Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
L'armée retrouve ses soldats portés disparus

Article précédant | Suivant

KINSHASA, le 2 septembre (IRIN) - Un des deux bataillons de l'armée basés dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) qui avaient disparu le 26 août, selon un rapport de l'armée, n'aurait peut-être pas déserté, puisque l'autre bataillon a depuis rejoint la caserne, a annoncé jeudi Adolphe Onusumba, le ministre de la Défense.

« Il n'y a pas eu de désertion, il s'agissait d'un problème de communication », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Kinshasa, la capitale du pays.

Deux jours auparavant, Adolphe Onusumba annonçait à IRIN que l'armée allait « arrêter les instigateurs de cette désertion », en faisant référence aux 500 à 700 soldats qui composent le 53ème bataillon basé dans le village Burungu, à 45 km au Nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

Mardi, le général Gabriël Amisi, commandant de la 8ème région militaire du Nord Kivu, a déclaré que les soldats du 53ème bataillon qui avaient déserté sont rentrés à la caserne. Cependant, il n'a pas indiqué où ils se trouvaient. Il a annoncé qu'une enquête était en cours pour savoir où se trouvaient les soldats de ce bataillon ainsi que ceux du deuxième bataillon mixte de la 8ème région militaire de Kanyabayonga, à 109 km au Nord de Goma.

Delion Kimbulumpu, porte-parole d'Adolphe Onusumba, a précisé que seul le 53ème bataillon avait disparu et que la déclaration qui avait été faite concernant la désertion du deuxième bataillon mixte était erronée.

« Ils ont été déployés là où ils devaient l'être » a-t-il ajouté.

La plupart des soldats des deux bataillons sont des Tutsis congolais de l'ancien groupe rebelle, le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD).

Ils ont disparu alors qu'au même moment Laurent Nkunda, un général dissident de l'armée nationale et ancien membre du RCD, publiait un communiqué à Goma appelant au renversement du gouvernement à Kinshasa.

La disparition des soldats aurait peut-être un lien avec cet appel. Toutefois, Rachel Eklou-Assogbavi, porte-parole adjointe de la Mission des Nations unies en RDC, a affirmé qu'il n'y avait aucun lien entre ces deux événements.

Selon Adolphe Onusumba, les soldats du 53ème bataillon ont déserté car ils avaient peur. Ils se rendaient vers un autre centre pour rejoindre d'autres membres de la nouvelle armée nationale.

« Les soldats ont écouté le discours de certains de leurs chefs qui leur ont dit qu'ils allaient être tués », a ajouté Adolphe Onusumba.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.