Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La CPI ordonne la reprise du procès de Thomas Lubanga

Article précédant | Suivant
CPI - 8 octobre 2010
Thomas Lubanga Dyilo

Le vendredi 8 octobre 2010, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a annulé les décisions par lesquelles la Chambre de première instance I avait ordonné la suspension de l’instance dans l’affaire Le Procureur c. Thomas Lubanga Dyilo et la remise en liberté de l’accusé. En exécution de cet arrêt, Thomas Lubanga Dyilo restera sous la garde de la Cour pour la durée de son procès, qui peut à présent reprendre son cours.

Le 8 juillet 2010, la Chambre de première instance I avait ordonné la suspension de l’instance dans l’affaire Thomas Lubanga Dyilo, considérant qu’un procès équitable n’était plus possible du fait de la non-exécution par l’Accusation des ordonnances de la Chambre. Celle-ci avait auparavant ordonné au Bureau du Procureur de communiquer à titre confidentiel à la Défense le nom de l’intermédiaire 143 ainsi que d’autres informations permettant de l’identifier. Toutefois, l’Accusation n’a pas exécuté ces ordonnances. À la suite de la décision de suspendre l’instance, la Chambre de première instance I avait ordonné, le 15 juillet, la remise en liberté de l’accusé. Le Procureur avait alors interjeté appel de ces décisions.

Le juge Song, juge président dans le cadre de ces appels, a résumé l’arrêt en audience publique, expliquant que la Chambre d’appel rejetait les deux moyens avancés par le Procureur, à savoir que la Chambre de première instance avait eu tort de conclure qu’il avait refusé de se conformer aux ordonnances de la Chambre et que celle-ci s’était méprise quant à la position adoptée par le Procureur s’agissant de son devoir de protéger, entre autres, les victimes et les témoins.

Dans son résumé de l’arrêt, le juge Song a souligné qu’il ne faisait aucun doute que le Procureur ne s’était pas conformé aux ordonnances de la Chambre lui enjoignant de révéler l’identité de l’intermédiaire 143, alors que les ordonnances rendues par les Chambres ont caractère contraignant et devraient être considérées comme telles par l’ensemble des parties et participants tant qu’elles n’ont pas été suspendues par la Chambre d’appel. Le juge président a également souligné qu’en vertu du Statut, la Chambre de première instance est en définitive garante de l’équité et de la rapidité du procès, sous réserve uniquement des pouvoirs de la Chambre d’appel.

La Chambre d’appel considère toutefois que la Chambre de première instance a eu tort de recourir immédiatement à la solution de la suspension de l’instance plutôt que d’imposer d’abord des sanctions afin de contraindre le Procureur à se conformer à ses ordonnances. Les sanctions constituent pour les Chambres un outil important leur permettant de contrôler les débats dans le cadre du procès et de garantir l’équité de celui-ci sans avoir à recourir à des mesures extrêmes telles que la suspension de l’instance, a déclaré le juge Song dans son résumé de l’arrêt.

Enfin, la Chambre d’appel conclut également que comme la décision de remettre Thomas Lubanga Dyilo en liberté reposait entièrement sur la décision de suspendre l’instance, l’annulation de cette dernière emporte annulation de la décision de remettre l’accusé en liberté.

Thomas Lubanga Dyilo est accusé d’avoir commis, en tant que coauteur, des crimes de guerre consistant à procéder à l’enrôlement et à la conscription d’enfants âgés de moins de 15 ans dans les rangs des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) et à les faire participer activement à des hostilités en Ituri, un district de la province Orientale de la République démocratique du Congo, entre septembre 2002 et août 2003.


Autres articles


  1. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  2. Les internautes se mobilisent pour alerter sur les massacres des civils à Beni (13 mai 2016)
  3. La CPI confirme la peine de 14 ans de prison de Thomas Lubanga (1 décembre 2014)
  4. Joseph Kabila est arrivé à Beni (29 octobre 2014)
  5. CPI : les juges confirment les charges contre Bosco Ntaganda (9 juin 2014)
  6. Germain Katanga condamné à 12 ans de prison par la CPI (23 mai 2014)
  7. Lambert Mende : « 5 à 8% seulement de Congolais ont été expulsés de Brazzaville jusque là » (30 avril 2014)
  8. Des ONG appellent la CPI à poursuivre aussi les auteurs de crimes dans les Kivu (13 mars 2014)
  9. Germain Katanga déclaré coupable par la CPI (11 mars 2014)
  10. Le procureur de la CPI accuse Bosco Ntaganda de crimes « ethniques » en RDC (10 février 2014)
  11. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  12. Joseph Kabila annonce la formation d'un gouvernement de cohésion nationale (23 octobre 2013)
  13. Bosco Ntaganda n'est pas Congolais, il est Rwandais (26 mars 2013)
  14. Bosco Ntaganda est désormais détenu par la CPI (22 mars 2013)
  15. Bosco Ntaganda se réfugie à l'ambassade américaine au Rwanda, veut aller à la CPI (18 mars 2013)
  16. La Cour pénale internationale acquitte Mathieu Ngudjolo Chui (18 décembre 2012)
  17. Kabila doit « casser autour de lui, au-delà du déclic Amisi Tango Four » (24 novembre 2012)
  18. Manifestations à Kinshasa et à Kisangani après la prise de Goma (20 novembre 2012)
  19. 16 candidats se bousculent aux portillons du gouvernorat du Bas-Congo (1 octobre 2012)
  20. Les rebelles du M23 commettent des crimes de guerre (11 septembre 2012)
  21. Paul Kagame pourrait être poursuivi par la Cour pénale internationale, dit une autorité américaine (26 juillet 2012)
  22. Les Etats-Unis coupent leur aide militaire au Rwanda à cause de son soutien aux rebelles en RDC (21 juillet 2012)
  23. La CPI condamne Thomas Lubanga à 14 ans d'emprisonnement (10 juillet 2012)
  24. Le procureur de la CPI requiert 30 ans de prison contre Thomas Lubanga (14 juin 2012)
  25. Opinion: Il faut en finir avec l'insécurité à l'Est du Congo (3 juin 2012)
  26. CPI: Un nouveau mandat d'arrêt introduit contre Bosco Ntaganda (14 mai 2012)
  27. Nord-Kivu: les localités de Masisi et Rutshuru sous contrôle de l'armée (6 mai 2012)
  28. Insécurité aux Kivu: Joseph Kabila, Didier Etumba et Roger Meece à Goma (10 avril 2012)
  29. Thomas Lubanga reconnu coupable par la CPI (14 mars 2012)
  30. Bientôt une force conjointe de 5000 hommes pour lutter contre la LRA (9 janvier 2012)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.