Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Le Congo/Brazza impose le « passeport », la RDC exige aux Brazzavillois le « visa » pour se rendre à Kinshasa

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 21 mai 2014
Des familles refoulées de Brazzaville cherchant à rejoindre leurs proches le 24/04/2014 à l'entrée principale de l'ex- port Onatra à Kinshasa.
Des familles refoulées de Brazzaville cherchant à rejoindre leurs proches le 24/04/2014 à l'entrée principale de l'ex- port Onatra à Kinshasa. | Agrandir
La RD Congo, obligée de réagir à chaque coup tordu reçu de la République du Congo qui a expulsé à ce jour plus de 122.500 rd Congolais depuis le 5 avril 2014,  exige désormais le « visa » aux Brazzavillois contre le « passeport » imposé par le « pays frère ».

« Par un simple coup de téléphone, le préposé de l’immigration au Beach de Brazzaville a informé samedi dernier son collègue de Kinshasa d’une nouvelle disposition concernant l’entrée des Congolais de RDC au Congo-Brazzaville. Désormais, il faudra disposer obligatoirement d’un passeport », rapporte RFI mercredi 21 mai 2014.

Relevant que « Kinshasa exige de son côté un visa », la radio française ajoute que « personne n'est épargné dans cette surenchère qui crispe considérablement les relations entre les deux pays ».

« Cette mesure, appliquée dès dimanche 18 mai, n’a pas été négociée par les deux parties. Pourtant aux termes des accords existants, les ressortissants des deux rives désireux d’aller dans l’un ou l’autre pays doivent, en plus du laissez-passer, présenter, soit un passeport, soit une carte d’identité en cours de validité », s’étonne Kinshasa.

Selon RFI, « des ressortissants congolais de RDC ont été refoulés lundi de Brazzaville parce qu'ils étaient juste porteurs de la seule carte d’électeur qui fait office de carte d’identité ».

« Réplique de Kinshasa : comme il faut obligatoirement le passeport, donc il faut aussi nécessairement un visa. Ainsi les Brazzavillois, détenteurs d'un passeport non muni de visa, ont à leur tour été refoulés de Kinshasa. Ce jeu de ping-pong se poursuit », rapporte-t-elle.

Général Ndengué : « Un Etat, ce n’est pas de l’émotion »

Dans une interview publiée le 10 mai 2014 par le journal « Le Troubadour » paraissant au Congo-Brazzaville, le général de police de deuxième classe Jean-François Ndengué et directeur général de la police congolaise, a justifié l’opération « Mbata ya Bakolo » par le fait que, « pour vivre en République du Congo, il faut respecter les lois et les règles de ce pays ».

« Ceci dit, n’oublions pas qu’il s’agit aussi de relations entre deux Etats. Un Etat, ce n’est pas de l’émotion. C’est d’abord une exigence de rationalité. Au-delà des considérations statistiques, économiques et politiques, il s’agit, pour notre Etat, d’une urgence sécuritaire. L’opération +Mbata ya Bakolo+ s’inscrit dans cette logique. Pour vivre en République du Congo, il faut respecter les lois et les règles de ce pays », a-t-il affirmé.

A la question de savoir si « cette opération unanimement approuvée par la population ne fera-t-elle pas long feu? », il a « rassuré » les populations.

« Nous n’arrêterons pas cette opération tant que nous n’en aurons pas fini avec le phénomène Kuluna et l’immigration clandestine. Certes, l’immigration zéro est une utopie. Raison de plus pour rendre permanents la maitrise des flux migratoires, le contrôle d’identité des ressortissants étrangers, l’insertion que nous voudrions réussie des étrangers qui désirent ardemment vivre dans notre pays », a-t-il expliqué.

A propos de l’« heureuse initiative d’échange et d’information faite à la demande des autorités de la République démocratique du Congo », le chef de la police du Congo a indiqué que les délégués de Kinshasa sont allés à Brazzaville « dans un souci d’information, de compréhension et d’apaisement ».

« Il en est sorti deux affirmations essentielles. La première: nos hôtes ont convenu avec nous que le travail de contrôle des ressortissants étrangers et l’expulsion de ceux trouvés en situation irrégulière, relevaient de la souveraineté du Congo-Brazzaville, que rien ne pouvait nous le contester », a-t-il déclaré.

S’agissant de « la deuxième », le général Ndengué a dit qu’« il a été décidé, de commun accord, la mise en place d’une commission d’experts (police, diplomates, experts dans les questions d’immigration, etc.) pour définir les modalités et procédures d’expulsion des ressortissants de la RDC, en situation irrégulière, du territoire du Congo-Brazzaville ».

« Nous faisions déjà cela! On met ici des formes communément décidées. Mais sachez, pour votre information, que l’ambassade de la RDC a toujours travaillé avec nous. Les ressortissants de la RDC en attente de rapatriement sont nourris et voient leur dignité et leurs droits respectés. Le grand nombre de départs relève de la décision volontaire de ceux qui pensent qu’il est bien, pour eux, de repartir à Kinshasa », a-t-il ajouté.

« Initiatives » de la RDC

Le porte-parole du gouvernement de la RD Congo, Lambert Mende Omalanga, a déclaré mercredi 30 avril 2014 à Kinshasa que « la République démocratique du Congo n’a pas à émettre un quelconque jugement sur la légitimité des motivations des autorités de Brazzaville pour agir de la sorte ;  chaque pays a le droit de faire ce qu’il pense devoir faire pour réduire la délinquance et la criminalité sur son territoire ».

Ainsi, face au refoulement massif de ses ressortissants, le gouvernement de la RDC a pris « un certain nombre d’initiatives pour obtenir de nos voisins la cessation de ces abus flagrants ».

« Il vous souviendra en effet, qu’une délégation de niveau ministériel avait effectué le voyage de Brazzaville pour s’entretenir avec les autorités gouvernementales de ce pays voisin. Une autre délégation emmenée par le ministre des Affaires étrangères avait pu remettre un message du Président Joseph Kabila à son homologue du Congo Brazzaville Denis Sassou Nguesso », a rappelé le porte-parole du gouvernement de la RDC.

Alors, « à défaut d’obtenir l’arrêt des expulsions de nos compatriotes, parce que pareille décision relève de la souveraineté des Etats », Lambert Mende a révélé les « trois points convenus » entre Kinshasa et Brazzaville.

« Il a été convenu par les deux parties, (i) que les auteurs d’abus préjudiciables aux Congolais expulsés au sein des forces de sécurité du Congo Brazzaville soient punis, (ii) que les personnes de nationalité congolaise résidant régulièrement dans ce pays voisin ne fassent plus l’objet de tracasseries illégales et, (iii) que les principes du droit international et des droits élémentaires de la personne humaine soient scrupuleusement respectés », a-t-il révélé.


Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. CHAN-2018: Nul entre les deux Congo (0-0) (11 août 2017)
  5. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  6. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  7. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  8. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  9. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  10. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  11. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  12. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  13. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  14. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  15. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  16. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  17. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  18. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  19. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  20. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  23. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  24. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  25. Suppression du visa entre Kinshasa et Brazzaville (26 septembre 2015)
  26. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)
  27. Gabriel Kyungu wa Kumwanza privé de sa garde rapprochée (21 septembre 2015)
  28. Modeste Mutinga démissionne du bureau du Sénat (18 septembre 2015)
  29. Mwando Nsimba, membre du G7, démissionne de son poste du bureau de l'Assemblée nationale (17 septembre 2015)
  30. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.