Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Le Congo-Kinshasa divisé à cinq jours des résultats de la présidentielle

Article précédant | Suivant
Monuc/AP - 16 août 2006 12:12

KINSHASA (AP) - Dans l'attente des premiers résultats officiels dimanche, l'élection présidentielle du 30 juillet semble montrer un Congo-Kinshasa divisé. Le président sortant Joseph Kabila est en tête dans la partie orientale du pays d'où il est originaire, alors que Jean-Pierre Bemba, ex-dirigeant rebelle et actuel vice-président dans le gouvernement d'union nationale, semble l'emporter dans l'ouest, notamment dans sa province natale de l'Equateur.

Les premiers résultats provisoires concernant la totalité du pays sont attendus dimanche et les résultats définitifs sont prévus le 31 août. Après le décompte d'un quart des bulletins lundi, Joseph Kabila était donné vainqueur avec 55% des voix, contre 16% à Jean-Pierre Bemba.

Toutefois, aucun décompte n'est encore parvenu de la capitale Kinshasa et le nombre important de candidats en lice (33) rend peu probable une victoire au premier tour avec la majorité des voix.

Ce possible deuxième tour, qui ne devrait pas avoir lieu avant le mois d'octobre, pourrait encore accentuer les divisions ethniques et régionales qui apparaissent déjà.

Jean-Pierre Bemba a d'ailleurs clairement fait de la question de l'ethnicité un thème de campagne en adoptant un slogan -"100% congolais"- qui fait référence aux origines de son adversaire. Cela dit, M. Bemba a lui-même des origines angolaises.

Kabila, né dans l'est du Congo, a passé la majeure partie de son enfance en exil en Tanzanie. Il était donné favori avant le scrutin pour avoir pris l'initiative de mettre fin à la guerre civile dans le pays (1996-2002) en rassemblant les rebelles au sein d'un gouvernement de transition nationale, qui a ouvert la voie à l'élection du 30 juillet.

Mais certains voient surtout dans ces accusations contre le fils de Laurent-Désiré Kabila, assassiné par ses gardes du corps en 2001, une façon de le désigner comme candidat de l'étranger, en l'occurrence de l'Occident.

Sa bonne connaissance du lingala, le dialecte le plus répandu dans l'ouest du pays, a en revanche valu à Jean-Pierre Bemba, 44 ans, les faveurs de nombreux électeurs, alors que Kabila n'a que récemment commencé à apprendre cette langue.

"Bemba est un vrai Congolais, il comprend les besoins de notre pays", estime ainsi David Ndundo, 19 ans et étudiant en art à Kinshasa. "Il travaillera pour le bien du Congo, pas d'un autre pays".

Pendant la guerre, Bemba, fils d'un grand homme d'affaires congolais, a vécu plusieurs années dans les forêts du nord du pays, à parfaire sa connaissance de la population et sa pratique du lingala. Ancien étudiant en commerce à Bruxelles, il contrôlait pendant la guerre de vastes étendues de sa province natale de l'Equateur (nord-ouest), où il a fait fortune dans le commerce du café, de l'or et des minéraux.

Accusé de crimes de guerre pour son soutien présumé à une rébellion en République centrafricaine, Jean-Pierre Bemba fait l'objet d'un mandat d'arrêt international de la part de ce pays et son dossier a été transmis à la Cour pénale internationale (CPI). On le soupçonne aussi d'avoir commis des atrocités contre les Pygmées dans la région d'Ituri (est).

Pendant sa campagne, menée à l'aide de son Boeing 727 privé, autrefois propriété de l'ex-dictateur libérien Charles Taylor, il a rappelé son combat contre le "régime dictatorial" de Kabila père et promis de relancer l'économie congolaise, dévastée par les 32 années de règne de Mobutu Sese Seko.

"Si je n'améliore pas vos vies en cinq ans, ne votez plus jamais pour moi", a-t-il lancé lors d'une réunion publique à Bunia (est). "Donnez-moi six mois et tout le Congo connaîtra la paix", a-t-il ajouté. "Votez pour moi et je rebâtirai le pays". AP


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  5. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  6. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  7. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  8. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  9. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  10. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  11. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  12. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  13. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  14. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  15. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  16. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  17. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  18. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  19. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  20. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  23. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  24. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  25. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)
  26. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  27. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  28. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  29. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  30. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.