Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Les journalistes réclament plus de protection

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 8 octobre 2009

Les journalistes congolais ont remis un mémo au président de l’Assemblée nationale ce jeudi à Kinshasa, à l’issue d’une marche organisée par l’Union nationale de la presse congolaise (UNPC). Des manifestations similaires ont été organisées simultanément dans 6 villes de la RDC avec le même objectif : demander à l’autorité publique une nouvelle stratégie de sécurisation des journalistes congolais. Ce, face aux assassinats et aux menaces de mort proférées contre eux, rapporte radiookapi.net

Dans le mémo remis à Evariste Boshab, président de l’Assemblée nationale, l’UNPC demande à la justice congolaise de mener des enquêtes sérieuses pour traquer les assassins des journalistes congolais et de les sanctionner. La justice est exhortée, dans le même document, à interpeller et entendre toute personne citée de près ou de loin dans les assassinats des journalistes. Ceci permettra de démanteler l’industrie du crime qui s’estenracinée dans le pays, estime l’UNPC.
« 3 journalistes ont été tués à Bukavu en l’espace de deux ans. 3 autres femmes journalistes viennent de subir des menaces de mort dans la même ville. C’en est trop. Le gouvernement doit agirLes auteurs des assassinats des journalistes opèrent quasiment de la même manière : le journaliste est ciblé et traqué. Son emploi de temps et son itinéraire maitrisés, ensuite survient l’assassinat. Il est alors froidement abattu aux environs de son domicile et un collègue qui l’accompagne forcé à s’enfuir », a expliqué Chantal Kanyimbo, estimant que la situation s’aggrave.

Partis du siège de l'UNPC à la Gombe, près de 300 journalistes kinois sont passés par les avenues colonel Ebeya et Huileries pour atteindre le palais du peuple, siège de l'assemblée nationale.
A Bukavu, environ 200 journalistes ont répondu à l’appel de l’UNPC. La marche est partie de la place de la poste, commune d’Ibanda. Il a eu comme point de chute le siège de l’assemblée provinciale du Sud Kivu.
Dans le territoire d’Uvira (proche de la ville de Bukavu), les journalistes ont déposé leur mémo auprès du chef du bureau de l’administrateur de territoire. Ils étaient tous habillés en noir, symbole de deuil pour tous les journalistes assassinés en RDC. La marche est partie de la tribune de Mulongwe au centre ville d’Uvira pour terminer au bâtiment administratif du même territoire.
A Lubumbashi, des dizaines de journalistes sont également descendus dans la rue, pour la même cause. Ils ont remis le même mémo au président de l’assemblée provinciale du Katanga.
A Kananga, la marche est partie de la cathédrale Saint Clément pour déboucher au siège de l’assemblée provinciale. Sur place, les hommes de médias ont remis leur mémo au bureau de l’assemblée provinciale du Kasaï occidental.

Pour rappel, Serge Maheshe, journaliste à Radio Okapi a été abattu le 13 juin 2007 dans la ville de Bukavu. Un procès a été organisé et les auteurs de cet acte condamnés. Le verdict de ce procès a été contesté par certaines organisations de défense des droits de journalistes. L’ONG « Journalistes en danger » a toujours estimé que le procès a été bâclé. Didace Namujimbo, autre journaliste de Radio Okapi Bukavu, a été criblé de balles non loin de son domicile le 21 novembre 2008. Bruno Koko Chirambiza, journaliste à Radio star de Bukavu est tombé entre les mains des criminels toujours à Bukavu le 23 août dernier.
Début septembre, trois femmes journalistes de Bukavu ont reçu des menaces de mort. Deux de ces femmes sont journalistes à Radio Okapi, la troisième preste pour la radio Maendeleo. Un message écrit téléphonique envoyé à deux d’entre elles promettait de leur loger une balle dans la tête.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.