Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
L'opposition qualifie de « piège » la feuille de route de la Ceni

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 10 février 2014
Emery Okundji
Emery Okundji | Agrandir
Le député national Emery Okundji (opposition) a qualifié de « piège » la feuille de route électorale proposée par le président de la Commission électorale nationale (CENI), l’Abbé Apollinaire Malumalu, à l’Assemblée nationale de la RD Congo.

« La lecture de ce document révèle immédiatement des inadéquations suspectes en laissant supposer que le pays est inexorablement voué au culte de la fraude comme mode de gouvernance électorale », a-t-il déclaré lundi 10 février 2014 à Kinshasa.

Il a estimé qu’« en tant qu’agence électorale technique chargée d’appuyer la démocratie au Congo par son expertise et son caractère impartial, la CENI a obligation de crédibiliser le processus et, surtout, d’apporter le gage qui rassure le peuple dans sa quête de tourner la page d’une histoire où le pouvoir était anti peuple ».

« D’autant plus que son actuel président, l’abbé Malumalu, n’est pas n’importe quel citoyen congolais en raison de sa grande notoriété en matière électorale et des expériences accumulées sur ce terrain, il n’y a pas, pour ces raisons, d’excuses possibles pour la CENI si, au bout d’un long travail des professionnels, elle produit un document remarquable par son caractère irréaliste, anticonstitutionnel et franchement aux inclinaisons politiques tendancieuses », a-t-il soutenu.

Déposé le 30 janvier 2014 au parlement pour examen, « le document intitulé +La RDC-deux ans après les élections de 2011 : Etat des lieux et perspectives+ est une menace sérieuse pour la démocratie en RDC », a averti le député Okundji. Il a noté que « cette feuille de route, qui était censée relancer le processus électoral sans tomber dans les travers dénoncés en 2006 et 2011 a suscité une vive réprobation qui divise aujourd’hui les Congolais et compromet les chances de réussir les élections apaisées ».

« Le premier élément pertinent de l’analyse porte sur les options de la feuille de route qui propose deux scénarios possibles à l’Assemblée nationale au cas où les élections doivent se tenir en respectant tant soit peu les échéances ».

Hypothèse sur le scrutin relatif aux arriérés du cycle 2006 et 2011

« Nous retenons ici plusieurs aspects d’une feuille de route qui, non seulement viole la Constitution et la loi organique de la CENI, s’arroge le pouvoir de prolonger les mandats des Sénateurs, Députés provinciaux et Gouverneurs des provinces projetés pour 2017 », a indiqué le député Okundji.

Fustigeant la proposition du « scrutin indirect des députés contrairement à la Constitution » qui recommande le scrutin direct, il a affirmé que « le Bureau de la CENI veut pousser les députés nationaux à suggérer l’idée d’une nouvelle révision de la Constitution dont on n’ignore pas la réticence au niveau du peuple ».

Il a insisté sur le fait que, « même au nom de l’indépendance qui lui est reconnue, la CENI devra rester dans la loi et surtout se garder de la piétiner car c’est du reste la loi qui garantit cette indépendance ».

Il a fait remarquer que « l’Abbé Malumalu veut jouer au ponce Pilate en cas de non tenue des élections dans le délai en rejetant la responsabilité sur les députés ».

« En effet, a-t-il expliqué, le document de la CENI conditionne la matérialisation de sa propre feuille de route à l’opérationnalité effective de la décentralisation, du recensement de la population par le gouvernement, à l’élaboration d’un nouveau cadre légal organisant les élections à tous les échelons par le parlement ; ce qui est irréaliste ».

Hypothèse concernant la présidentielle et les législatives nationales

Au regard de tout ceci et d’autres considérations, l’opposant Okundji estime que « la feuille de route de la CENI véhicule de nombreux anachronismes » et qu’«il y a donc à craindre qu’une vaste planification de la tricherie soit en marche, malgré les arguments évoquant la justice électorale et la consolidation de l’unité et de la paix sociale pour justifier l’acharnement d’apurer les arriérés électoraux (élections provinciales et des sénateurs) contre vents et marées »

« Nous sommes en face d’une opération destinée à planifier la tricherie et, plus grave, à la consacrer en tant que mode de gouvernance électorale en RDC. Les préalables posés par la CENI sont impossibles à tenir tout simplement parce qu’aussi longtemps que le président Joseph Kabila se donnera toujours trop de temps pour nommer le gouvernement dit de +cohésion nationale+, le pays et tout ce qui en dépend, le processus électoral y compris reste bloqué », a-t-il prévenu.

Par ailleurs, a-t-il pressenti, « il se dessine lentement et sûrement les contours d’une situation qui devrait accorder un +mandat gratuit+ au président Kabila et à sa majorité institutionnelle au-delà de 2016 ».

Appel à une « plus grande vigilance »

Emery Okundji a rappelé que, « sous Ngoy Mulunda, le même folklore a été mené sans que la CENI et certains partis politiques ne se retiennent de recourir, à ciel ouvert, à tous les artifices pour faire nommer des candidats dans les institutions du pays ».

Par conséquent, il a invité « l’ensemble du peuple congolais à une plus grande vigilance pour que l’histoire malheureuse des élections de 2011 ne se répète plus ».


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. L'élection présidentielle fixée au 23 décembre 2018 (5 novembre 2017)
  3. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  4. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  5. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  6. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  7. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  8. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  9. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  10. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  11. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  12. Situation très tendue à Kinshasa au deuxième jour des manifestations populaires (20 septembre 2016)
  13. Violences à Kinshasa: Evariste Boshab annonce un bilan provisoire de 17 morts (19 septembre 2016)
  14. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  15. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  16. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  17. Ceni: l'Eglise catholique n'a pas participé à la désignation de Corneille Nangaa (22 octobre 2015)
  18. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  19. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  20. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  21. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  22. 7 partis de la Majorité Présidentielle appellent Joseph Kabila à l'alternance démocratique (15 septembre 2015)
  23. Joseph Kabila invite les Congolais « au règlement pacifique de toutes divergences politiques » (29 juin 2015)
  24. La Cenco propose le report des élections locales (28 juin 2015)
  25. Dialogue national : Clément Kanku invite Joseph Kabila à se prononcer « clairement » (26 juin 2015)
  26. Les Etats-Unis encouragent la tenue d'un dialogue politique en RDC (5 juin 2015)
  27. Ne Mwanda Nsemi : «Les conditions pour des élections crédibles ne sont pas remplies» (4 juin 2015)
  28. Consultations présidentielles: les Eglises et les chefs coutumiers prônent un dialogue pour la paix (2 juin 2015)
  29. Elections en RDC: Barack Obama insiste sur le respect de la constitution (1 avril 2015)
  30. La Ceni fixe l'élection présidentielle au 27 novembre 2016 (12 février 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.