Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Assemblée nationale : la Constitution à l'épreuve

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 27 février 2009
Parlement - Congo

Qu’on aime les membres du Bureau de l’Assemblée nationale, qu’on ne les aime pas, là n’est plus la question. Il existe aujourd’hui un problème interne à la majorité présidentielle. Si l’un des membres de cette plate-forme a commis un crime de lèse-majesté, plaise à sa famille politique d’en tirer toutes les conséquences qui s’imposent. Mais qu’une crise politique couve à l’horizon au risque de mettre à rude épreuve la Constitution, il y a lieu de s’inquiéter sur la stabilité politique en RDC.

Depuis que l’Alliance de la majorité présidentielle a demandé aux membres du Bureau de l’Assemblée nationale de déposer leur démission, l’on assiste à une agitation politique sans précédent. Certes, c’est la tête du Président de l’Assemblée nationale qui est réclamée. Et pour contraindre Vital Kamerhe à la démission, chacun des membres du bureau, s’incline à tour de rôle, devant la décision de la plate-forme. Jusqu’ à ce jour, seuls le vice-président, Christophe Lutundula, et le Questeur adjoint, Madame Kalaba se sont exécutés.

En ce qui concerne le rapporteur adjoint, Dr Ngokoso, son parti, l’UDEMO, n’apprécie pas du tout la décision de l’AMP. Partant, la démission de son représentant n’est pas encore enregistrée. Du côté de Palu, silence. Aucune déclaration sur le deuxième vice-président, Mvuama.

Mais que disent les textes devant ce retrait de confiance de l’AMP à l’endroit de ses représentants ? La Constitution est muette en ce qui concerne la démission en bloc du Bureau de l’Assemblée nationale ou du Sénat. Cependant, l’article 110 de la Constitution s’attarde sur la fin du mandat du député national ou du sénateur. Il stipule : « Le mandat de député national ou de sénateur prend fin par : expiration de la législature, décès, démission, empêchement définitif, incapacité permanente, absence non justifiée et non autorisée à plus d’un quart des séances d’une session, exclusion prévue par la loi électorale, acceptation d’une fonction incompatible avec le mandat de député ou de sénateur, condamnation irrévocable à une peine de servitude pénale principale pour infraction intentionnelle… tout député ou sénateur qui quitte délibérément son parti durant la législature… ».

Il en est de même du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui, en son article 85, reprend les mêmes raisons pour la perte du mandat de député ou de sénateur.

En d’autres termes, les démissions des membres du Bureau de l’Assemblée nationale seront prises individuellement et la plénière, l’autorité parlementaire, en prendra acte le moment venu.

Processus politique à rude épreuve

La situation actuelle au sein de l’AMP aura incontestablement des effets d’entraînement sur cette famille politique, l’Assemblée nationale, et pourquoi pas les autres institutions nationales.

Car déjà le fait que les membres du Bureau de l’Assemblée nationale doivent démissionner, crée des problèmes. Toujours selon l’article 110 de la Constitution, ces membres, étant députés, doivent être remplacés par leurs premiers suppléants.

Mais le Bureau de l’Assemblée nationale n’est pas que seulement composé des membres du PPRD, le PALU et l’UDEMO disposent également des représentants. Serait-ce la même discipline qui va prévaloir au niveau des alliés ? Ce qui ne semble pas être le cas avec ces notes discordantes observées du côté de l’UDEMO et ce silence du PALU. Il y aura certainement un débat houleux au sein de l’AMP, avec toutes les conséquences sur sa cohésion.

Si cette cohésion est ébranlée, il y aura aussi des répercussions au sein des autres institutions nationales. Particulièrement, le gouvernement. L’on craint en ces instants précis que l’accord qui lie l’AMP et alliés ne soit fortement secoué avec des querelles purement byzantines. Une évidence qui pourrait mettre à rude épreuve le processus politique quand on sait qu’à l’horizon, jusqu’ à preuve du contraire, il y a des élections locales. Sans oublier bien sûr l’échéance de 2011.

Défi à relever par le «Groupe de 5»

Lors de la dernière réunion qui a scellé le «sort» de Vital Kamerhe, une structure a été mise en place : le «Groupe de 5». C’est ce groupe qui a été chargé d’élaborer tous les scénarios ainsi que de retenir les personnes qui devront remplacer les partants.

Aussi, est-il important que ce groupe sache que le sort du pays en ces moments est entre ses mains, d’une façon ou d’une autre. Qu’il est question de la stabilité des institutions, de la vie de toute une nation en ces moments cruciaux de la République démocratique du Congo. Nul ne se fait des illusions sur la démission du Bureau de l’Assemblée nationale. Elle annonce de profonds bouleversements qui toucheront inévitablement toutes les institutions. Il serait dangereux d’imaginer de «gouverner seul», sans débat contradictoire même au sein de l’AMP, et de faire le travail à moitié. Il faut aller jusqu’au bout de la logique. Et de quelle manière ? Toute la question est là.

D’ailleurs, le fait de toucher l’Assemblée nationale qui est une «représentation nationale», c’est le changement du paysage politique qui en ressentira. C’est dire que l’ AMP, l’Opposition, le gouvernement seront touchés par l’onde du choc de ce bouleversement. Le «Groupe de 5» a donc le devoir moral et politique de «sauver la démocratie naissante au Congo, de crédibiliser les institutions issues des élections».

Serait-ce le moment de parler de «l’ouverture» ? S’apprête-t-on à faire passer cet amendement devant ramener le mandat du Bureau de l’Assemblée nationale à deux ans ? Aucune hypothèse n’est à exclure.

Surtout que ces événements interviennent aux mêmes moments des efforts consentis pour stabiliser la situation dans l’Est de la République. Or, il faudra également prendre en compte les «pesanteurs», internes et externes, qui ont permis la normalisation progressive au Nord-Kivu. C’est un tout aux conséquences juridiques et politiques. Pour ne pas dire constitutionnelles.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  3. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  4. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  5. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  6. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  7. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  8. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  9. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  10. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  11. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  12. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  13. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  14. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  15. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  16. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  17. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  18. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  19. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  20. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  21. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  22. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  23. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  24. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  25. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  26. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  27. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  28. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  29. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  30. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.