Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Amnistie en RDC: l'opposition accuse le pouvoir d'avoir légiféré uniquement en faveur du M23

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 30 janvier 2014
Jean Claude Mvuemba, Président National du MPCR et député national, le 17/02/2012
Jean Claude Mvuemba, Président National du MPCR et député national, le 17/02/2012
Des députés nationaux de l’opposition politique en RD Congo accusent le pouvoir en place d’avoir « légiféré uniquement et exclusivement en faveur du M23 » dans l’élaboration et le vote de la loi d’amnistie promise par le chef de l’Etat en octobre 2013.

« Retenir l’année 2009 jusqu’à nos jours comme période devant être couverte par l’amnistie, c’est légiférer uniquement et exclusivement en faveur du M23 dont le gouvernement a déjà accepté sa reconnaissance comme parti politique alors que, de manière péremptoire, ce mouvement est déclaré force négative et ses principaux dirigeants font l’objet de poursuites et de mandats d’arrêt internationaux », dénoncent-ils dans une déclaration lue jeudi 30 janvier 2014 à Kinshasa par le député Jean-Claude Vuemba, président national du MPCR et élu de Kasangulu (Bas-Congo).

« Une loi taillée sur mesure »

Les députés nationaux membres de l’opposition, « conscients de la gravité de la situation qui se décline en guerres à répétition, en crimes contre l’humanité, en violations massives des droits de l’Homme, en viols, en prolifération des groupes armés nationaux et étrangers, s’insurgent contre une Loi taillée sur mesure comme ce fut le cas du Décret-loi n°017/2000 du 19 février 2000 portant amnistie générale, de la loui n°05-023 du 19 décembre 2005 portant amnistie pour faits de guerre, infractions politiques ou d’opinion ».

« De ce fait », ils ont alors annoncé leur « décision de suspendre leur participation aux travaux de la commission mixte PAJ-Défense et Sécurité ainsi qu’aux plénières y consacrées tant que les grandes options ne seront pas levées ».

Ils ont déploré que cette commission mixte, mise en place par l’Assemblée nationale, ait ouvert ses travaux le 27 janvier 2014 « par un débat général qui s’est malheureusement clôturé sans qu’il ne soit levé les grandes options avant d’examiner et d’adopter le texte article par article ».

Au cours dudit débat général, ont-ils rappelé, il s’est dégagé deux tendances. « La première, tout en soutenant le projet voté par le Sénat, plaide pour que le caractère infractionnel et la dimension pénale soient rétroactivement enlevés à certains faits commis depuis 2001 au lieu de 2003 (voté par le Sénat) ; la seconde défend l’année 2009 à nos jours comme période devant être couverte par l’amnistie, soutenant ainsi le gouvernement ».

« Attendu qu’étant en séance de travail de la commission mixte PAJ-Défense et Sécurité de ce 29 janvier 2014, contrairement à la pratique parlementaire qui veut que les grandes options fondamentales d’un projet ou d’une proposition de loi soient levées avant l’examen et le vote article par article, grande a été notre surprise de constater que le président de séance, appuyé par certains députés de la majorité, a catégoriquement refusé de respecter cette procédure », ont-ils regretté.

Dans leur entendement, cette procédure devait leur « permettre de lever l’option relative à l’étendue de la période durant laquelle les faits pénaux à amnistier ont été commis et de surcroît, ils sont allés jusqu’à proposer l’année 2009 comme celle à partir de laquelle les faits à amnistier doivent être considérés alors que cette année (2009) n’est reprise que dans le projet du gouvernement dont nous ne sommes pas saisis en violation de l’article 132 de la Constitution ».

« La discussion des projets de loi porte, devant la première Chambre saisie, sur le texte déposé par le Gouvernement. Une Chambre saisie d’un texte voté par l’autre Chambre ne délibère que sur le texte qui lui est transmis », stipule cette disposition constitutionnelle.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  4. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  5. Le passeport semi-biométrique n'offre pas de garantie sécuritaire, selon le gouvernement (17 septembre 2017)
  6. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  7. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  8. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  9. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  10. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  11. Affrontements entre policiers et militants de Kyungu à Lubumbashi (11 novembre 2015)
  12. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  13. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  14. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  15. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  16. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  17. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)
  18. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  19. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  20. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  21. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  22. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)
  23. Dialogue national : Clément Kanku invite Joseph Kabila à se prononcer « clairement » (26 juin 2015)
  24. Ne Mwanda Nsemi : «Les conditions pour des élections crédibles ne sont pas remplies» (4 juin 2015)
  25. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  26. L'Assemblée nationale retire de la loi électorale l'alinéa controversé (24 janvier 2015)
  27. La loi électorale envoyée à la commission mixte Sénat - Assemblée nationale (23 janvier 2015)
  28. Sénat : le recensement et l'identification de la population élagués de la loi électorale (23 janvier 2015)
  29. Bukavu: journée ville morte contre la loi électorale (22 janvier 2015)
  30. Loi électorale : des étudiants barricadent la nationale n°2 à Bukavu (21 janvier 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.