Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Loi électorale: implosion des alliances politiques

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 28 mai 2011
L'Assemblée nationale du Congo

Les députés de la Majorité parlementaire et ceux de l’Opposition se sont, à deux exceptions près, fondus en une « seule force politique » pour rejeter les « innovations » proposées par le gouvernement dans la précédente loi électorale. Celle de 2011, modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006 portant organisation des élections générales, a été adoptée par 363 « oui » contre 2 « abstentions » sur 365 votants. Dans une Assemblée nationale de 500 députés, dont moins de 150 sont de la minorité, la Majorité présidentielle (MP) devrait-elle s’inquiéter d’une implosion des alliances politiques ? « La fin du mandat explique leur décision », commente-t-on dans ses rangs.

L’adoption mercredi à l’Assemblée nationale de loi électorale modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006 – portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales – fait craindre une implosion des alliances politiques, tant dans la Majorité présidentielle (MP) qu’au sein de l’Opposition politique pour les prochaines élections.

« Sur les 365 députés présents dans la salle des Congrès du Palais du peuple, 363 ont voté oui, 2 se sont abstenus », a révélé le décompte final. Ils ont ainsi rejeté les deux articles qui posaient problème. Il s’agit des articles 115 (érection des 24 communes de Kinshasa en circonscriptions électorales) et 118 (mode de scrutin pour la députation).

« Comme en 2006, la loi électorale révisée maintient les 4 circonscriptions de Kinshasa qui correspondent aux 4 districts qu’elle compte dans son découpage territorial tandis que la disposition de l’article 118, qui proposait la proportionnelle avec un seuil d’éligibilité de 10% dans le mode du scrutin, a été également rejetée par la majorité des députés nationaux », se sont défendus partisans du « oui ».

Aux termes de l’article 115 originel reconduit, « la circonscription électorale pour l’élection des députés nationaux est le territoire, la ville, quatre circonscriptions par regroupement de communes pour la ville de Kinshasa ». Les « 363 » justifient le rejet de la proposition de l’érection des 24 communes de Kinshasa en circonscriptions électorales par le risque de n’y avoir que des députés Kongo (originaires du Bas-Congo), Téké, Humbu ou originaires du Bandundu. Alors que, soulignent-ils, « Kinshasa est une ville multiculturelle ».

Est également rejeté, le « seuil d’éligibilité de 10% » proposé par le gouvernement comme mode de scrutin pour la députation. Aux termes de l’article 118 adopté, « les députés nationaux sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable dans les conditions suivantes : (…) ; 2. Dans les circonscriptions ayant deux sièges à pourvoir ou plus, le vote a lieu au scrutin proportionnel de listes ouvertes à une seule voix préférentielle avec application de la règle du plus fort reste, suivant les modalités prévues à l’article 119. Toutefois, le seuil d’éligibilité d’une inscription électorale est de 10% des suffrages exprimés. Si aucune liste n’atteint ce seuil, l’application de la proportionnelle intégrale est de mise. Si une seule liste l’atteint, elle obtient d’abord un siège et le reste des sièges à pourvoir dans la circonscription sont répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle selon la règle du plus fort reste ».

LES ALLIANCES DE L’«APRES FIN MANDAT »

Le rejet par l’Assemblée nationale des innovations du gouvernement dans les articles 115 et 118 dans la loi électorale de 2006 ressemble fort à un « vote-sanction » et à un « refus au mot d’ordre » habituellement donné aux députés à l’occasion des votes stratégiques.

« On est à la fin d’un mandat et, naturellement, il y a des interrogations dans les rangs des députés. C’est ce qui justifie ce qui est arrivé. La fin du mandat explique leur décision. Les personnes se préoccupent du lendemain. Elles connaissent le présent mais ignorent l’avenir », dit-on à la Majorité présidentielle. Pour ces raisons, y estime-t-on, « tout est possible » quoiqu’il soit « trop tôt pour parler d’une quelconque implosion des alliances politiques dans les présentes circonstances ».

« Ce qui était caché, c’est cette espèce de fraude. Je pense que c’est une bonne chose que les députés réagissent de la sorte. Le peuple ne pourra que se retrouver dans ce que nous avons voté, parce que ce n’est pas à la solde de quelques individus qui voulaient nous mettre dans les conditions taillées sur mesure », selon l’Opposition politique.

En fait, relève-t-elle, « personne ne veut revivre la situation de 1990, lorsque le maréchal Mobutu avait décrété le multipartisme à trois partis politiques, constitués du Mouvement populaire de la révolution (MPR), de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et du Front des Congolais nationalistes (FCN), avant d’accepter sous la pression le multipartisme intégral ».

Elle dit avoir craint qu’« à travers le seuil d’éligibilité de 10%, on exclut les petits partis politiques et les indépendants au profit de quatre grands partis », non autrement identifiés. « Le Congolais vote les personnalités en face de lui et pas les partis politiques. Ce qui est arrivé lors du vote de la loi électorale n’est qu’un début du remodelage des alliances », croit savoir un député.

Pourtant, tout n’a pas été facile au début du débat autour de l’article 115. « Les violons ne s’étant pas accordés entre les deux camps qui s’opposaient, la question a été passée au vote qui a donné les résultats ci-après : 122 députés soutenaient la position de la commission d’ériger les communes en circonscriptions électorales, contre 149 qui s’y opposaient. Donc, les partisans du rejet l’ont emporté », a constaté la presse.

Elle a noté que « le camp de ceux qui soutenaient la position de la commission estimaient que Kinshasa étant considéré comme une ville province, ses entités devraient avoir le même statut que les territoires ruraux des provinces qui comptent chacun une circonscription électorale. En revanche, les tenants de l’antithèse relevaient le danger qu’il y avait de voir le champ électoral du député national être réduit ou mieux confondu à celui du député provincial. Car, la commune sert déjà de circonscription électorale pour les députés provinciaux ».

En attendant de connaître les conclusions du Sénat en seconde lecture de cette loi électorale, l’implosion des alliances politiques nouées en 2006 s’annonce inévitable. Mais, celles de 2011 pourraient être, comme les précédentes, un fourre-tout.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. L'élection présidentielle fixée au 23 décembre 2018 (5 novembre 2017)
  3. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  4. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  5. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  6. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  7. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  8. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  9. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  10. Violences à Kinshasa: l'UDPS avance un bilan d'environ 100 morts (22 septembre 2016)
  11. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  12. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  13. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  14. Situation très tendue à Kinshasa au deuxième jour des manifestations populaires (20 septembre 2016)
  15. Violences à Kinshasa: Evariste Boshab annonce un bilan provisoire de 17 morts (19 septembre 2016)
  16. L'Opposition républicaine de Kengo wa Dondo refuse le dialogue non inclusif (23 août 2016)
  17. Lisanga Bonganga appelle l'opposition à s'unir autour d'Etienne Tshisekedi (28 juillet 2016)
  18. Etienne Tshisekedi est rentré à Kinshasa (27 juillet 2016)
  19. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  20. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  21. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  22. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  23. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  24. Affrontements entre policiers et militants de Kyungu à Lubumbashi (11 novembre 2015)
  25. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  26. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  27. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  28. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  29. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  30. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.