Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Entrée des troupes rwandaises au Kivu : Kinshasa piégé

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 21 janvier 2009
Congo-Kinshasa - Goma - Sake

Fin de la guerre CNDP-FARDC. Début de la guerre FARDC-DFR contre les FDLR. Comme si jamais les armes ne devaient se taire au Kivu empêchant les populations locales à vivre en paix. Quelles que soient les causes profondes de cette nouvelle guerre, on sait toujours comment une guerre commence mais jamais quand elle se termine. Exactement ce qui se passe en Ituri avec l’opération conjointe Ouganda-RDC-Soudan contre la LRA. Sans succès jusqu’ici, mais l’armée ougandaise est rentrée officiellement en RDC. Il en serait peut-être le cas avec le retour de l’armée rwandaise en RDC. Remake de 1996 ? La question reste posée.

Un ou deux bataillons de l’armée rwandaise est (sont) entré (s) en République démocratique du Congo, au Nord-Kivu à la hauteur de la localité Kibumba. Le nombre de soldats est estimé à 1500 ou 2000 hommes de troupe. Si l’on s’en tient aux premiers éléments d’information, il s’agit d’une opération militaire conjointe « FARDC-DFR » (armée rwandaise) pour neutraliser les hutu rwandais des FDLR.

Le retour officiel de l’armée rwandaise a été constaté hier mardi matin. Selon Mende Omalanga, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, dans une déclaration à Radio Okapi et Télé 7, il a confirmé cette présence de l’armée rwandaise en RDC : « Nous avons lancé une invitation à l’armée rwandaise qui est venue avec des officiers de renseignements. C’est ça leur mandat. C’est une opération menée conjointement par les FARDC appuyées par la Monuc ».

Si cette opération est conforme aux accords du 5 décembre 2008 signés à Goma entre les responsables congolais et rwandais, accords dont le contenu n’est pas connu, la question est celle de savoir si cette opération a été planifiée en évaluant toutes les conséquences. Notamment, la durée de cette mission militaire, la protection des populations, l’implication de la Monuc, de l’Union européenne et du Parlement congolais.

Nkunda contre les FDLR

Les points soulevés sont d’une importance capitale. Certes, il est temps que l’on finisse une fois pour toute avec cette histoire des forces négatives étrangères. Particulièrement, les Hutu des FDLR qui causent désolation au sein des populations congolaises. Non seulement ils ont chassé les autochtones de leurs villages, ils volent, pillent, violent et tuent.

Ensuite, il fallait enlever tout prétexte au Rwanda de renvoyer ses troupes au Congo ou de continuer à soutenir les groupes armés en RDC pour déstabiliser les institutions nationales. Aussi, a-t-on soutenu le processus de normalisation des rapports avec le Rwanda. D’autre part, sur le plan régional et international, un programme existe, DDRRR, pour neutraliser et rapatrier les rebelles rwandais dans leur pays. En cas d’échec de ce programme, l’Accord de Lusaka prévoit la traque des FDLR avec le concours de l’Onu, disons de la Monuc.

Curieusement, les choses ne se déroulent pas selon ce schéma. L’armée rwandaise est rentrée, et à en croire les autorités congolaises, elles mèneront cette opération conjointe avec les FARDC. Or, l’armée congolaise, en pleine restructuration, devrait bénéficier du concours de la Monuc. Ce qui n’est pas fait pour autant que les autorités de la Monuc affirment qu’elles ne sont pas concernées par cette opération. C’est dire que tout sera fait par l’armée rwandaise conjointement avec les éléments du CNDP. Une opération qui prendra le temps qu’il faudra dans la mesure où le commandement échappe à Kinshasa. Pour arriver à ce stade, les sources concordantes parlent « d’un contrat passé » entre Kigali et Kinshasa. C'est-à-dire, neutraliser Nkunda pour permettre à l’armée rwandaise de rentrer au Congo sous prétexte de traquer les FDLR.

Opération contre la LRA

Tout indique que Kinshasa est tombé dans le piège sans tirer les leçons de l’opération contre la LRA. Jusqu’à ce jour, il est hasardeux de parler d’un quelconque succès de l’opération militaire menée par le Soudan, l’Ouganda et la RDC contre la LRA. Pire, ce sont les populations congolaises qui continuent à payer le lourd tribut avec 620 morts et des villages incendiés. Curieusement, l’armée ougandaise s’est bien installée à Dungu et ne pourchasse plus les rebelles ougandais. Bien au contraire, l’Ouganda demande à Kinshasa de prolonger sa présence au Congo en occupant les zones minières et pétrolières de la province Orientale.

Le même scénario risque de se produire au Nord-Kivu. D’abord, après deux agressions contre la RDC, en 1996 et 1998, l’armée rwandaise n’a jamais réussi à déloger les FDLR, même avec l’appui du RCD-Goma. Le CNDP n’a pas fait mieux. Il a préféré faire la guerre contre les FARDC plutôt que de traquer les FDLR. « Nous ne craignons pas cette opération. Jusqu’à présent, il n’y a pas encore d’affrontements et nos troupes ne sont pas à Kibumba. Une coalition pour une cause injuste ne peut atteindre ses objectifs. Nous n’avons pas peur. Le Rwanda est en train de distraire la RDC et la communauté internationale », a déclaré Ignace Murwarashhyale, président des FDLR. A en croire les premières analyses, l’armée rwandaise s’installera à Masisi et Rutshuru, une « zone très riche ». Elle s’apprête à obliger les éléments du CNDP-Nkunda qui disposerait de 30% de l’effectif total du CNDP à rejoindre le CNDP-Bosco. Il s’ensuivrait une opération de mixage contrôlée par l’armée rwandaise qui prépare un long séjour au Nord-Kivu. Une zone qui échappera alors totalement à la gouvernance de Kinshasa.

Mais là où cela devient intrigant et inquiétant, c’est de savoir pourquoi a-t-on décidé de débuter cette opération conjointe militaire au moment où le Parlement congolais est en vacances et que le président de la République, conformément à la Constitution, n’a pris aucun décret pour confirmer officiellement le retour des armées ougandaise et rwandaise au Congo.

Les Communautés du Nord-Kivu protestent

En attendant des réponses à ces interrogations pertinentes, les représentants des communautés du Nord-Kivu, dans une déclaration rendue publique hier 20 janvier, protestent contre le retour de l’armée rwandaise au Congo. Ils dénoncent le caractère illégal et anticonstitutionnel de cette opération et invitent l’armée rwandaise à regagner son pays. Ils menacent de retirer tous les élus ou représentants des communautés du Nord-Kivu de toutes les institutions de la République si cette opération militaire se poursuivait.

Déclaration des communautés du Nord-Kivu face au retour de l’armée rwandaise en RDC

Depuis le dimanche 18/01/2009, la population du Nord-Kivu constate avec surprise et indignation l’entrée massive de l’armée rwandaise en République démocratique du Congo.

Cette entrée a surpris principalement à cause de l’annonce, quelques jours plus tôt, de la fin de la guerre par le CNDP, les FARDC et le PARECO à l’hôtel Ihusi à Goma la veille même, le samedi 17/01/2009.

Devant cet inquiétant développement de .la situation, ressenti par les natifs comme une nouvelle agression cautionnée par certains fils du pays animé par des intérêts personnels aux contours obscurs, les communautés du Nord-Kivu dénoncent : 1. Le caractère illégal et anticonstitutionnel de l’opération, engagée par des personnes non habilitées et ne figurant ni dans les Actes d’engagement signés par nous tous à Goma, ni dans le Communiqué conjoint de Nairobi, ni par les Recommandations de l’Union Européenne, ni dans les Résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de l’ONU, ni dans ce qui était présenté comme agenda officiel des récentes négociations de Nairobi. 2. L’inversion des priorités de la République: Les Congolais du Kivu, qui s’attendaient à voir tous les déplacés et réfugiés congolais retourner dans leurs milieux d’origine se voient plutôt imposer une nouvelle guerre entre étrangers sur notre sol, synonyme de nouvelles atrocités, de nouveaux génocides, de la poursuite de l’extermination des populations locales en vue d’un dépeuplement systématique. 3. L’absence j’un accord cadre déterminant les termes de référence, les limites spatiales et tempore les, le rôle de chaque intervenant, les conditions d’arrêt et surtout le chronogramme du retrait rapide et obligatoire des militaires étrangers et ce, au mépris des populations, des élus, des notables et des Institutions de la République. 4. L’absence totale de mesures de protection des populations au cours des opérations à venir, au retard des graves faiblesses observées par les opérations menées contre les rebelles de la LRA au détriment de nos compatriotes de la Province Orientale. 5. L’absence totale de toute implication de la Communauté Internationale et nos partenaires régionaux (SADEC, Union Africaine, CEAC, MONUC, UNION EUROPEENNE) alors que ces derniers ont, selon les accords de Goma, la responsabilité de la garantie de bonne fin du processus en cours. Eu égard à ce qui précède, les communautés du Nord-Kivu: 1. Condamnent cette trahison et se réservent le droit d’user de tous les moyens à leur disposition pour faire échec à ce plan diabolique dont la finalité manifeste est de matérialiser la balkanisation de la République démocratique du Congo. 2. Demandent que l’armée rwandaise retourne chez elle sans délai. 3. Exigent que les filles et fils du Nord-Kivu se trouvant dans les institutions accordent au gouvernement 48 heures pour mettre un point final à la présence rwandaise en RDC. Passé ce délai, les ministres, Vices ministres tant nationaux eue provinciaux, les députés provinciaux et nationaux, les sénateurs, les mandataires publics de l’Etat devront faire le constat de la haute trahison et se retirer en vue de rejoindre le peuple qui doit se prendre en charge. 4. Demandent à la RDC, en cas d’opération nécessitant des interventions étrangères, de s’abstenir d’utiliser le voisin problématique et de se tourner plutôt vers d’autres partenaires, tels que la SADEC qui devront alors opérer sous mandat international. 5. Proposent à la communauté internationale d’inciter le Rwanda à organiser un dialogue inter rwandais pour mettre fin à ses contradictions interne~ et non les exporter indéfiniment en RDC. 6. Demandent aux congolais originaires de toutes les provinces, où qu’ils se trouvent de part le monde, de se souder comme un seul homme pour sauver la patrie en danger. 7. Demande à l’ONU, à l’Union Africaine, à la SADEC, à l’Union Européenne, d’user de toutes formes de pression pour arrêter la dérive du pouvoir en pic ce à Kinshasa qui, manifestement, ne respecte ni sa constitution, ni ses lois, ni l’intégrité de son territoire, ni même la vie de ses citoyens. Ainsi fait à Kinshasa, le 20/01/2009

Pour les Communautés du Nord-Kivu


Autres articles


  1. L'armée repousse une nouvelle attaque des miliciens à Uvira (28 septembre 2017)
  2. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  5. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  6. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  7. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  8. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  9. Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe (28 novembre 2014)
  10. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  11. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  12. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  13. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)
  14. Goma: marche de colère des épouses des militaires après la mort du général Bahuma (3 septembre 2014)
  15. Commandant des FARDC au Nord-Kivu, le général Bahuma est décédé (31 août 2014)
  16. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  17. Fête de l'indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa (30 juin 2014)
  18. Joseph Kabila place la fête de l'indépendance sous le signe d'un hommage « vibrant » aux FARDC (29 juin 2014)
  19. Nord-Kivu: accrochage entre militaires congolais et rwandais à Kabagana (11 juin 2014)
  20. L'Afrique du Sud étend la mission de ses soldats en RDC jusqu'en 2015 (25 mars 2014)
  21. Les FARDC ont pris le dernier bastion des rebelles de l'ADF à Makoyoya 3 (12 mars 2014)
  22. Les FARDC délogent les miliciens APCLS de Nyabiondo (18 février 2014)
  23. Amnistie 2014: l'ONU applaudit, les Congolais dubitatifs (6 février 2014)
  24. Assassinat de Mamadou Ndala: le gouvernement induit en erreur sur l'implication des ADF-NALU, selon Mende (22 janvier 2014)
  25. Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni (2 janvier 2014)
  26. Pas d'accord de paix avec les rebelles vaincus du M23, dit le gouvernement congolais (12 novembre 2013)
  27. Il n'y aura pas d'accord entre la RDC et le M23 à Kampala mais plutôt une déclaration, selon Mende (6 novembre 2013)
  28. Les FARDC reprennent au M23 la colline stratégique de Mbuzi (4 novembre 2013)
  29. Message de Joseph Kabila à la nation après la victoire des FARDC contre les rebelles du M23 (30 octobre 2013)
  30. Les FARDC libèrent Bunagana, le dernier bastion des rebelles du M23 (30 octobre 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.