Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La CEI annonce un budget de 712 millions USD pour le processus électoral

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 14 août 2010
Apolinaire Malumalu

Le budget de l’ensemble du processus électoral (2007-2013) est évalué à 712 millions de dollars américains, révèle la Commission électorale indépendante (CEI). La CEI est décidée à poursuivre son élan, même si certains l’accusent d’avoir « violé » la Constitution en publiant le calendrier « controversé » du 9 août 2010.

Le président de la Commission électorale (CEI) a dévoilé cette semaine le coût de l’ensemble du processus électoral 2007-2013. « Le budget global est déjà décidé : 712 millions de dollars. Mais, vous savez que l’Etat fonctionne par exercice budgétaire annuel. Cela veut dire que ce budget global se déroulera maintenant chaque année », a révélé l’abbé Apollinaire Malumalu dans un entretien à Radio Okapi cette semaine.

« C’est un budget qui sera dynamique. Mais, dans ses grandes lignes, il est déjà très rigoureux, il a été l’objet d’une très grande discussion qui a duré tout un an. Donc, ce n’est pas un budget qui sort du néant, c’est un budget très concerté. Même s’il y a encore des débats sur l’une ou l’autre rubrique : Qui prend en charge quoi ? Où est- ce qu’on peut la réduire un peu pour qu’elle soit accessible ? », a-t-il expliqué.

« Par rapport au gouvernement, ce budget annonce aussi l’engagement du gouvernement à un niveau beaucoup plus élevé par rapport à 2005. De 10%, le gouvernement pourra atteindre presque les 60% de contribution financière », a-t-il précisé.

A la question de savoir s’il accepterait ou rejetterait une sollicitation à diriger la CENI, Malumalu a été sans équivoque.

« Je l’ai déjà rejetée à l’avance. Puisque je ne cesse de dire que je ne serai pas dans la CENI. Mais, il y a des gens qui ne me croient pas, ils pensent que ce sont de petits calculs. Mais moi j’appartiens à une institution, l’église catholique où les petits calculs n’existent pas parce que nous sommes là dans une éthique de l’engagement. Je sais ce que l’Eglise attend de moi et je ne ferai que ce que l’Eglise attend de moi. Et je vous dis qu’on peut aussi servir la Nation de différentes manières », a-t-il répondu.

VIOLATIONS CONTROVERSEES DE LA CONSTITUTION

En fixant au « 27 novembre 2011 (le) 1er tour de l’élection présidentielle », la Commission électorale indépendante (CEI) a violé la Constitution de la RDC, accusent l’opposition politique et la société civile.

« Le scrutin pour l’élection du président de la République est convoquée par la Commission électorale nationale indépendante quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du président en exercice », stipule l’article 73.

« Vous êtes en train toutes les fois de parler de cette loi sur la CENI, mais je vous invite à la lire. Parce que vous n’allez pas, chaque fois, évoquer une loi que vous n’avez même pas lue. Cette loi, dans ses dispositions, si vous lisez à son article 55, indique que les membres de la CEI restent en fonction jusqu’à l’installation effective des membres de la CENI. En ce qui nous concerne, je pense que les institutions publiques fonctionnent dans le principe de la continuité de l’Etat », s’est défendu le président de la CEI sur Radio Okapi.

Il est soutenu par l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP), contre l’avis commun de l’opposition politique et de la Société civile qui accusent la CEI de « violation de la Constitution » en agissant en lieu et place de la CENI.

En convoquant la prochaine élection présidentielle le « 27 novembre 2011 », relève l’opposition politique, la CEI viole aussi l’article 73 disposant que « le scrutin pour l’élection du président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du président en exercice ».

« Nous devons travailler pour que le processus électoral soit accepté et qu’il soit le moins conflictuel possible », ont déclaré mercredi à la presse les membres de la Société civile pour l’observation des élections, à l’issue d’une séance de travail avec le président de la CEI.

Ils se sont entretenus avec l’abbé Apollinaire Malumalu sur les « tenants et aboutissants » du calendrier électoral qui, leur a-t-il dit, « tient compte des contraintes opérationnelles ». Et ce, dans le cadre de la « concertation avec les forces vives de la nation » qu’il vient d’initier.

Pour mettre fin à la controverse consécutive à la publication du calendrier électoral, à toutes fins utiles, toutes les parties prenantes au processus électoral (2007-2013) devraient mettre à contribution l’expertise de leurs juristes dont l’intégrité morale est avérée.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. L'élection présidentielle fixée au 23 décembre 2018 (5 novembre 2017)
  3. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  4. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  5. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  6. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  7. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  8. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  9. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  10. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  11. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  12. Situation très tendue à Kinshasa au deuxième jour des manifestations populaires (20 septembre 2016)
  13. Violences à Kinshasa: Evariste Boshab annonce un bilan provisoire de 17 morts (19 septembre 2016)
  14. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  15. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  16. Ceni: l'Eglise catholique n'a pas participé à la désignation de Corneille Nangaa (22 octobre 2015)
  17. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  18. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  19. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  20. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  21. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)
  22. Joseph Kabila invite les Congolais « au règlement pacifique de toutes divergences politiques » (29 juin 2015)
  23. La Cenco propose le report des élections locales (28 juin 2015)
  24. Dialogue national : Clément Kanku invite Joseph Kabila à se prononcer « clairement » (26 juin 2015)
  25. Les Etats-Unis encouragent la tenue d'un dialogue politique en RDC (5 juin 2015)
  26. Ne Mwanda Nsemi : «Les conditions pour des élections crédibles ne sont pas remplies» (4 juin 2015)
  27. Consultations présidentielles: les Eglises et les chefs coutumiers prônent un dialogue pour la paix (2 juin 2015)
  28. Elections en RDC: Barack Obama insiste sur le respect de la constitution (1 avril 2015)
  29. La Ceni fixe l'élection présidentielle au 27 novembre 2016 (12 février 2015)
  30. «Le transfert de pouvoir doit se faire de manière démocratique», affirme Russ Feingold (9 février 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.