Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Oscar Kashala rejette la révision de la Constitution

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 6 avril 2010
Oscar Kashala

Dans un communiqué parvenu ce week-end à La Prospérité, Oscar Kashala Lukumuena, Docteur de son état et un des candidats malheureux à la présidentielle 2006,  considère, depuis l’étranger,   que  la réunion interinstitutionnelle est un cadre non constitutionnellement reconnu. Il  dénonce la dérive  et rappelle que l’article 220  ne peut souffrir d’aucune déviation. Il en      appelle au respect du  serment et  des textes en vigueur. Où est Kabila ?

COMMUNIQUE DE  PRESSE DE L’UREC

SUITE A LA REUNION DE L’INTERINSTITUTIONNELLE DU 20 ET 27/03/2010
1. Le Comité Directeur de l’Union pour la Reconstruction du Congo, en sigle « UREC », parti politique a pris connaissance du compte rendu unique de deux réunions dites « interinstitutionnelles » fait par son  rapporteur, le Pr. Adolphe LUMANU MULENDA BWANA N'SEFU, de son état, Vice-Premier Ministre, Ministre de l'Intérieur et Sécurité sur  divers médias  de la République.  
2. Ces réunions ont été tenues respectivement en date du 20 et du 27 mars dernier sous la direction du Président de la République, Chef de l’Etat pour la première, dans la localité de Kingakati-Buene et la seconde l’a été  sous l’autorité du Président du Sénat, M. Léon Kengo wa Dondo au Palais du Peuple, située dans la commune de Lingwala à Kinshasa.
3. Les points suivants y ont été examinés à savoir:
1) Les échéances électorales 2011 ;
2) La situation sécuritaire ;
3) Le mandat de la MONUC ;
4) La révision de la Constitution et de la loi électorale;
5) Le Cinquantenaire de l'indépendance

4. La Direction de l’Union pour la Reconstruction du Congo, après avoir examiné minutieusement la Constitution, considère à priori que le cadre dans lequel se sont réunies toutes les autorités précitées est illégal et anticonstitutionnel. Par conséquent, les décisions prises dans ce cadre deviennent ipso facto illégales   et anticonstitutionnelles. Celui-ci relève des anciennes pratiques instituant une sorte de bureau politique ou du Comité Central d’un parti unique, jadis décriées et abandonnées.
5. De ce fait, la Direction de l’UREC dénonce avec force, cette méthode de fonctionnement des institutions  initiée par le Chef de l’Etat, qui est le garant constitutionnel du bon fonctionnement des institutions.  L’UREC prend à témoin le peuple congolais et toute la communauté internationale et les appelle à constater la dérive que prend le régime en place à Kinshasa.
6.  L’UREC leur rappelle que la procédure pour modifier la constitution est définie par les textes officiels et elle ne peut souffrir d’aucune déviation. Elle en appelle à leur serment et au strict respect des textes en vigueur.
7. L’UREC appelle tous les partis politiques d’opposition à rejeter avec la dernière énergie toute tentative du pouvoir de modifier l’article 220 de la constitution qui stipule que : La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.
8.  Pour l’UREC, cette volonté de violer consciencieusement  et régulièrement les textes fondamentaux qui régissent le fonctionnement des institutions relève de la haute trahison.
9. L’UREC appelle le peuple congolais, le Sénat et le parlement à la vigilance de chaque instant et  les invite à ne pas se laisser entraîner dans la mise en place d’une nouvelle dictature dans ce pays qui nous appartient tous. L’urgence du moment que le peuple attend des gouvernants est d’abord le bilan du mandat en cours, et ensuite l’amélioration de leurs conditions vie, le relèvement du niveau de l’enseignement, l’amélioration de la prise en charge des soins de santé, l’approvisionnement des populations en eau potable, plutôt qu’une révision constitutionnelle dont les intentions affichées sont de légitimer des ambitions autocratiques et dictatoriales dont le peuple n’a que faire.  
L’Union pour la Reconstruction du Congo
En sigle « UREC »
Dr Oscar KASHALA LUKUMUENA
Président National


Autres articles


  1. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  2. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  3. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  4. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  5. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  6. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  7. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  8. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  9. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  10. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  11. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  12. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  13. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  14. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  15. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  16. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  17. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  18. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  19. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  20. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  21. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  22. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  23. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  24. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  25. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  26. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  27. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  28. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)
  29. Découpage territorial : Moïse Katumbi heureux « d'avoir laissé un Katanga magnifique » (17 juillet 2015)
  30. Les Etats-Unis encouragent la tenue d'un dialogue politique en RDC (5 juin 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.