Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Visite en RDC du Directeur général de la FAO

Article précédant | Suivant
MONUC - 23 juillet 2007 15:53

Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a effectué une visite de 3 jours en RDC du 20 au 22 juillet 2007. Il a rencontré des membres du gouvernement, notamment le ministre d'Etat chargé de l'Agriculture, la pêche et l'élevage, François Nzanga Mobutu et le président Joseph Kabila. Il nous explique les motifs de son voyage. 
Jacques Diouf, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a effectué une visite de 3 jours en RDC du 20 au 22 juillet 2007. Il a rencontré des membres du gouvernement, notamment le ministre d’Etat chargé de l’Agriculture, la pêche et l’élevage, François Nzanga Mobutu et le président Joseph Kabila. Il nous explique les motifs de son voyage.


ENTRETIEN

Pouvez vous nous expliquer l’objet de votre visite en RDC?

C’est une visite de travail et d’amitié qui se situe dans le cadre des relations excellentes entre la République Démocratique du Congo (RDC) et la FAO.

Vous savez que notre organisation est restée toujours en RDC malgré les crises, les problèmes et les conflits parce que nous estimons que c’est dans les périodes difficiles qu’il faut être présents pour aider les populations surtout en matière d’agriculture et d’alimentation.

Maintenant que le pays a fait de très grand progrès vers la paix et la démocratie avec l’organisation d’élections, la mise en place de nouvelles institutions, d’un gouvernement, d’un parlement et d’une autorité judiciaire, je pense que c’était important de venir à la fois pour indiquer le soutien à ce processus démocratique et aussi pour voir quel programme de développement du secteur agricole et de sécurité alimentaire nous pouvions encourager et stimuler, puisque pendant la première partie, nos actions étaient surtout des actions d’urgence en direction des populations affectées par la guerre et auxquelles nous remettions essentiellement des semences, des engrais, du petit matériel des aliments du bétail pour leur permettre de continuer à maintenir leur capacité productive et à survivre.

Actuellement, il faut reprendre l’ensemble du problème du développement agricole de ce pays qui a quand même des atouts qu’on ne trouve nul part ailleurs en Afrique puisque la moitié de l’eau du continent se trouve en RDC. Les superficies atteignent 80 millions d’hectares, dont quatre millions d’hectares susceptibles d’être irrigués alors que nous avons seulement 13.500 hectares qui sont irrigués et le pays a aussi le deuxième écosystème forestier tropical du monde.


Q’est ce que cela signifie?

C'est-à-dire que toutes les conditions sont réunis pour assurer une production non seulement en vue de satisfaire la demande nationale mais une demande continentale, et je dirais même une demande mondiale d’autant plus qu’aujourd’hui au delà des problèmes alimentaires, nous avons toute la problématique de bioénergie et toute la question aussi du changement climatique et les pays qui ont le plus d’eau naturellement sont ceux qui seront de nature à mieux résister à ces défis.


En parlant du problème humanitaire qui se pose au nord Kivu, pouvez vous nous donner des précisions, quels sont les programmes que vous êtes en train de mettre en place dans cette province?

Nos programmes sont des programmes à la demande du gouvernement. Nos programmes dans ce cadre là sont des programmes essentiellement de fourniture de semences, de fourniture de petit matériel d’engrais pour aider les populations déplacées; ce que nous faisons déjà depuis plusieurs années et que nous allons continuer de faire.

Je ne suis pas venu spécifiquement pour une zone du pays. Je suis venu pour parler de l’ensemble du programme de développement agricole et de la sécurité alimentaire de la RDC en vue de pouvoir faciliter la mise en œuvre de la partie agricole du programme national qui va être discuté au mois de septembre dans le cadre du groupe consultatif.


Dans ce sens là, quelle assurance le gouvernement vous a donnée?

Sa volonté de donner la priorité déjà exprimée par le chef de l’Etat ainsi que par les différents ministres dans leurs secteurs respectifs. Ils ont déjà indiqué quelles actions allaient être menées dans le cadre de l’appui au développement et c’est ce qui était attendu de la FAO dans ce sens.




TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.