Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Etats-Unis: «Ce n'est pas le nombre des tours du scrutin qui compte»

Article précédant | Suivant
Forum des As - 19 janvier 2011
Depouillement des bulletins apres le vote du 30 juillet 2006

Le Premier Ministre, Adolphe Muzito, s'est entretenu, hier à la Primature, avec l'Ambassadeur des USA à Kinshasa, James Entwitsle, sur le processus électoral en RDC. Les échanges ont tourné essentiellement autour de la contribution de Washington au financement des différentes opérations du processus électoral, mais aussi sur la transparence des scrutins.

Au sortir de ces entretiens, le chef de la mission diplomatique américaine en RDC a fait savoir, au sujet de la crise actuelle autour du mode de scrutin pour la présidentielle, que pour son pays le processus électoral, "c'est une question de politique intérieure ; il existe des pays de vieille démocratie qui organisent l'élection présidentielle à un, à deux voire à trois tours ". Ce qui intéresse les Etats-Unis d'Amérique, a-t-il poursuivi "c'est la transparence du scrutin et la liberté d'expression à tous les candidats ". Cela avant d'ajouter que son pays suivra avec grand intérêt ce qui va se passer.

Quant à l'épineuse question du financement, le diplomate américain a dit l'avoir garanti avant de préciser que la contribution de son pays passera par les ONG comme par le passé. Il n'a, cependant, pas indiqué la hauteur de cette contribution.

Cette position de Washington exprimée par son ambassadeur à Kinshasa intervient au lendemain d'une rencontre que des membres de l'opposition tant parlementaire qu'extraparlementaire ont eue avec la haute hiérarchie de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) au sujet du vote de la loi portant révision de la Constitution.

L'opposition saisissait ainsi la communauté internationale, à travers la Monusco, de ce qu'elle considère comme une dérive totalitaire amorcée par la Majorité dans l'objectif futur de noyauter les élections. La presse n'a été informée d'aucune suite de la Monusco à cette démarche.
Cependant, la position de Washington, l'un des pays les plus influents parmi les membres de l'ONU, peut présager de l'attitude de la communauté internationale face à la nouvelle donne en RDC pour les futures élections. D'ailleurs, on peut observer que, depuis le début du débat sur la révision constitutionnelle, cette communauté internationale n'a pratiquement pas fait d'observation.
Ce qui démontre, selon des observateurs, que le débat intérieur ne se circonscrit que dans le cadre de la classe politique suivant les intérêts et les calculs des uns et des autres.

Paris pour les élections libres et transparentes

Outre Washington qui s'est clairement exprimé, via son ambassadeur en poste à Kinshasa, en faveur de cette révision, le Quai d’orsay a aussi donné son point de vue. Lundi, le 17 janvier 2011, M. Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes qui répondait à une question de la presse concernant la révision de la constitution congolaise a précisé que " la modification du mode de scrutin a été opérée, à dix mois de l'élection, en conformité avec la légalité constitutionnelle congolaise. Elle a été décidée et menée dans des délais très brefs, qui ont conduit à un boycott par l'opposition du processus d'approbation ".

Néanmoins, sans s’inviter au débat congolo-congolais, Paris n'accorde pas un chèque en blanc à la suite des opérations. . Bernard Valero précise à cet effet que la France observera avec attention la poursuite du processus électoral, avec une sensibilité particulière à la qualité du dialogue entre les autorités et l'opposition. Quoi qu'il en soit, l'Elysée, dit-il, "réitère son attachement à la tenue des élections libres et transparentes, permettant à tous les électeurs d'exprimer librement leur choix, dans un scrutin ouvert à l'ensemble des acteurs politiques ".


Autres articles


  1. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  2. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  3. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  4. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  5. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  6. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  7. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  8. Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues» (5 mai 2016)
  9. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  10. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  11. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  12. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  13. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  14. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  15. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  16. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  17. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  18. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  19. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  20. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  21. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  22. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  23. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  24. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  25. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  26. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  27. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  28. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  29. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  30. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.