Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La RDC devrait enregistrer une croissance record de 7 % en 2013

Article précédant | Suivant
Banque mondiale - 12 avril 2012
Le Ministre du plan Olivier Kamitatu
Le Ministre du plan Olivier Kamitatu | Agrandir
Selon la première analyse économique approfondie réalisée par la Banque mondiale en République démocratique du Congo (RDC) en 25 ans, le pays devrait afficher une croissance annuelle de près de 7 % au cours des deux prochaines années. Le secteur des produits de base demeure cependant important, directement et indirectement, car il aide à financer la construction, le commerce et d’autres activités. À moyen terme, le maintien de la croissance et la création d’emplois dépendront de l’aptitude des pouvoirs publics à créer des conditions favorables à la mise en place des infrastructures indispensables, à améliorer le climat des affaires et à donner au secteur privé la marge de manœuvre nécessaire pour se développer et innover.

Selon la Banque, le maintien de la stabilité économique offre à ce pays d’Afrique centrale la meilleure chance en plus de 25 ans de renouer avec la prospérité et de « tourner une page dans l’histoire de son développement économique et humain ».

Le nouveau Mémorandum économique de la Banque sur la RDC, publié aujourd’hui à Kinshasa sous le titre Résilience d’un géant africain : accélérer la croissance et promouvoir l’emploi en République démocratique du Congo), indique qu’en dépit d’une croissance régulière depuis la fin du conflit, la République démocratique du Congo n’a pas encore retrouvé la paix et la prospérité. En pourcentage du produit intérieur brut (PIB), les secteurs suivants ont été les moteurs du redressement économique : commerce de gros et de détail (40 %), agriculture (24 %), extraction minière (12 %), bâtiment (11 %) et transport et communications (10 %). Il semblerait que la croissance économique, notamment dans le secteur agricole, ait été supérieure à 7 % pendant la période 2007-10, soit plus du double du chiffre officiel (3 %).

Les économistes de la Banque mondiale notent qu’après une longue guerre civile (1994-2002), le pays a connu une croissance économique moyenne de 5,8 % par an entre 2002 et 2010. En 2007, après cinq ans d’expansion, l’économie avait retrouvé ses niveaux d’avant-guerre (1994), mais la population avait augmenté de près de 50 %.

S’exprimant au nom du Gouvernement, M. Olivier Kamitatu Etsu, Ministre du plan de la République démocratique du Congo, a déclaré que l’analyse détaillée de la gouvernance administrative, politique et économique pendant les 20 dernières années permettait de mieux apprécier les facteurs qui contribuent à la situation précaire de la RDC.

« En tant que Ministre du Plan et ancien Président de l’Assemblée nationale, j’ai trouvé cet ouvrage d’autant plus intéressant qu’il appelle une revue profonded de la manière d’aborder la gestion des affaires de l’Etat. Il nous invite instamment à nous départir de nos égoïsmes, à faire fi de nos intérêts particuliers afin de privilégier la recherche du bien commun et à cultiver le sens de l’Etat », a déclaré M. Kamitatu.

La prospérité à long terme passe par une croissance économique soutenue

Selon la Banque mondiale,la croissance economique récente offre au pays la meilleure chance d’attirer l’investissement étranger, de promouvoir le commerce et d’encourager les petits agriculteurs et les entreprises à produire plus.

Avec une superficie totale de plus de 234 millions d’hectares, la RDC est le plus grand pays d’Afrique subsaharienne. Il possède la plus vaste forêt tropicale du monde, après le Brésil, et 80 millions d’hectares de terres cultivables. La RDC comptait jadis parmi les plus gros producteurs mondiaux de cuivre, de cobalt et d’or, mais faute d’exploration pendant des années, les réserves connues sont encore relativement peu exploitées. La population de la RDC, estimée aujourd’hui à quelque 71 millions d’habitants, devrait atteindre 85 millions d’habitants d’ici à 2020.

L’exploitation minière représente environ12 % du PIB mais elle occupe une place beaucoup plus grande dans l’économie en raison des entreprises et des services associés à cette activité. La Banque souligne toutefois que les recettes tirées de l’exploitation minière sont aussi une cause et un moyen de financement des conflits. Elle a egalement invité le Gouvernement à mettre en place des mesures de sauvegarde environnementale pour protéger l’un des écosystèmes les plus importants de la planète.

La mauvaise gestion économique a faussé les cycles budgétaires et monétaires et entraîné une perte de devises fortes liée à la baisse des recettes d’exportation, un effondrement du système financier et une inflation galopante – facteurs qui ont eux-mêmes pratiquement paralysé l’investissement public comme privé.

« La nouvelle analyse économique de la République démocratique du Congo met en lumière une trajectoire positive de croissance économique et de développement humain », a indiqué Eustache Ouayoro, directeur des opérations de la Banque mondiale en RDC. « Les autorités doivent cependant prendre des mesures crédibles pour promouvoir l’investissement privé à long terme, tout en assurant une croissance économique qui n’exclut personne et profite à tous les Congolais », a-t-il précisé.

Les jeunes Congolais recherchent activement des possibilités d’emploi, selon le nouveau rapport. L’ancien secteur privé, non comprises les entreprises publiques récemment privatisées, pourrait créer tout au plus 300 000 emplois, ce qui représente 1,2 % de la population active. Le reste devra se replier vers l’agriculture de subsistance ou le secteur non structuré. La situation ne s’étant pas sensiblement améliorée depuis 2006, la Banque souligne que le Gouvernement devra veiller à offrir des possibilités d’emploi aux jeunes dans tous les secteurs qui sont des pôles de croissance.

Dans le cadre de l’initiative Open Data de la Banque mondiale les autorités congolaises, les universités locales et la Banque ont créé unebase de données détaillée sur l’évolution récente de la situation économique, qui est affichée sur le site Web de la Banque mondiale dans le cadre de cette publication. En autorisant la publication de la base de données complète, les autorités congolaises démontrent leur attachement aux principes de transparence et de responsabilité.

Principes de transparence et de responsabilité

Le principal défi à relever par les autorités congolaises est d’assurer le respect des principes de transparence et de responsabilité dans tous les secteurs de l’économie, selon la Banque. Le développement a été gravement entravé au cours des quinze dernières années par le manque d’efficacité de l’administration publique. Non seulement l’état actuel de la gouvernance n’incite guère ceux qui définissent ou influencent les politiques à protéger l’intérêt public, mais il les empêche de parvenir à un consensus durable. Il faut rétablir la confiance entre la population et les investisseurs potentiels.

La RDC et la Banque mondiale

Le Mémorandum économique sur la RDC, une collaboration entre le Groupe de la Banque mondiale et les autorités congolaises, est la première analyse économique détaillée du pays en plus de 25 ans. Publié aujourd’hui à Kinshasa, le rapport met en lumière les grands défis à relever par le pays pour promouvoir une croissance et une prospérité partagées au cours des années à venir.

Le portefeuille de la Banque mondiale en RDC compte actuellement 19projets dont deux et régionaux financés par l’IDA, représentant un montant de 2, 8milliards de dollars d’engagements nets.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue en RDC (15 octobre 2015)
  3. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  4. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  5. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  6. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)
  7. Sécurité routière: la RDC classée troisième en Afrique (17 juillet 2015)
  8. Le Sénat adopte le budget 2015 revu à la hausse (11 décembre 2014)
  9. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  10. Corruption : la RDC classée 154e sur 174 pays par Transparency International (4 décembre 2014)
  11. Doing Business 2015: la RDC améliore son environnement des affaires (29 octobre 2014)
  12. Joseph Kabila dit non à Martin Köbler (2 juin 2014)
  13. Congo/Brazza : plus de 72.000 Congolais refoulés (7 mai 2014)
  14. Mystère sur les revenus du cuivre congolais malgré la hausse de la production (3 mars 2014)
  15. Joseph Kabila prend la présidence tournante du Comesa (26 février 2014)
  16. Bandundu et Equateur: l'abattage du bois n'apporte pas le développement (11 février 2014)
  17. Plusieurs blessés dans l'effondrement d'un immeuble au quartier GB à Kinshasa (14 octobre 2013)
  18. Joseph Kabila lance les travaux de construction de l'immeuble du gouvernement (2 août 2013)
  19. Réunion au Conseil de sécurité de l'ONU sur la région des Grands Lacs (25 juillet 2013)
  20. Matata Ponyo lance les travaux de construction de la nouvelle aérogare de l'aéroport de N'Djili (27 juin 2013)
  21. Matata Ponyo inaugure le guichet unique pour la création d'entreprises en RDC (3 juin 2013)
  22. « La corruption gangrène tous les secteurs économiques de la RDC » (16 mai 2013)
  23. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  24. La RDC perd une place dans le classement Doing Business 2013 de la Banque mondiale (29 octobre 2012)
  25. Le pétrole du Parc national des Virunga est à vendre (24 septembre 2012)
  26. Le gouvernement s'engage à améliorer le climat des affaires (27 août 2012)
  27. Matata Ponyo présente un budget de près de 8 milliards de dollars (22 juin 2012)
  28. Augustin Matata Ponyo nommé Premier ministre (18 avril 2012)
  29. Le Premier ministre Adolphe Muzito a démissionné (6 mars 2012)
  30. Le mot de grève d'Etienne Tshisekedi n'a pas été suivi à Matadi (30 janvier 2012)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.