Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Reforme des entreprises de l'état: ni privatisation, ni bradage selon Jeannine Mabunda

Article précédant | Suivant
Forum des As - 27 mai 2009
Jeannine Mabunda

La réforme vise à rendre les entreprises publiques compétitives et à leur permettre de contribuer au budget de l’Etat, explique la ministre du Portefeuille. Depuis la signature des décrets portant sur la transformation des entreprises publiques, plusieurs critiques ont été enregistrées ça et là tendant à anticiper sur la privatisation pure et simple de ces unités, allant jusqu’à parler du bradage du portefeuille de l’Etat. Voilà qui a poussé la ministre du Portefeuille Jeannine Mabunda à mieux expliciter la démarche du Gouvernement central dans le cadre de la redynamisation des entreprises publiques au cours d’une conférence de presse tenue hier au Grand Hôtel Kinshasa. Pour la circonstance, une bonne fourchette d’experts a pris part à cette rencontre, au nombre desquels le secrétaire exécutif du COPIREP, M. Ilunga Ilunkamba.

« D’entrée de jeu, la ministre du Portefeuille a étalé les objectifs visés par la réforme des entreprises publiques : redynamiser l’économie, donner un élan nouveau pour améliorer la production et la qualité des services, alléger la charge des entreprises et accroître leur contribution au budget de l’Etat. Voilà pourquoi, expliqu e Jeannine Mabunda, l’Etat devait repenser son rôle, c’est-à-dire n’avoir plus qu’un rôle normatif et non commerçant. D’où, il fallait un cadre juridique pour la réforme, lancer l’analyse des secteurs prioritaires. Ainsi, après avoir modernisé le cadre juridique à travers les cinq décrets du Premier ministre pour exécuter par des mesures réglementaires l’ordonnance-loi de 2008, il fallait poser le diagnostic là où les besoins sont plus prioritaires. C’est ainsi que les secteurs des infrastructures, de l’énergie, des mines et bancaire ont été retenus. Et là où la situation était anarchique, il fallait mettre sur pied des missions de stabilisation ou contrats d’assistance technique ou de gestion pour une durée de deux ans, d’arrêter l’hémorragie. Car, après le diagnostic général des entreprises, il s’agissait d’apporter la meilleure réponse à la maladie constatée.

Grâce à ces missions de stabilisation, explique la ministre, il y a eu une amélioration des chiffres d’affaires surtout que très peu de ces entreprises produisaient des états financiers actualisés, le paiement régulier des salaires ainsi que l’amélioration du volume et du taux de recouvrement des créances. S’agissant du cas de la SNCC, Jeannine Mabunda reconnaît que c’est là que la mission est la plus fragile parce que le niveau d’efforts doit être plus important que ce qui a été prévu au départ. Le Gouvernement, indique-t-elle, a obtenu en plus de la Banque mondiale, l’appui de la Banque africaine de développement avec 14 millions Usd. Quant aux perspectives, l’objet de la réforme n’est pas d’être à la mode ou de plaire aux partenaires internationaux, mais la relance de l’économie, la croissance parce qu’il faut avoir des entreprises plus compétitives. A travers la réforme, il est donc question de rendre les entreprises plus compétitives et améliorer leur contribution au budget de l’Etat pour leur permettre de répondre aux besoins des Congolais et aussi permettre la création des emplois par la redynamisation des secteurs prioritaires.

Avec la réforme, il s’agit d’améliorer les revenus pour faire face aux charges au lieu d’assainir le personnel. Il faut même mettre l’accent sur la formation, envisager la question de la réforme. Voilà pourquoi, pendant la transition, il faut modifier les statuts et faire des audits financier, commercial. Privatisation ou bradage des entreprises publiques ? Ni l’un ni l’autre, répond Jeannine Mabunda qui explique que le Gouvernement ne peut pas voler au secours des entreprises parce qu’il ne peut y arriver avec ses seuls moyens. Mais, il peut le faire à titre indicatif. Avant d’arriver au désengagement ou à la privatisation, explique la ministre du Portefeuille, il y a des préalables fixés par l’ordonnance : évaluer les entreprises, voire les secteurs stratégiques où l’Etat doit rester, fixer les conditions les plus avantageuses … Et, après les préalables, il faut l’aval du Conseil des ministres parce que c’est le Gouvernement qui doit déterminer le mode de désengagement, prend bien soin de préciser la ministre du Portefeuille.


Autres articles


  1. 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue en RDC (15 octobre 2015)
  2. Le Sénat adopte le budget 2015 revu à la hausse (11 décembre 2014)
  3. Corruption : la RDC classée 154e sur 174 pays par Transparency International (4 décembre 2014)
  4. Doing Business 2015: la RDC améliore son environnement des affaires (29 octobre 2014)
  5. Matata Ponyo inaugure le guichet unique pour la création d'entreprises en RDC (3 juin 2013)
  6. « La corruption gangrène tous les secteurs économiques de la RDC » (16 mai 2013)
  7. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  8. La RDC perd une place dans le classement Doing Business 2013 de la Banque mondiale (29 octobre 2012)
  9. Le pétrole du Parc national des Virunga est à vendre (24 septembre 2012)
  10. Le gouvernement s'engage à améliorer le climat des affaires (27 août 2012)
  11. Augustin Matata Ponyo nommé Premier ministre (18 avril 2012)
  12. La RDC devrait enregistrer une croissance record de 7 % en 2013 (12 avril 2012)
  13. Le Premier ministre Adolphe Muzito a démissionné (6 mars 2012)
  14. Le mot de grève d'Etienne Tshisekedi n'a pas été suivi à Matadi (30 janvier 2012)
  15. La RDC et la Chine signent deux accords de coopération de 16 millions USD (22 décembre 2011)
  16. L'économie verte, une opportunité pour la RDC riche en ressources (10 octobre 2011)
  17. Clôture de la 7ème session de la Grande commission mixte Rdc-Afrique du Sud (21 juin 2011)
  18. La France annule plus d'un milliard USD de dette de la RDC (7 juin 2011)
  19. Pillage organisé du portefeuille de l'Etat (8 avril 2011)
  20. Hausse des prix des carburants en RDC (31 mars 2011)
  21. La Banque centrale du Congo appelée à rendre opérationnel le Fonds national de la micro finance (22 mars 2011)
  22. Le FMI satisfait des progrès enregistrés par la RDC (2 mars 2011)
  23. La SNCC devient une société commerciale (28 décembre 2010)
  24. La suspension de la RDC de l'AGOA n'est pas une sanction, selon l'ambassade américaine (28 décembre 2010)
  25. Obama exclut la RDC de la liste des partenaires commerciaux des USA, Lambert Mende réagit (22 décembre 2010)
  26. Troisième feuille de route du gouvernement sur l'amélioration du climat des affaires (22 décembre 2010)
  27. La BCC exclut tout recours à la politique de change par la vente des devises (1 décembre 2010)
  28. Le gouvernement doit justifier plus de 60 milliards de Fc de dépenses pour 2009 (26 novembre 2010)
  29. Les députés votent un budget d'environ 7 milliards pour 2011 (18 novembre 2010)
  30. Le Club de Paris annule 7,35 milliards de dette de la RDC (17 novembre 2010)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.