Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Charles Mwando Nsimba nommé informateur

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 9 mars 2012
Charles Mwando Nsimba
Les événements politiques s’accélèrent. Le dernier en date est la désignation d’un informateur en la personne de Charles Mwambo Nsimba. Un pas vers la nomination du futur Premier ministre.

Le président de la République, Joseph Kabila Kabange, vient de désigner en date du 8 mars 2012 l’honorable Mwando Nsimba en qualité d’informateur. Le président de la République a évoqué l’article 78 de la Constitution pour justifier sa décision. La mission confiée à l’informateur est de dégager la Majorité parlementaire d’où sortira le futur Premier ministre.

Ceci dit, un pas important vient d’être franchi vers la nomination du Premier ministre qui aura la charge de constituer le nouveau gouvernement. Un événement politique qui ira certainement de pair avec l’élection du futur président de l’Assemblée nationale ainsi que la mise en place du bureau définitif de cette institution.

Charles Mwando Nsimba, député élu de Kalemie, dans le Katanga, exerçait jusque-là les fonctions de ministre de la Défense et des Anciens combattants. Agé de 76 ans, il était le vice-doyen des députés. Toutefois, c’est un chevronné de la politique depuis l’époque de Mobutu, période durant laquelle il a exercé plusieurs fonctions tant ministérielles que dans la territoriale.

Président national de l’UNADEC, parti membre de la Mouvance présidentielle, c’est à une personnalité politique éprouvée, sage, que le président de la République fait appel en vue de déblayer le terrain en prévision de la constitution du gouvernement.

Une mission cruciale

Avant toute chose, que dit l’article 78 de la Constitution : «Le président de la République nomme le Premier ministre au sein de la majorité parlementaire après consultation de celle-ci. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du gouvernement. Si une telle majorité n’existe pas, le président de la République confie une mission d’information à une personnalité en vue d’identifier une coalition. La mission d’information est de trente jours renouvelable une seule fois. Le président de la République nomme les autres membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions sur proposition du Premier ministre».

Si l’on peut se permettre d’interpréter la décision du président de la République portant nomination d’un informateur, c’est qu’en âme et conscience, le chef de l’Etat - candidat indépendant à la présidentielle 2011 comme en 2006 -, s’est rendu à l’évidence qu’aucun parti politique, fut-il de la majorité ou de l’Opposition, ne dispose «d’une majorité parlementaire». Cette hypothèse, Le Potentiel avait eu le réflexe de l’évoquer aux temps forts de la fièvre électorale en parlant «d’une coalition ou d’une cohabitation». Le but était de relever les différents cas de figure susceptibles de mieux orienter les calculs politiques. Les faits sont en train de se confirmer. Et le pésident de la République ne veut pas «d’une majorité fabriquée, virtuelle, débridée», mais solide, responsable à même de l’accompagner dans sa lourde tâche.

Ceci dit, cette coalition devrait se faire au sein de la Mouvance présidentielle où l’on rencontre des partis comme le PPRD, PPPD, MSR, PALU, AFDC, et ARC pour ne citer que ceux-là. D’où l’importance de la mission de l’informateur de dégager avant tout cette majorité parlementaire qui permettrait au président de la République de nommer un Premier ministre. Et si cette majorité parlementaire posait problème, une cohabitation ne serait plus à écarter, avec l’Opposition. On tendrait en ces moments vers la constitution d’un «gouvernement d’union nationale». D’où la nécessité pour l’informateur de ratisser large en ne négligeant aucune piste.

Autre élément autour du choix de cette personnalité pour être informateur d’un autre parti que celui qui pourrait prétendre être le parti-phare, c’est que le président de la République envoie des signaux forts pour la constitution d’un «gouvernement d’ouverture». Question de travailler avec «des personnalités compétentes et qui ont la passion du pays», comme il le soulignait si bien dans son discours d’investiture le 20 décembre 2011. Un message fort qui fait place à plusieurs opportunités dans le but de faciliter la tâche à l’informateur. Mission cruciale et sublime tant le temps ne joue plus en faveur de la République démocratique du Congo.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. Le passeport semi-biométrique n'offre pas de garantie sécuritaire, selon le gouvernement (17 septembre 2017)
  5. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  6. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  7. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  8. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  9. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  10. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  11. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  12. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  13. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  14. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  15. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  16. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  17. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  18. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  19. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  20. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  22. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  23. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  24. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  25. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  26. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  27. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  28. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  29. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  30. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.