Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Message de Joseph Kabila à la Nation : « L'heure est grave »

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 10 octobre 2008

Joseph Kabila
Devant la situation préoccupante qui prévaut actuellement en République démocratique du Congo, le président de la République, Joseph Kabila Kabange, s’est adressé hier à la nation. Sur un ton ferme qui traduit justement les moments difficiles que traverse le pays, le chef de l’Etat a souligné la gravité de la situation. Il a interpellé chaque congolais à bien prendre conscience du défi lancé à tout le peuple. L’invite par conséquent à la mobilisation générale, à la vigilance tous azimuts devant ces forces négatives qui s’acharnent à remettre en cause la volonté du souverain primaire. Saisissant cette opportunité, il a annoncé la nomination dans les prochaines heures d’un Premier ministre, chargé de former un « gouvernement de missions ». Les tâches prioritaires ont été définies. Mais auparavant, il se déclare ouvert au dialogue et prêt à coopérer avec tous les pays, particulièrement ceux de la région. Sans chantage.

Le développement de la situation sécuritaire cette dernière semaine, mettant en péril l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale, a obligé le président de la République à s’adresser hier soir jeudi à la nation. Le ton ferme de son message souligne justement la gravité de la situation au moment où le peuple congolais croyait avoir tourné une des pages tristes de son histoire : celle de la guerre.

Erreur, a dit le chef de l’Etat qui s’est référé aux bruits de bottes et de canon tant au Kivu qu’en Ituri, alors que cette dernière partie du pays était pacifiée. Il a stigmatisé alors les forces étrangères, sans les nommer, lesquelles sont déterminées à faire couler le sang du peuple congolais. Mais également certains signataires de l’Acte d’engagement de Goma, en l’occurrence le CNDP de Laurent Nkunda, qui viennent de violer les actes signés au terme de la Conférence de Goma pour recourir aux armes. Toutes ces forces négatives, tentent ainsi « de remettre en cause la volonté du souverain primaire, lançant ainsi un défi à l’ensemble du peuple congolais ».

Régissant à cet affront, le chef de l’Etat a fait remarquer que « par devoir patriotique, nous devons nous y opposer ». Aussi, s’est-il tourné vers les FARDC qui, malgré leur jeunesse, une armée en pleine restructuration et face à une guerre non conventionnelle, ont fait preuve de bravoure, de façon stoïque, résistant avec héroïsme.

« L’heure est grave », a souligné le chef de l’Etat avant d’interpeller chacun pour une vigilance sans faille. Car, a-t-il précisé, la renaissance de la République démocratique du Congo « contrarie beaucoup d’intérêts ». « Loin de tout clivage politique, comme un seul homme et en vue de préserver la paix, l’unité, unissons nos efforts pour décourager toute velléité afin de garantir la stabilité des institutions », a dit le chef de l’Etat.

OUVERTURE AU DIALOGUE

Auparavant, le président de la République a tenu à faire observer qu’il a toujours privilégié le dialogue. Cette attitude, a-t-il dit, ne constitue nullement une faiblesse. Aussi, a-t-il lancé un appel à l’Assemblée nationale, au Sénat, au Gouvernement à former un front uni pour défendre cette cause nationale qui ne peut être l’objet d’aucun marchandage. Il a invité les brebis égarées à rejoindre le Programme Amani qui demeure le seul cadre de concertations susceptible de régler tout différend. Dans le même ordre d’idées, il a interpellé la Communauté internationale à s’y impliquer davantage pour autant que la crédibilité de la mission de paix de l’Onu est sérieusement menacée alors qu’il lui revient de favoriser la cohabitation entre les peuples. Pour la République démocratique du Congo, le chef de l’Etat précise qu’il reste ouvert au dialogue et tout disposé à coopérer avec tous les pays, particulièrement ceux qui l’entourent. « Mais c’est sans chantage, dans le respect mutuel et du droit international en vue de l’amélioration de la qualité des relations », a encore dit le chef de l’Etat.

NOMINATION D’UN PREMIER MINISTRE

Ceci dit, le président de la République s’est attardé sur la nomination du futur Premier ministre après la démission de Antoine Gizenga à qui il a reconnu ses mérites politiques. A ce sujet, le chef de l’Etat a annoncé la nomination, dans les prochaines heures, d’un Premier ministre chargé de former un « gouvernement de misions ».

Il a, par conséquent circonscris ces misions : mettre fin aux poches d’insécurité en s’appuyant sur les aspects politique, diplomatique et militaire. Il a enjoint déjà le prochain gouvernement à se consacrer à la mise en ouvre des 5 Chantiers tout en prenant en compte l’amélioration des conditions salariales, sociales des travailleurs et des populations. Mais en ayant toujours à l’esprit la bonne exécution du Programme économique du gouvernement, et surtout l’accélération des réformes dans les secteurs prioritaires de l’Etat. Il s’agit de la Sécurité, la Justice, le Portefeuille de l’Etat, les Mines et Hydrocarbures, l’assainissement du secteur privé, la relance de l’Agriculture, et enfin la décentralisation.

Au demeurant, le message du chef de l’Etat à la Nation n’élude aucun aspect des moments difficiles. Le président de la République relève une fois de plus que la Rdc demeure toujours l’objet de convoitises et est au centre des enjeux régionaux et mondiaux. Que la Rdc reste ouverte au dialogue tant au plan interne qu’externe sans pour autant que les négociations soient l’objet d’un quelconque marchandage.

Il n a pas hésité à interpeller la Communauté internationale, en reconnaissant toute la gratitude pour l’assistance apportée à la République démocratique du Congo. Mais cette assistance risque d’être annihilée tant il demeure vrai que la crédibilité de la mission de paix de l’Onu est gravement menacée. Allusion faite certainement à la non requalification du mandat de la Monuc pour mieux imposer la paix et favoriser la cohabitation entre les peuples.

En d’autres termes, il revient à la Communauté internationale d’exercer une pression manifeste qui découragerait toute tendance expansionniste ou un quelconque pouvoir de domination.

En ce qui concerne les rapports dans la sous-région, Joseph Kabila a réaffirmé la volonté de la Rdc de coopérer avec tous les pays de la région, mais dans le respect du droit international pour des relations de qualité. Cependant, tout ceci ne pourrait donner des fruits qu’au regard de la dynamique interne. C’est à dire, amour patriotique, stabilité des institutions, solidarité, paix, sécurité, mise en œuvre des réformes multidisciplinaires, bonne gouvernance. Des vrais défis à relever.


Autres articles


  1. L'armée repousse une nouvelle attaque des miliciens à Uvira (28 septembre 2017)
  2. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  5. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  6. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  7. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  8. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  9. Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe (28 novembre 2014)
  10. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  11. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  12. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  13. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)
  14. Goma: marche de colère des épouses des militaires après la mort du général Bahuma (3 septembre 2014)
  15. Commandant des FARDC au Nord-Kivu, le général Bahuma est décédé (31 août 2014)
  16. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  17. Fête de l'indépendance: des milliers de militaires et policiers ont défilé à Kinshasa (30 juin 2014)
  18. Joseph Kabila place la fête de l'indépendance sous le signe d'un hommage « vibrant » aux FARDC (29 juin 2014)
  19. Nord-Kivu: accrochage entre militaires congolais et rwandais à Kabagana (11 juin 2014)
  20. L'Afrique du Sud étend la mission de ses soldats en RDC jusqu'en 2015 (25 mars 2014)
  21. Les FARDC ont pris le dernier bastion des rebelles de l'ADF à Makoyoya 3 (12 mars 2014)
  22. Les FARDC délogent les miliciens APCLS de Nyabiondo (18 février 2014)
  23. Amnistie 2014: l'ONU applaudit, les Congolais dubitatifs (6 février 2014)
  24. Assassinat de Mamadou Ndala: le gouvernement induit en erreur sur l'implication des ADF-NALU, selon Mende (22 janvier 2014)
  25. Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni (2 janvier 2014)
  26. Pas d'accord de paix avec les rebelles vaincus du M23, dit le gouvernement congolais (12 novembre 2013)
  27. Il n'y aura pas d'accord entre la RDC et le M23 à Kampala mais plutôt une déclaration, selon Mende (6 novembre 2013)
  28. Les FARDC reprennent au M23 la colline stratégique de Mbuzi (4 novembre 2013)
  29. Message de Joseph Kabila à la nation après la victoire des FARDC contre les rebelles du M23 (30 octobre 2013)
  30. Les FARDC libèrent Bunagana, le dernier bastion des rebelles du M23 (30 octobre 2013)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.