Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Assassinat de Serge Maheshe: réaction de journaliste en danger

Article précédant | Suivant
Radio Okapi - 14 juin 2007 20:16

Serge Maheshe

Journaliste en danger se dit préoccupé par l'assassinat le mercredi du
journaliste de radio okapi Bukavu, Serge Maheshe. Donat Mbaya, président de
JED, a accordé une interview à radiookapi.net Il exige que le gouvernement
concrétise sa promesse de lutter contre l'impunité en faisant la lumière
sur cet assassinat.

JED invite par ailleurs les journalistes à plus de prudence car, dit-il,
il n'existe pas de risque zéro en journalisme. L'intégralité de l'interview
de Donat Mbaya :

Radio Okapi : Monsieur Donat Mbaya, bonjour?

Donat Mbaya : Bonjour?

RO : Vous êtes le président de Journaliste en danger. Nous
avons appris hier soir la mort de notre confrère Serge
Maheshe à bukavu. Par rapport à cet assassinat, Jed a
certainement une réaction. Quelle est cette réaction ?

DM : La réaction, d'abord, c'est celle de la profonde
consternation. C'est triste que l'un des meilleurs
journalistes que ce pays ait pu avoir soit fauché à fleur
d'âge comme ça. Une 2e réaction c'est que vraiment il
faudrait que l'on puisse passer maintenant de la parole aux
actes en ce qui concerne la lutte contre l'impunité. Vous
savez, de par les enquêtes que nous avons pu mener, des
témoignages qu'on a pu retenir sur place à Bukavu, de par le
modus operandi de cette opération, à JED nous disons que,
d'abord, les tueurs connaissaient bien le journaliste.
Deuxièmement, qu'ils sont allés pour le tuer. Parce qu'il
n'y a pas eu de conversation entre eux, juste l'ordre de se
mettre par terre. Et quand l'un des amis du journaliste
demande s'ils ont besoin d'argent, pour toute réponse ils
tirent dans les deux jambes, pour tirer finalement en pleine
poitrine, à bout portant. Donc, l'intention était claire de
tuer.

RO : Les informations en possession de JED confirment-elles
déjà une piste quelconque qui ne serait pas une piste
militaire ?

DM : ce que nous pouvons dire, c'est que le 7 mai 2007, Serge
Maheshe a adressé un long courrier à JED de presque deux
pages. Dans ce long courrier, il expliquait une altercation
qu'il a eu avec deux militaires postés à une barrière non
loin de sa résidence. Qu'est ce qui s'est passé ? ça veut
dire que un des visiteurs de serge a été arrêté à cette
barrière, parce qu'il avait parqué sa voiture là-bas alors
qu'il allait chez Serge. Et on a voulu qu'il se roule dans
la poussière et tout. Serge est intervenu pour dire qu'il
n'est pas question. I n'a pas commis d'infraction et, de
toute façon, s'il y avait infraction, il fallait saisir les
autorités, et tout. C'est ainsi que Serge a été menacé. On
lui a dit tu crois que parce que tu es Monuc, parce que tu
es journaliste, on va avoir peur de toi ? Nous, on ne va
p'as avoir peur de toi. On peut te tuer, il n'y aura rien,
il n'y aura pas d'enquête. Ces phrases là ont été
prononcées. On lui a demandé de se mettre à genoux, il a
refusé de se mettre à genoux. Il a été menotté. Il a fallu
l'intervention d'un plus gradé pour que finalement on enlève
les menottes. Mais, dans la correspondance -c'était même
deux correspondances, le 7 mai et le 9- Serge fait part de
ses inquiétudes quant à sa sécurité. Et ce qui et terrible,
c'est que ces correspondances ont été adressées en copie au
service de la Monuc au niveau de Bukavu, les services de la
sécurité. Moi, je crois qu'on aurait pu prendre déjà cette
affaire au sérieux en ce moment là.

RO : Donc, pour JED, vous pensez que cet assassinat fait suite
justement à ces menaces dont serge a été l'objet ?

DM : Nous ne sommes pas catégoriques. Mais, nous pensons que
c'est peut-être des indices pour commencer une enquête. Nous
ne sommes pas catégoriques. Donc, ça peut être un point de
départ pour une enquête parce que pour tous aujourd'hui la
question est de savoir qui a fait ça, pourquoi ? Alors, qui
a fait ça ? Bon, on essaie de fouiner. Et là, nous avons un
témoignage de la victime fait un mois avant sur le peur
qu'elle avait pour sa sécurité et pour sa vie. Et, dans la
2e correspondance, il ajoute même qu'il a demandé à la Monuc
de pouvoir voir avec les autorités du pays comment déplacer
la barrière des militaires qui étaient à cet endroit par ce
que les 2 militaires qui étaient à cette barrière
constituaient une menace pour lui. D'autant plus que le
lendemain de cet incident là, il voulait passer par là,
c'est la voie obligée, pour aller au boulot, on a refusé
qu'il passe. Il a été obligé d'emprunter un sentier pour
sortir ailleurs et pouvoir se rendre à son travail. Donc,
nous disons qu'une enquête sérieuse ne peut pas ignorer ces
faits là.

RO : C'est le nième assassinat de journaliste en RDC. A cet
effet, JED a-t-il un message précis à l'intention de tous
les journalistes et, particulièrement, de ceux de radio
okapi ?

DM : Oui. Je voudrai d'abord commencer par présenter mes
condoléances à tous les journalistes ou le personnel de
radio okapi. Je voudrai leu assurer, vous assurer que vous
avez le soutien de JED. Je voudrai aussi attirer l'attention
des journalistes de radio okapi que cet acte ignoble ne
puisse pas vous décourager, vous pousser à ne plus être
aussi professionnel que vous l'avez toujours été. Il faut,
au contraire que ce soit un encouragement pour que vous
puissiez toujours aller de l'avant, toujours faire votre
travail avec tout le professionnalisme qui vous caractérise.
A l'endroit de tous les journalistes, je dirai que nous
sommes dans un pays qui sort d'un conflit, un pays où il y a
beaucoup de problèmes, des problèmes d'insécurité. A JED,
nous disons qu'i y a même une industrie du crime qui
fonctionne dans certaines villes de notre pays. Alors, nous
disons aux journalistes que le risque zéro n'existe pas. A
chaque instant, quand vous vous déplacez, quand vous menez
vos enquêtes, quand vous rentrez dans le cadre de votre
travail ou en privé, considérez toujours qu'il y a un risque
et que tout peut arriver, et de pouvoir être prudent. Le
professionnalisme n'exclut pas la prudence.
RO : Merci beaucoup monsieur Donat Mbayi.

DM : Je vous remercie.


Autres articles


  1. Fosse commune de Maluku: le défi de la transparence (13 avril 2015)
  2. Liberté de la presse: Reporters sans frontières et JED écrivent à Joseph Kabila (31 août 2010)
  3. Mines et pétrole: la société civile à l'heure de la transparence (18 août 2010)
  4. L'opposition et les ONG des droits de l'homme dénoncent la dérive démocratique (31 juillet 2010)
  5. Kamerhe demande à Kabila de gracier Kuthino, Mokia et Mukonkole (21 juin 2010)
  6. Le gouvernement et l'ONU devraient mener conjointement une enquête sur la mort de Floribert Chebeya (3 juin 2010)
  7. Un journaliste caméraman assassiné à Beni (6 avril 2010)
  8. La HAM suspend le journal télévisé en Lingala facile (18 mars 2010)
  9. La RDC maintient la suspension de RFI (25 février 2010)
  10. JED dénonce les manœuvres dans la mise en place du Conseil supérieur de l'Audiovisuel et de la Communication (6 février 2010)
  11. JED « constate » 75 cas d'atteintes à la liberté de la presse en RDC (11 décembre 2009)
  12. Bukavu: encore un journaliste assassiné (23 août 2009)
  13. Reporters sans frontières et Journaliste en danger (JED) condamnent la coupure du signal de RFI (28 juillet 2009)
  14. Le gouvernement coupe le signal de RFI sur l'ensemble du territoire national (28 juillet 2009)
  15. Procès Serge Maheshe: Alain Mulimbi et Serge Muhima acquittés (22 mai 2008)
  16. Procès Serge Maheshe : le ministère public demande l'acquittement des présumés commanditaires et la condamnation des présumé assassins (13 mai 2008)
  17. Procès Serge Maheshe: 4 condamnés à mort dont les deux amis du défunt (28 août 2007)
  18. Bukavu : Serge Maheshe de Radio Okapi assassiné (14 juin 2007)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.