Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Reforme des entreprises de l'état: Adolphe Muzito désamorce la grève

Article précédant | Suivant
Forum des As - 1 juin 2009
Adolphe Muzito

La grève projetée pour ce lundi 1er juin dans les entreprises publiques n’aura plus lieu. L’Intersyndicale des entreprises publiques, qui avait lancé le mot d’ordre, l’a finalement rapporté à la suite des entretiens qu’il a eus le samedi 30 mai 2009 avec le Premier ministre Adolphe Muzito. Ce dernier a, en effet, donné toutes les assurances et garanties à ses interlocuteurs quant à leur implication à tous les niveaux des discussions dans le processus de réforme des entreprises du Portefeuille.

Cette implication sera également assurée au niveau du Copirep où l’Intersyndicale aura un statut d’observateur lui permettant, entre autres, d’émettre ses avis et faire valoir les droits et avantages des travailleurs dans le souci de sauvegarder l’emploi qui figure parmi les cinq chantiers de la République. La même présence des représentants des travailleurs sera également assurée aux comités de gestion des entreprises selon les dispositions légales et réglementaires en la matière.

Le dialogue entre le Premier ministre et la délégation de l’Intersyndicale que conduisait Symphorien DUNIA a été marquée par une attitude de sincérité et de responsabilité du Chef de l’exécutif national quant à la volonté du législateur d’engager la réforme souhaitée des entreprises publiques en RDC. En effet, Adolphe Muzito a rappelé et expliqué à ses interlocuteurs que surseoir, comme l’exigeaient les syndicalistes, à l’application des décrets portant mesures transitoires d’application de la réforme des entreprises allait causer un vide juridique. Il leur a fait comprendre qu’il y a nécessité, d’abord, de s’engager, à travers les décrets d’application des lois transformant les entreprises publiques, à mettre en œuvre les textes règlementaires devant régir les entreprises concernées. Par la suite, Adolphe Muzito a rappelé à ses interlocuteurs, les deux volets que comporte la réforme : juridique et économique. Sur le volet juridique, la transformation des entreprises est une obligation légale découlant d’un long processus qui remonte à 2002 avant de connaître son couronnement en 2008 par les lois ad hoc votées au Parlement avant leur promulgation, quelques semaines plus tard, par le Chef de l’Etat. Sur le volet économique, la transformation des entreprises est une faculté. Une entreprise peut ainsi être transformée, soit en une société commerciale, soit en un établissement ou encore en un service public.

Dans les deux cas, a encore mentionné le Premier ministre, les partenaires sociaux ont un rôle majeur à jouer en vue de parvenir aux résultats escomptés de tous, à savoir une meilleure performance de ces entités productives. Ce qui entraîne un meilleur traitement des travailleurs qui se ressent également au niveau de leurs familles. C’est pour cela qu’il a invité l’Intersyndicale à s’impliquer à fond dans la suite du processus de transformation des entreprises concernées, et de ne pas rejeter la réforme, étant donné que la quasi-totalité des entreprises concernées se trouve aujourd’hui en situation de faillite.

Le Premier Ministre a également relevé à l’intention de ses interlocuteurs que par la réforme en cours des entreprises publiques, le désengagement de l’Etat ne signifie pas automatiquement un transfert de propriété et que cela se ferait au cas par cas. A ce sujet, d’ailleurs, la loi sur les entreprises prévoit à son article 6 que les conventions particulières sont possibles entre les syndicats et les entreprises en vue de la sauvegarde des avantages socioprofessionnels des travailleurs. Pour le Chef du gouvernement donc, les travailleurs n’ont pas de raisons de s’inquiéter. Adolphe Muzito a ainsi engagé les syndicats à exercer leur devoir de vigilance tout au long du processus de réforme des entreprises publiques dont il assure personnellement la conduite.
Au terme de ces entretiens qui se voulaient essentiellement didactiques et, partant, un moment de communication, le Premier Ministre a remercié l’Intersyndicale pour son soutien et sa collaboration en exigeant sa participation à cette réforme. « Nous avons besoin de votre soutien pour avancer dans cette réforme » a souligné Muzito.

Pour sa part, Symphorien Dunia a remercié le Premier Ministre pour son sens élevé de responsabilité et de sincérité politique d’une part, et de l’autre, sa volonté de dialogue, son esprit patriotique et sa vision humaine pour avoir accepté d’échanger avec l’Intersyndicale sur les principales revendications liées à l’application de la réforme des entreprises et en rapport avec le sort des travailleurs. Il a assuré que l’Intersyndical se fera le devoir de bien informer la base dès ce lundi. Pour cela donc, il a affirmé que le mot d’ordre de grève n’a plus de sens dès lors que le Premier Ministre a fait siennes les préoccupations des travailleurs du pays.

Les entretiens entre Adolphe Muzito et l’Intersyndical des entreprises publiques ont connu la participation du ministre du Travail, Benoît Kambere, et des membres du cabinet du Premier Ministre.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.