Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Le parlement invité à avoir « le courage de dénoncer la corruption »

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 25 février 2014
US Dollar
La corruption étant considérée en RD Congo comme « une affaire nationale que tout le monde doit combattre », la société civile invite, une fois de plus, le parlement à avoir « le courage de dénoncer la corruption ».

« Il faut que le parlement ait le courage de dénoncer la corruption. Il faut des agents indépendants pour agir contre la corruption, la création d’une juridiction indépendante pour combattre la corruption », a réclamé José Mbu de la société civile.

Il s’est également insurgé contre « le silence du peuple congolais face à ce fléau », dans un exposé le week-end dernier lors d’une tribune sur « La question de la corruption en RDC : défis, enjeux et perspectives de développement durable » organisée à Kinshasa par l’Institut des stratégies pour le développement durable (ISDD) en collaboration avec la fondation Hans Seidel (F.H.S).

En fait, a renchéri le député Jean-Lucien Busa du Mouvement de libération du Congo (MLC, opposition), « la corruption affecte l’économie et le développement social, surtout quand elle atteint les élites et les acteurs politiques ».

« Pour remédier à cette situation, la solution serait de respecter la Constitution et de laisser les Cours et Tribunaux faire leur travail sans interposition politique », a-t-il recommandé.

La conférence-débat visait à « permettre au peuple congolais d’avoir une compréhension extensive de la corruption et de ses conséquences, d’élaborer les mécanismes de décryptage des manifestations objectives de corruption et des moyens appropriés de lutte ainsi que de dégager les grandes lignes de la stratégie nationale de lutte contre la corruption en ayant connaissance du cadre légal et institutionnel ».

« Commencer par le haut » pour combattre la corruption

Dans sons dernier rapport sur l’indice de perception de la corruption pour l’année 2013 publié en décembre dernier, l’ONG Transparency international avait classé la RDC à la 154ème position sur 177 pays. Le pays gagne 6 places par rapport au classement 2012.

A l’occasion de la Journée mondiale des Nations unies de lutte contre la corruption, le Comité de lutte contre la corruption au Maniema avait affirmé en décembre dernier que « la corruption est à la base de la pauvreté qui mine la RDC, ce fléau entrave ainsi le développement de ce pays ».

« Lorsque nous voulons combattre la corruption, il faut commencer par le haut. Il faut promouvoir la bonne gouvernance, punir les auteurs de corruption et faire preuve d’une volonté politique solide pour combattre la corruption. La punition, c’est le monopole de la justice. Il faut que la justice ait les moyens nécessaires de sa politique », avait soutenu son président, Raphael Upelele.

Conscients de la gravité de la situation, les secteurs public et privé ainsi que la Société civile avaient alors signé le 9 décembre 2013 un Pacte national anti-corruption, en présence du Premier ministre Augustin Matata Ponyo et de toute l’équipe gouvernementale de la RDC.

« Ce Pacte constitue un instrument majeur pour éradiquer la corruption au pays. Par le Pacte national anti-corruption, les signataires s’engagent à s’abstenir de toute forme de corruption et à inculquer à leurs organisations respectives une culture des valeurs positives. Les signataires de ce pacte ont convenu à agir de manière exemplaire en respectant l’intégrité, la transparence et la bonne gouvernance », avait expliqué à la presse la présidente de l’Initiative anti-corruption pour le secteur privé, Marie-Chantal Kaninda,

Elle avait souligné que « ce Pacte est une détermination à éduquer la population afin d’éradiquer ce fléau ». Et, d’ajouter : « Nous voulons vraiment voir la corruption être totalement être éradiquée dans ce pays ».

« Il y a des actes, dans notre culture, qui relèvent de la corruption mais que les gens trouvent normal. La corruption ne concerne pas que les autorités, mais aussi la base », avait relevé à son tour la ministre de la Justice, Wivine Mbumba. Dans son entendement, « la lutte contre ce fléau doit concerner toutes les couches sociales, la population congolaise doit éviter les pratiques de corruption ».

La corruption coûterait entre 400 et 800 millions USD à la RDC

L’ONG Transparency international, qui avait placé en 2012 la RDC au 168ème rang sur 182 des pays les plus corrompus de la planète avec un score de 2 sur 10 sur l’échelle de perception de la corruption, avait indiqué que « la corruption coûterait entre 400 et 800 millions de dollars à la RDC ».

« Le manque de volonté politique au plus haut niveau de l’Etat serait à la base de l’aggravation de la corruption en RDC, malgré les différents dispositifs de lutte contre cela », avait rapporté l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

Il avait noté qu’« en RDC, les surcoûts associés à la corruption se chiffrent entre 30 à 40% de la valeur de la transaction, alors qu’ils ne sont que de 10 à 30% dans le reste de l’Afrique ; dans le pays, 90% de l’économie est dite +informelle+ et seulement 400.000 comptes bancaires sont ouverts, pour pratiquement 70 millions d’habitants ».

« La corruption est inscrite dans les mœurs du Congo et touche toutes les strates de la société. Les chauffeurs de taxi payent régulièrement différentes +taxes+, +droits de passages+ ou +pourboires+ aux forces de sécurité congolaises. Ces pertes peuvent aller jusqu’à 60% de revenus moyens des chauffeurs de taxi », selon l’économiste congolais Oasis Kodila Tedika.

Il estimait, au niveau de l’Etat, que « 55% de recettes échappent au Trésor congolais à cause de la fraude fiscale liée à la corruption, le manque à gagner serait estimé à 800 millions de dollars, soit environ 12% du PIB du pays ».

Entraves à la bonne gouvernance

En ce qui le concerne, le gouverneur Jean Bamanisa de la province Orientale a toujours averti que « la corruption constitue la principale menace qui plane sur la bonne gouvernance, le développement économique durable, le processus démocratique et la loyauté des pratiques commerciales ».

A son avis, « notre pays ne sera pas dans une ligne de progression si la monnaie n’est pas stable, si sa population n’a pas accès à l’instruction, si la bonne gouvernance n’est pas effective, si le crédit bancaire est inaccessible, si sa justice n’est pas fiable, si son administration n’est pas efficace, juste, et exempte des pratiques de corruption ».

« Je ne voudrais pas faire un bilan, mais il est un constat amer qui rentre finalement dans les habitudes, notamment d’accepter des formes de corruption, d’achat de conscience au sein de nos administrations, de notre justice, et dans le chef de nos gouvernants. Je voudrais parler ici principalement du milieu d’affaires, donc du monde du commerce, de l’industrie et d’autres secteurs face à l’administration et à la justice et même dans son propre milieu.

« La corruption constitue la principale menace qui plane sur la bonne gouvernance, le développement économique durable, le processus démocratique et la loyauté des pratiques commerciales », avait déclaré Jean Bamanisa lors d’une réunion avec le Full Gospel.

Il avait fait remarquer que le système congolais « sera prisonnier de la mauvaise gouvernance caractérisée par la corruption » tant que :

-il sera accepté que, suivant nos coutumes, il faut toujours remercier avec des cadeaux, qu’il faut que celui qui a des moyens subvienne aux besoins du plus démunis ;

- l’Etat, sachant que les taxes sont trop nombreuses et qu’elles ne produisent pas autant de recettes au Trésor, qui ne semble recouvrir que les 1/3 mais ne reforme rien;

- l’Etat sait que payer toutes les taxes et redevances et en plus 40 % sur le bénéfice n’est pas financièrement soutenable à une entreprise. Des études ont démontré qu’une entreprise qui paye régulièrement toutes les taxes, disparaît dans sa 2ème année de vie ;

- l’Etat, par ses décideurs les plus importants, sait que des mandataires se payent sur le dos du contribuable mais se tait ou soutient ;

-tant que la justice, pilier de la démocratie et du développement, sera sous le contrôle des groupes d’influences politiques ou financiers, et que cette justice ne garantira pas aux citoyens de toutes catégories de jouir de la protection de la loi;

-l’Administration avec ses hommes ne sera pas assainie, que les procédures de fonctionnement et les performances attendues ne seront pas transparentes.


Autres articles


  1. L'Opposition républicaine de Kengo wa Dondo refuse le dialogue non inclusif (23 août 2016)
  2. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  3. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  4. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  5. 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue en RDC (15 octobre 2015)
  6. Les fondateurs du MLC soutiennent Luhaka, Kambinga et Egwake (10 décembre 2014)
  7. L'opposition dit non à tout débat sur la loi électorale (9 décembre 2014)
  8. Les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti (8 décembre 2014)
  9. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  10. Corruption : la RDC classée 154e sur 174 pays par Transparency International (4 décembre 2014)
  11. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  12. Le rapport des députés sur les expulsions des Congolais de la RDC du Congo/Brazza (13 mai 2014)
  13. Velléités de révision constitutionnelle : Jean-Lucien Busa appelle à un front du refus (9 mai 2014)
  14. Elections en RDC : l'opposition et la majorité interprètent différemment le message de John Kerry (6 mai 2014)
  15. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  16. Le MLC rejette le scrutin indirect proposé par la CENI (10 mars 2014)
  17. Les évêques catholiques opposés au scrutin indirect pour les prochaines élections (3 mars 2014)
  18. L'amnistie va couvrir les faits commis entre janvier 2006 et décembre 2013 (3 février 2014)
  19. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  20. Concertations nationales, du début à la fin, une affaire d'initiés (1 octobre 2013)
  21. Le MLC, l'UNC, l'UDPS et Alliés rejettent des « concertations nationales » à sens unique (8 août 2013)
  22. Equateur: Louis Koyagialo rend public la composition de son gouvernement (2 août 2013)
  23. Louis Alphonse Koyagialo élu gouverneur de l'Equateur (10 juin 2013)
  24. L'abbé Apollinaire Malumalu désigné président de la Ceni (7 juin 2013)
  25. « La corruption gangrène tous les secteurs économiques de la RDC » (16 mai 2013)
  26. La Cour suprême de justice valide l'élection des gouverneurs du Bas-Congo et de la Province Orientale (3 janvier 2013)
  27. Shabani, Diomi, Lumbala: l'opposition politique en débandade (25 septembre 2012)
  28. Budget 2012: pas de traces des recettes du pétrole et des mines (19 juin 2012)
  29. Kasaï-Occidental: l'Assemblée provinciale vote la déchéance du gouverneur Kabasu Babu (6 juin 2012)
  30. Aubin Minaku élu président du bureau de l'Assemblée nationale (13 avril 2012)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.