Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La signature du pacte de Nairobi, promesse de paix dans la région des Grands Lacs

Article précédant | Suivant
Monuc - 19 décembre 2006 11:31

Signature du pacte de paix des pays des grand lacs -Joseph Kabila - Congo RDC La signature du pacte de Nairobi le vendredi 15 décembre 2006 par la RDC, l’Angola, la République Centrafricaine, la République du Congo, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie, pourrait inaugurer une période de sécurité, de stabilité et de développement dans la région après des années de conflit.

Plusieurs chefs d’Etat africains, parmi eux le président de la RDC, Joseph Kabila, ont participé à Nairobi à ce sommet de deux jours, qui devrait contribuer à sortir la région du cercle vicieux des conflits, des désastres humanitaires et de la pauvreté.

La MONUC a salué la signature de ce pacte qui va tracer la voie à la paix dans la région, notamment en République Démocratique du Congo. « La MONUC espère que les différents parlements nationaux ratifieront ce pacte le plus rapidement possible, dans l’intérêt de la paix, de la sécurité et du bien-être de tous les peuples de la région » a ajouté le porte-parole de la mission, Kemal Saiki.

Une partie du pacte consiste en un engagement des chefs d’Etat sur une longue liste de programmes concernant, entre autres, la gouvernance et les secteurs humanitaire et économique. Le pacte contient aussi un protocole de non-agression et de défense mutuelle qui établit la non tolérance de la présence d’insurgés sur les territoires des pays signataires.

Ces programmes seront financés par un fond administré par la Banque Africaine de Développement et composé par les contributions obligatoires des états-membres et par des paiements volontaires des donateurs.

La région des Grands Lacs a été le théâtre de violences et de crises humanitaires pendant les dix dernières années, faisant des millions de morts et menant à des exodes de populations et à l’effondrement des infrastructures physiques, économiques et sociales.

« Nos Etats ont pris l’engagement de changer le cours de l’histoire de la région des Grands Lacs en la transformant d’une zone de conflit, de violence et de méfiance, en une région de paix, de stabilité et de développement, » a dit le président Kabila.

Le pacte des Grands Lacs comprend un plan d’action pour la sécurité assorti d’un budget de 225 millions de dollars américains pour désarmer les groupes rebelles dans l’est de la RDC et le long des zones frontalières au Soudan, au Kenya et en Ouganda.
« Un accent particulier sera mis sur l’épineuse question des groupes armés afin que les efforts conjugués de tous et la poursuite des mesures de confiance réciproque puissent assurer son éradication définitive, » a dit le président Kabila.
Selon lui, le dialogue et les moyens militaires sont les deux options principales pour résoudre le problème des rebelles qui constituent une force qui déstabilise la RDC et une grande partie de la région.
« Nous essayons de les encourager à arrêter ce comportement. L’option militaire est assez coûteuse, mais nous avons toujours cette option et nous allons l’utiliser si et quand ça sera nécessaire. »
Mme Besida Tonwe, le chef du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) en Afrique centrale et orientale, a souligné que la conférence avait nécessité un long processus de consultations et nécessiterait un engagement de long terme, afin d’aider les pays de la région des Grands Lacs à achever la réconciliation, la réhabilitation et la reconstruction de leurs sociétés dans un processus politique délicat.
« Il s’agit aussi d’un processus pour lequel il va falloir, dans l’avenir, un soutien financier de la communauté des donateurs et une assistance cohérente de la communauté humanitaire. Il est de la plus grande importance qu’il y ait un suivi de l’implémentation nationale des protocoles légaux adopté avec ce pacte», a-t-elle insisté.
« Les trois protocoles concernant des sujets humanitaires et sociaux - la lutte contre les violences sexuelles contre les femmes et les enfants, les droits à la propriété des personnes rentrant chez eux et la protection des personnes déplacées dans leur propre pays -sont de la plus grande importance, » a-t-elle conclu.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.