Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Jean-Claude Masangu : « L'économie congolaise est en pleine récession »

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 18 février 2009
Jean-Claude Masangu

Ce n'est plus un risque, l’économie congolaise est bel et bien en récession. Confirmation du gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Jean Claude Masangu, au cours d’un point de presse tenu ce mercredi à Kinshasa. Pour la première fois depuis 2001, la croissance a été négative durant les 6 derniers mois. La production nationale a beaucoup baissé suite à la crise financière internationale, rapporte radiookapi.net

La baisse des exportations minières, pétrolières et forestières est l'une des causes directes de cette récession. Même le secteur bancaire, plus porteur ces dix dernières années, commence à ressentir lui aussi des effets.
Jean-Claude Masangu, gouverneur de la Banque Centrale du Congo, explique : « Plus ou moins 90 % de dépôts sont en devises et logés en compte herbe. A fin 2008, ces dépôts se chiffraient à 1 milliard 170 millions USD, dont 80 % ont servi à l’octroie des crédits à l’économie. Si à cette situation s’ajoute des retards dans le remboursement des crédits octroyés à la clientèle, la trésorerie des banques ne peut qu’en souffrir davantage. Ainsi, il peut s’observer, passagèrement, un ralentissement dans le délai d’exécution des opérations de paiement des gros montants. »

Comment la RDC fera-t-elle face a cette crise économique ?

Le regard est, en particulier, tourné vers les institutions financières internationales. La Banque mondiale avant tout. Ses interventions en 2009 pourraient dépasser les 1 milliards et demi de dollars. Mais d'urgence, la RDC attend d'elle 100 millions pour lutter contre la crise. Des discussions devront débuter dans une semaine, a confié a l'agence Reuters, Marie-Françoise Marie-Nelly, directrice Banque mondiale pour le Congo.

Ensuite la Banque africaine de développement, BAD. Kinshasa compte obtenir d'elle au moins 50 millions de dollars. Le sujet sera sans doute évoqué cette semaine avec une délégation de la BAD qui arrive ce mercredi soir a Kinshasa.

Le montant le plus important attendu pour secourir le Congo viendrait peut être du FMI. Le Fond monétaire international a la possibilité de donner 200 millions de dollars comme facilité pour lutter contre la crise. Le rapport des audits qu'il mène à la BCC sera déposé probablement ce soir et l'on verra s'il rendra facile un tel décaissement.

Et une fois les fonds décaissés, les réserves de la Banque centrale s'en trouveront renforcées. Ces réserves en forte baisse amplifient en ce moment la dépréciation du franc congolais.
Mais quelques soient les conclusions de toutes ces négociations, il est peut probable que l'argent arrive avant mi-mars.

Au plan intérieur, des stratégies s'imposent également

Le taux directeur de la Banque Centrale est aujourd'hui a 65%. Il n'était que de 28% il y a deux mois. Le but est de retrancher le plus grand nombre de francs congolais sur le marché.
L'inflation et la dépréciation de la monnaie nationale affaiblissent elles aussi le pouvoir d'achat de la population, Quelles mesures intérieures pour diminuer cette crise ?

La stratégie de développement consiste à relancer l'agriculture. Il faut absolument investir de l'argent dans la terre. Diversifier ainsi les sources de production. L'argent devra prendre aussi la direction des infrastructures pour que ceux qui cultivent sachent acheminer les produits vers les consommateurs.

Le tourisme est a valoriser, car le potentiel est là. La Banque centrale voudrait mettre elle, un accent sur les micro finances pour des crédits aux ménages, aux PME et à l'artisanat.
Au plan monétaire, bannir l'usage de la Planche a billet pour financer le gouvernement. Une gestion efficace du budget de l'Etat s'impose. En crise, on diminue les fêtes, les dépenses.

«Les politiciens peuvent-ils aussi s'abstenir de leurs avantages pour une période et marquer leur solidarité avec ceux qui souffrent ? »
Un journaliste pose cette question au patron de la BCC, conseiller économique du gouvernement. Même si le Jean Masangu évite d'être ramené sur un chemin politique, il lâche quand même : « il faut donner l'exemple pour être crédible ».




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.