République.

Profil d’un officier

Parlons du profil d’un officier. Un officier ne devient officier qu’après avoir terminé avec succès 1’académie militaire. Il est alors sous-lieutenant. Il a reçu une formation plus scientifique que militaire, car il sort avec une licence en quelque chose (droit, criminologie, polytechnique, social, etc.). Sur le plan militaire, il est chef de peloton. De ce grade jusqu à celui de capitaine, il n’a besoin d’aucune formation, car il doit acquérir le savoir sur le terrain. Il commandera le peloton pendant au moins trois ans, pour devenir lieutenant, s’il a été bien coté par ses chefs.

Il passe ensuite commandant en second de compagnie et se prépare à prendre la tête d’une compagnie pour devenir capitaine. Lorsqu’il se distingue comme commandant de compagnie, il va apprendre la technique d’état major. Chez-nous, c’était au Centre supérieur militaire. Lorsqu’il en sort, il est bon pour 1’état major de grandes unités (Bataillon, Brigade, Régiment etc.). Il est nommé Major.

Après de loyaux services cotés par ses chefs, il va à l’école d’état major ou des Administrateurs militaires d’où il sort Breveté d’état major (BEM) ou Administrateur militaire (BAM). Il est alors bon pour exercer des hautes fonctions dans 1’Armée. Voila le cheminement normal d’un officier. Agir autrement, c’est rendre un mauvais service à 1’officier, parce qu’il aura des lacunes dans son savoir. L’Armée aura accueilli un mauvais cadre. La nation souffrira d’une mauvaise Armée. Un officier ne commande pas la paperasse, mais plutôt des hommes, souvent sous le feu ennemi. Il a la vie des hommes et non des animaux ou des maisons.

Pourriez-vous accepter qu’un creuseur d’or ou de diamant opère un membre de votre famille ? Sûrement pas. Pourquoi alors confier 1’Armée et le pays aux individus non qualifiés ? N’est-il pas prouvé qu’il n’y a pas de mauvaises troupes, mais qu’il n’y a que de mauvais chefs ? La troupe peut être mauvaise, mais lorsqu’on lui donne un bon cadre, elle devient bonne. Où sont passées les 18 Brigades que le ministre belge A.F. avait formées avec les techniciens belges ? Et celle formées par les Indiens, aujourd’hui rejetées ?

S’interdire de distraire le Chef

En conclusion, que chacun de nous fasse bien ce qu’il doit faire. Pour ceux qui sont dans les allées du pouvoir, qu’ils s’interdisent de distraire le Chef de 1’Etat par des flatteries, des mensonges débitées à l’encontre de ceux qui veulent réellement servir le pays.

Quant à nous, Généraux ex Faz non utilisés, restés au pays, exclus de tous les processus de réconciliation et brimés par nos propres frères, nous réaffirmons que nous ne sommes pas des chercheurs d’emploi, mais que nous pouvons aider par nos conseils, car la RDC appartient à tous ses enfants. Nous ne sommes pas des parvenus au grade de Général. Tout officier général doit avoir une histoire qui écrit sa carrière. La formation d’un Général est laborieuse et très chère. A ce que je sache, le Maréchal Mobutu n a jamais payé les frais de formation d’un officier, mais il avait le souci d’avoir une bonne Armée au service du pays.

Ce souci l’avait incité à négocier et à obtenir pour ses cadres 1’accès aux meilleures écoles militaires du monde, par exemple le Command and General Staff College des USA. Nombre de ses homologues Chefs d’Etat lui demandaient ce qu’il avait fait pour obtenir, chaque année, deux places pour ses officiers au CGSC, alors que les USA leur refusaient une seule bourse. Notre pays était arrivé à avoir une Armée forte et respectée à travers le monde.

Cet édifice a commencé à fondre à partir de 1975, lorsque certains de ses collaborateurs ont entrepris de déverser dans les Faz leurs enfants dont ils avaient raté la formation et 1’éducation. Les différents embargos ont achevé l’une des meilleures armées d’Afrique sub-saharienne. Pourquoi ne pas faire comme le Maréchal qui a commencé avec une armée de mutins, parce que sans cadre, pour bâtir une bonne armée qui a fait parler d’elle ? Est-il mauvais d’imiter un bon exemple ? Je ne crois pas : il n’y a que des sottes gens qui n’osent rien.

Monzili Zabili

Général


Autres articles


  1. Joseph Kabila invite les Congolais « au règlement pacifique de toutes divergences politiques » (29 juin 2015)
  2. La Cour suprême de justice valide l'élection des gouverneurs du Bas-Congo et de la Province Orientale (3 janvier 2013)
  3. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  4. Le mot de grève d'Etienne Tshisekedi n'a pas été suivi à Matadi (30 janvier 2012)
  5. Les enseignants du secteur public en grève dans la province du Bas-Congo (10 janvier 2012)
  6. Joseph Kabila affirme être « le seul président jusqu'à l'élection du 28 novembre » (26 novembre 2011)
  7. 19.497 candidats vont se disputer les 500 sièges à l'Assemblée nationale (26 septembre 2011)
  8. Joseph Kabila visite les nouveaux engins de génie civil de l'Office des routes et de l'OVD (31 mars 2011)
  9. Joseph Kabila: « Si vous ne croyez pas à mes paroles, croyez au moins à mes oeuvres » (9 décembre 2010)
  10. Le taux moyen de prévalence du VIH/Sida à 3,24% en RDC (1 décembre 2010)
  11. Procès Chebeya: John Numbi identifié comme témoin, prochaine audience le 3 décembre prochain (12 novembre 2010)
  12. Bas-Congo: le port flottant à Banana coûtera 133 millions de dollars (11 octobre 2010)
  13. Affaire Chebeya: John Numbi entendu par la justice militaire (19 août 2010)
  14. Bas-Congo: La CEI poursuit la révision du fichier électoral dans certains centres (17 août 2010)
  15. Kinshasa: arrêt de travail à l'Onatra (16 août 2010)
  16. La rentrée scolaire 2010-2011 fixée au 06 septembre 2010 sur toute l'étendue de la RDC (9 août 2010)
  17. Le ministère de l'Economie et les importateurs en guerre (9 août 2010)
  18. Le corps de Floribert Chebeya retrouvé sans vie à Mitendi (2 juin 2010)
  19. Le gouvernement confirme la tenue des élections en 2011 (27 avril 2010)
  20. Les vérités de Mbatshi Batshia sur la gestion du Bas-Congo (23 mars 2010)
  21. La HAM suspend le journal télévisé en Lingala facile (18 mars 2010)
  22. Pont Kinshasa-Brazzaville : les experts à pied d'œuvre à Brazzaville (14 février 2010)
  23. Mbatshi Batshia écoeuré de l'acquittement des huit Ukrainiens accusés d'avoir jeté 5 jeunes congolais dans le fleuve (2 février 2010)
  24. Nouveaux engagements des armées congolaise, rwandaise et burundaise pour renforcer la sécurité dans les Grands Lacs (21 janvier 2010)
  25. Révocation du ministre Botswali, Kabila doit aller plus loin (11 janvier 2010)
  26. Insécurité grandissante à Muanda au Bas-Congo (8 janvier 2010)
  27. Les questions électorales et sécuritaires au centre d'une réunion interinstitutionnelle à Mbuji-Mayi (26 novembre 2009)
  28. Caf - Mazembe-Heartland FC : la fièvre monte, monte encore... à Lubumbashi (6 novembre 2009)
  29. Jean Claude Vuemba dénonce le jeu caché de l'Angola (26 octobre 2009)
  30. RDC-Angola : la trêve (13 octobre 2009)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.