Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Fosse commune de Maluku: le défi de la transparence

Article précédant | Suivant
Le Phare - 13 avril 2015
Lambert Mende, Ministre de l'Information, Communications et Médias lors d'une Conférence de Presse à Kinshasa, le 03/01/2012. Radio Okapi/Ph. Aimé-NZINGA
Le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende Omalanga
L’affaire de la fosse commune de Maluku, où avaient été ensevelis 945 corps, dont 524 entre avril et décembre 2014 et 421 le 19 mars 2015, est toujours au cœur de l’actualité en République Démocratique du Congo. Les officiels congolais, au regard des proportions inquiétantes que commençait à prendre le dossier, ont vite fait de fournir à l’opinion tant nationale qu’internationale les données relatives aux statistiques des morts ainsi qu’aux dispositions administratives et hygiéniques prises en vue de leur inhumation.

Alors qu’ils pensaient avoir fait correctement leur part de travail, les interrogations n’ont pas cessé de s’accumuler au sujet de l’identité de ces différents morts, de leurs lieux de résidence, des causes de leurs décès, des conditions de leur enterrement dans une fosse commune, de la sous-information du public. En sus des réactions des organisations politiques et sociales nationales qui soupçonnent le pouvoir en place de n’avoir pas joué la carte de la transparence, des partenaires extérieurs paraissent eux aussi dans le doute.

Bien que tenus par le devoir de réserve, ils n’en continuent pas moins d’exiger une enquête transparente et crédible. A cet effet, l’on a appris que la Belgique est prête à mobiliser 1,5 millions d’Euros en faveur du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme, afin que toute la lumière soit faite sur le charnier de Maluku. A ce sujet, le ministre Belge des Affaires Etrangères, Didier Reynders, avait émis le vœu de voir le cimetière de Maluku sanctuarisé.

Pas plus tard que ce week-end, l’Union Européenne vient de donner de la voix, en indiquant qu’elle est prête à mettre en jeu les moyens requis pour « une enquête urgente, transparente et crédible ». On se souvient qu’en son temps, l’Ong Human Rights Watch avait souligné qu’elle attendait de prendre connaissance du rapport administratif du Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur avant de réagir. Ceux qui connaissent l’attachement de cette Ong à la vie humaine, ne se font pas d’illusion quant à son souci de voir la fosse commune de Maluku livrer ses secrets.

Ainsi, pendant que les autorités politiques et judiciaires congolaises attendent les conclusions des enquêtes des services déjà à l’œuvre sur le terrain, à savoir l’ANR (Agence Nationale des Renseignements), la Police Nationale Congolaise, la Police Scientifique, la Police Judiciaire, l’Auditorat Militaire, le Parquet près de le Tribunal de Paix de Kinkole…les partenaires extérieurs considèrent que le dossier se trouve encore au point mort. En clair, ils attendent la mise sur pied soit d’une commission d’enquête mixte comprenant des enquêteurs congolais et étrangers, soit d’une commission internationale dirigée par des enquêteurs indépendants totalement neutres.

En tous les cas, le souci qui anime présentement tout le monde est que la vérité puisse éclater dans le dossier de la fosse commune de Maluku. S’il appert qu’après examen des fiches médicales, des pièces d’identité, des certificats de décès, des permis d’inhumation, des morts restent toujours inconnus ou des renseignements concernant restent sujets à contestation, les autorités congolaises devraient se plier à la solution extrême consistant à autoriser l’exhumation des corps.

A cet effet, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, avait déjà ouvert la brèche en soulignant, lors de sa rencontre avec les animateurs des Ong nationales et internationales de défense des droits de l’homme que si cela s’avérait nécessaire, le gouvernement congolais ne s’opposerait pas à une demande d’exhumation des corps. D’aucuns pensent que dans le souci de ne laisser aucune zone d’ombre dans le dossier, il serait indiqué que l’opinion tant nationale qu’internationale sachent combien de bébés, de fœtus, d’enfants et d’adultes reposeraient dans la fosse commune de Maluku. Cet exercice pourrait fournir des réponses édifiantes sur les identités des morts et les causes de leurs décès.

C’est le lieu de relever, encore une fois, qu’une ou des enquêtes qui s’arrêteraient avant l’étape de l’exhumation des corps pourrait laisser planer le doute sur la nature anormale de la fosse commune de Maluku et sur ce que les autorités congolaises considèrent comme une opération de routine.


Autres articles


  1. Kinshasa : la Police libère les manifestants contre l'invalidation du passeport semi biométrique (20 septembre 2017)
  2. Kinshasa : la police interpelle 30 personnes qui manifestaient contre l'invalidation du passeport semi biométrique (20 septembre 2017)
  3. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  4. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  5. Violences à Kinshasa: l'UDPS avance un bilan d'environ 100 morts (22 septembre 2016)
  6. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  7. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  8. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  9. Situation très tendue à Kinshasa au deuxième jour des manifestations populaires (20 septembre 2016)
  10. Violences à Kinshasa: Evariste Boshab annonce un bilan provisoire de 17 morts (19 septembre 2016)
  11. Etienne Tshisekedi est rentré à Kinshasa (27 juillet 2016)
  12. Examen d'Etat: 64% de taux de réussite à Kinshasa (7 juillet 2016)
  13. Le général Kanyama, chef de la police de Kinshasa, sanctionné par le Trésor américain (23 juin 2016)
  14. L'opposant Katumbi condamné à 3 ans de prison pour un conflit immobilier (22 juin 2016)
  15. Marche des opposants à Goma : un mort et huit blessés (26 mai 2016)
  16. Moïse Katumbi inculpé pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat », précise le parquet (19 mai 2016)
  17. Recrutement des mercenaires: Katumbi demande une confrontation avec les personnes arrêtées (12 mai 2016)
  18. Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues» (5 mai 2016)
  19. Papa Wemba inhumé à Kinshasa (4 mai 2016)
  20. Kinshasa se transforme en Venise: spectaculaire inondation dans le quartier Des Marais (7 décembre 2015)
  21. L'opposition porte plainte pour agression lors de son meeting de N'djili (14 octobre 2015)
  22. Suppression du visa entre Kinshasa et Brazzaville (26 septembre 2015)
  23. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  24. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  25. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  26. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  27. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  28. L'Assemblée nationale retire de la loi électorale l'alinéa controversé (24 janvier 2015)
  29. Sénat : le recensement et l'identification de la population élagués de la loi électorale (23 janvier 2015)
  30. Loi électorale: les étudiants réclament la libération des personnes arrêtées à Goma (21 janvier 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.