Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Les contrats chinois bloquent l'accord RDC-FMI

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 25 mai 2009
IMF - Congo

Il n’y aura pas d’accord entre le gouvernement congolais et le Fonds monétaire international au terme de la visite du directeur général de cette institution en RDC. Motif, les deux délégations ne sont pas parvenues à se mettre d’accord, notamment sur les contrats chinois. Cependant, elles vont travailler ensemble sur un autre projet pouvant permettre à la RDC de parvenir dans un avenir proche à obtenir cet accord, qui devra conduire à l’allégement de la dette, rapporte radiookapi.net

Deux derniers obstacles à l’accord étaient en cours de résolutions : la finalisation des contrats chinois pour les rendre compatibles avec le poids de la dette, et le bouclage du plan de trésorerie conformément aux objectifs du cadre macroéconomique convenu en avril 2009.
Au fil des discussions, les négociations se sont achoppées sur les contrats chinois. Les propositions faites par la partie congolaise n’auraient pas rencontré la satisfaction du FMI, selon une source du gouvernement congolais.

En cause, les garanties sur plusieurs paramètres que les Congolais devraient présenter pour que le financement chinois ne soit pas un endettement.
Première garantie, sur les infrastructures, selon le principe de FMI, comment faire en sorte que les 300 millions de dollars déjà perçus par le gouvernement auprès des chinois ne soient pas un endettement supplémentaire ? Quel partenaire serait garant de ces investissements ?
Deuxième garantie porte sur les investissements, notamment dans les secteurs miniers.
Avec la baisse des cours mondiaux des métaux, quelle quantité exacte de minerais les Chinois devront-ils sortir de la RDC ? D’où selon le FMI, il faut des études de faisabilité qui traitent techniquement ces questions, et le FMI aurait accepté d’apporter son expertise, convaincu par ailleurs que l’annulation de ces contrats chinois, comprenait des risques politiques, si les promesses de campagne électorale sur la réalisation de cinq chantiers n’étaient pas concrétisées, mais aussi des risques commerciaux, pour les entreprises chinoises qui pourront traduire le gouvernement congolais en justice. C’est donc cette solution spéciale que devront travailler le gouvernement congolais et le FMI, pour marier les contrats chinois au programme avec le Fonds monétaire international. Le projet devrait être soumis au conseil d’administration du FMI en juin. La conclusion du nouveau programme économique du gouvernement devra donc encore attendre.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.