Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Mobutu Nzanga et ses lieutenants menacés

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 27 avril 2009
Mobutu Nzanga Ngbangawe Francois Joseph

A l’Alliance de la Majorité Présidentielle, l’on ne jure plus que sur le Palu de Gizenga et Muzito, pour le triomphe aux prochaines échéances électorales. L’Udemo de François-Joseph Mobutu Nzanga paierait ainsi les frais de son obstination à aligner ses propres candidats dans la course de succession à la série Kamerhe, au strapontin de la chambre basse du Parlement. Le pacte conclu à la veille de la présidentielle d’octobre 2006 serait donc devenu caduc, au terme de l’évaluation amorcée, le mercredi 22 avril dernier, à la nouvelle coalition ressoudée : AMP-PALU. Le GPI ne restera pas, non plus, impuni. Tous ses ministres et vice-ministres sont également visés, à cause de l’attitude versatile de Modeste Bahati Lukwebo, le Président du GPI et Questeur sortant de l’Assemblée Nationale. Dans la foulée, l’AMP, dans son souci de jouer une nouvelle carte, veut discipliner ses membres. Un remue-ménage risque d’emporter quelques-uns, dans la tourmente. Au Panu, André-Philippe Futa affûte ses armes. Trois de ses Députés sont à la porte, pour infidélité. Au Pprd, le dossier Kamerhe est toujours sur table. Doit-on le chasser ou pas ? Les juristes s’y penchent.
Le pire était plutôt à venir. Après la longue bataille contre Kamerhe, ce n’est pas fini. Boshab qui préside ce lundi 27 avril, sa toute première plénière à l’Assemblée Nationale, avec l’ensemble de ses collaborateurs élus, n’a pas encore fait ses adieux au Pprd, son parti. Il continue à y expédier les affaires tant que son successeur demeure, pour le moins que l’on puisse dire, un oiseau rare. Et, pourtant, des noms circulent déjà au bout de lèvres. L’un des plus cités, c’est celui de Bongeli, le professeur. Même si jusqu’ici, aucun acte politique solennel ne le certifie comme tel. A l’AMP-PALU, c’est l’évaluation. L’opération a pris ses racines le mercredi 22 avril dernier, au siège de l’AMP, où il fallait évaluer qui a fait quoi, pour l’élection du ticket Boshab-Mbuku, à la chambre basse du Parlement. Un comité ad hoc y travaille laborieusement afin de livrer les secrets de ses délibérations, dans les toutes prochaines heures. Au Pprd, l’ombre de Kamerhe hante, malencontreusement, les esprits. Son dossier est, lui, toujours sur table. Bien que démissionnaire de la chambre basse, Kamerhe va-t-il être du Pprd ou pas, au regard de tout qui s’est passé ? La question passe au crible de dispositions statutaires et constitutionnelles, avant d’agir. Les juristes s’y penchent. D’où le temps qu’elle risque de prendre ; le Pprd voulant cerner tous les contours, avant de lever la dernière option. A l’horizon, une lueur de désespoir envenime les relations entre l’AMP et l’Udemo. Du coup, François-Joseph Mobutu Nzanga, l’actuel Vice-Premier Ministre chargé de Besoins Sociaux de Base, et l’ensemble de ses lieutenants au gouvernement, sont menacés d’être chassés. Il semble que le fait, pour l’Udemo, de maintenir ses candidats dans la course, lors de l’élection des membres du Bureau de la chambre basse, aurait été perçu comme une trahison. Et donc, une renonciation tacite à l’accord. C’est la raison pour laquelle l’AMP veut tirer toutes les conséquences, lors de l’imminent remaniement de l’équipement gouvernementale. Le GPI de Bahati est, pour sa part, visé. Ses ministres et vice-ministres feront les frais de l’obstination affichée de leur Président Modeste Bahati, à se présenter à sa propre succession, à la Questure de l’Assemblée Nationale, contre le gré du cénacle de l’AMP qui avait, plutôt, plus d’une fois, émis des réserves. A l’AMP, la quiétude n’est pas la panacée des uns et autres. Le Panu est en pleine crise. André-Philippe Futa a frappé. Trois de ses Députés qui avaient adhéré au courant réformateur de Kamerhe sont exclus, pour indiscipline.
Nettoyage systématique dans les entreprises publiques
Si le schéma tient, le nettoyage se fera partout. Il sera systématique. Après le gouvernement, ce sera le tour des entreprises publiques. Plusieurs postes actuellement occupés par des personnes issues de ces groupes épinglés, l’Udemo, GPI… seront déclarés vacants. La coalition AMP-PALU veut se radicaliser, dans la gestion de ses intérêts jusqu’au bout de la législature. Tous les recommandés de Kamerhe à différents postes n’échapperont pas, à la chasse. L’inventaire est en cours.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.