Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La Banque Mondiale peut-elle mieux faire en RDC?

Article précédant | Suivant
MONUC - 13 mars 2007 19:37

Joseph Kabila, Paul Wolfowitz Critiquée sur ses différentes interventions en RDC, la Banque Mondiale est décidée à relever le défi. Pour annoncer les couleurs, son président, Paul Wolfowitz, a visité le pays, du 8 au 9 mars 2007, dans le cadre du renforcement des relations entre la RDC et la Banque en vue de la préparation des programmes de relance économique et de consolidation de la paix.

ANALYSE

La Banque Mondiale a été critiquée sur la manière dont ont été mises en œuvre ses interventions en RD Congo. Les agences avec lesquelles elle traite ne sont pas non plus épargnées.

Alors que la passivité de la Banque est mise en cause dans la cadre de la signature de certains contrats miniers très déséquilibrés pour la RDC, certaines de ses interventions ont sous estimé les risques sur les populations tandis que d’autres ont tout simplement coûté cher aux Congolais sans atteindre leurs objectifs.

Aussi, l’efficacité de l’aide est remise en cause. C’est pourquoi, tenant compte de la situation sociopolitique actuelle de la RDC, la Banque propose une nouvelle stratégie pour aider ce pays en situation de post conflit, avec à sa tête un président élu démocratiquement après des élections saluées par la communauté internationale.

Secteur des mines

L’assureur des risques politiques de la Banque, l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) a approuvé une assurance de risque politique pour Anvil Mining, une compagnie canadienne en septembre 2004 et un mois plus tard, cette dernière aurait apporté son soutien logistique aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) lors de la répression violente d’un groupe de rebelles dans la ville de Kilwa, située à 50km de Dikulushi. Kilwa est le point d’exportation vers la Zambie, du cuivre et des minerais d’argent en provenance de Dikulushi. La répression aurait fait des victimes civiles et les FARDC auraient commis des actes d’exécutions sommaires, de pillages, d’extorsions et de détentions illégales.

Dans ce cadre, le Président de la Banque, Paul Wolfowitz, a demandé au médiateur du conseiller en conformité (CAO) de conduire un audit sur la manière dont MIGA a évalué et mis en œuvre cette affaire. Mais malheureusement, le CAO n’a pas examiné l’implication de Anvil dans l’incident de Kilwa. Néanmoins, les rapports ont montré que MIGA n’aurait pas considéré le risque lié à la présence de Anvil dans la dynamique du conflit, minimisant ainsi les répercussions sociales des activités de la compagnie canadienne, avant de lui délivrer un contrat de garantie pour risque politique d’une valeur de 13.3 millions de dollars US.

Le rôle de la Banque a également été mis en doute dans le cadre des contrats miniers. En effet, des contrats miniers qualifiés de léonins, auraient été signés à un moment où la Banque Mondiale était impliquée dans la réforme de ce secteur en RDC. Cependant, c’est bien un mémorandum de la Banque se rapportant à trois contrats de joint-ventures entre la Gécamine et trois groupes miniers internationaux, qui indiquait que les contrats n’avaient pas fait l’objet «d’une analyse et d’une évaluation approfondies» avant d’être signés. Et le même mémo de recommander la renégociation «unilatérale» de ces contrats. La Banque a aussi contribué à l’évaluation de la réforme de la Gécamines.

De toute façon, comme le disent si bien les officiels de l’institution, la Banque n’est pas responsable des accords miniers signés entre un gouvernement souverain et des sociétés privées.

Programme de démobilisation et de réintégration de combattants

La Banque a supporté la RD Congo pour un montant de 100 millions de dollars dans le Programme Multi-pays pour la Démobilisation et la Réintégration (MDRP).

Selon les indications de la Banque, près de 100 595 anciens soldats, dont 69 000 déjà réintégrés dans la société, ont été démobilisés et ont déposé leurs armes.

Ces milices ont libéré environ 30 000 enfants associés aux groupes et aux forces armés, 80% ont été réunis avec leurs familles.

Néanmoins les démobilisés manifestent depuis le début du programme pour réclamer les kits promis et aujourd’hui la CONADER, en charge de la mise en œuvre du programme, prétend ne plus avoir d’argent.

C’est ainsi que la Banque Mondiale a estimé que malgré ces progrès, le nouveau gouvernement de la RDC, doit encore encourager près de 60 000 à 70 000 éléments de groupes armés à retourner à la vie civile pour une enveloppe totale de 60 millions de $US alors que le projet a déjà coûté plus de 200 millions de dollars US à l’ensemble des bailleurs intervenant dans ce programme.

Efficacité de l’aide

Par ailleurs, alors que les concessions minières étaient hypothéquées par le gouvernement et tous les participants au conflit, et que des millions de congolais vivant dans la misère fuyaient les combats à l’Est du pays, la Banque Mondiale a renouvelle son soutien a la RD Congo en 2003, un pays dévasté, sans infrastructures routières ni administratives.

Malgré l’approbation de 82 prêts et crédits pour un montant total d’environ 121 milliards US$ jusqu’en Février 2007 (y compris l’aide sous le régime Mobutu), le pays est classé 167ème plus pauvre au monde selon l’indice de développement humain du PNUD de 2006.

Mais comme la RDC est devenue plus stable, il y a des signes prometteurs pour l'économie. Plus d'un milliard de dollars US d’investissement direct étranger a profité à la RDC en 2006 en dépit de son classement comme le plus mauvais pays au monde pour les investissements, d'après les indicateurs de "Doing Business".

Bien que l'économie du pays se soit écroulée virtuellement dans les dernières décennies, le Congo est riche en ressources naturelles et humaines avec des sols fertiles, des pluies abondantes, et des ressources minérales (cuivre, cobalt, diamants, or, zinc et autres métaux), ainsi que du pétrole.

Ce potentiel, associé à la légitimité du pouvoir en place est garant d’un avenir meilleur, base de l’espoir du peuple congolais. Mais comme l’a dit le Président de la Banque Mondiale, «plus d'un milliard de personnes à travers le monde vivent avec un dollar par jour, et la corruption menace leur espoir d'une vie meilleure et d'un avenir plus prometteur».

Pré conditionnement de l’aide

Mais pour garantir l’efficacité de l’aide et assurer une meilleure exploitation et redistribution des richesses nationales, Paul Wolfowitz souhaiterait dorénavant pré-conditionner l’aide aux pays en voie de développement à des critères de bonne gouvernance. Ainsi, les prochains prêts de la Banque à la RDC seront sous conditions; quand on sait que Transparency International a classé le pays comme le 6ème plus corrompu au monde.

C’est dans ce cadre qu’il a déclaré que «quand nous découvrons que l’aide au développement déjà insuffisante est détournée de l’objectif visé, celui de profiter aux pauvres, nous avons le devoir d’agir. Les activités du Service de déontologie institutionnelle de la Banque Mondiale (INT) nous aident à nous acquitter de ce devoir envers les pauvres, qui sont nos clients en dernière analyse, en décelant et en décourageant les pratiques de fraude et de corruption, et en oeuvrant de concert avec d'autres services à travers la Banque pour limiter les risques dans les opérations futures».

Cette initiative, qui est soutenue par les Etats-Unis, a été très critiquée par la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, qui voudraient avoir leur mot a dire sur cette nouvelle politique qui a déjà frappé en 2007, 58 entreprises et 54 particuliers exclus des marchés en raison des pratiques de fraude et de corruption.

Ainsi, la RDC, l’un des pays les plus pauvre d’Afrique et en situation de post-conflit avec près des trois quart de sa population vivant sous le seuil de la pauvreté avec un dollars par jour, doit relever le défi de consolider la paix par une amélioration des conditions de vie des population en profitant des dividendes de cette paix.

Pour mieux aider la RDC, la nouvelle Stratégie de l'Assistance pays de la Banque Mondiale qui sera présentée en 2007 couvre des secteurs tels que la bonne gouvernance et la paix, stabilité macroéconomique et croissance économique, accès aux services sociaux et réduction de la vulnérabilité, VIH/SIDA et promotion des dynamiques communautaires.

En attendant, Paul Wolfowitz a annoncé lors de sa visite, que la banque accorde en mars 2007, une première subvention d’une valeur de 180 millions de dollars US pour construire des routes et fournir de l'eau potable à Kinshasa, en créant du travail en même temps. Cela n’est qu’une partie de ce que pourrait être la subvention totale de la Banque mondiale, d’une valeur de 380 millions $US, pour la RDC en 2007. Aussi, «nous avons commencé à planifier les projets pour 2008 et notre prévision serait de l’ordre de 1.4 milliard $US pour les trois prochaines années» a dit le président de la Banque mondiale.


Autres articles


  1. L'armée repousse une nouvelle attaque des miliciens à Uvira (28 septembre 2017)
  2. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  5. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  6. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  7. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  8. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  9. Corruption : la RDC classée 154e sur 174 pays par Transparency International (4 décembre 2014)
  10. Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe (28 novembre 2014)
  11. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  12. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  13. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  14. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)
  15. Goma: marche de colère des épouses des militaires après la mort du général Bahuma (3 septembre 2014)
  16. Commandant des FARDC au Nord-Kivu, le général Bahuma est décédé (31 août 2014)
  17. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  18. Fête de l'indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa (30 juin 2014)
  19. Joseph Kabila place la fête de l'indépendance sous le signe d'un hommage « vibrant » aux FARDC (29 juin 2014)
  20. Nord-Kivu: accrochage entre militaires congolais et rwandais à Kabagana (11 juin 2014)
  21. L'Afrique du Sud étend la mission de ses soldats en RDC jusqu'en 2015 (25 mars 2014)
  22. Les FARDC ont pris le dernier bastion des rebelles de l'ADF à Makoyoya 3 (12 mars 2014)
  23. Le parlement invité à avoir « le courage de dénoncer la corruption » (25 février 2014)
  24. Les FARDC délogent les miliciens APCLS de Nyabiondo (18 février 2014)
  25. Amnistie 2014: l'ONU applaudit, les Congolais dubitatifs (6 février 2014)
  26. Assassinat de Mamadou Ndala: le gouvernement induit en erreur sur l'implication des ADF-NALU, selon Mende (22 janvier 2014)
  27. Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni (2 janvier 2014)
  28. Pas d'accord de paix avec les rebelles vaincus du M23, dit le gouvernement congolais (12 novembre 2013)
  29. Il n'y aura pas d'accord entre la RDC et le M23 à Kampala mais plutôt une déclaration, selon Mende (6 novembre 2013)
  30. Les FARDC reprennent au M23 la colline stratégique de Mbuzi (4 novembre 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.