Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
10.000 pages pèsent, Bemba paie les pots cassés

Article précédant | Suivant
La Prospérité - 13 janvier 2009
Jean-Pierre Bemba

Vêtu en costume gris et cravate rayée coloriée en bleu ciel, Jean-Pierre Bemba Gombo, leader du Mouvement de Libération du Congo, ex-Vice-Président et candidat malheureux de la présidentielle 2006, comparaissait ce lundi, à la Haye, au Pays-Bas, devant trois juges de la Cour Pénale Internationale. Les audiences de confirmation des charges iront jusqu’à jeudi, avant d’ouvrir la voie à l’âpre exercice de soixante jours, pour les trois juges, d’apprécier la teneur de cinq chefs de crimes de guerre et trois chefs de crimes contre l’humanité, en vue d’un procès. La défense, elle, parle d’un non-lieu. Les victimes aspirent à leurs droits à la justice. A 46 ans, le fils de Jeannot Bemba, n’aurait jamais cru qu’il passerait plusieurs jours, voire des années, à être entendu, pour des faits dont il n’est pas directement auteur. Bemba Jean-Pierre, 1,90 m de taille, était pourtant hier, devant ses juges, trois au total, à la Haye, au Pays-Bas. Depuis son arrestation, le 24 mai 2008, dans sa résidence de Rhode-saint-genèse, l’une des banlieues huppées de Bruxelles, c’est la deuxième fois qu’il comparait. La première, c’était uniquement pour l’identification. Et, ce lundi 12 janvier, c’est la deuxième fois. Il en a jusqu’à jeudi devant les trois juges, avant qu’il ne soit fixé sur son sort. Si oui ou non, un procès sera ouvert à son encontre. Les audiences de confirmation des charges ainsi ouvertes permettent au Procureur de la Cour Pénale Internationale qui aurait déjà compulsé un dossier de 10.000 pages de pièces à conviction, pour asseoir la culpabilité de Bemba, dans une affaire qui, en réalité, n’aurait pas de sens, si ses troupes dépêchées en mission, entre octobre 2002 et mars 2003, en République Centrafricaine à la rescousse de l’ex-Président Ange-Félix Patassé, n’y avaient pas commis d’actes jugés criminels par Luis Moreno Ocampo. Quand bien même il n’aurait pas été dans la chaîne de commandement lors de la commission de ces crimes, le Procureur de la CPI s’obstine à croire que c’est sur Bemba et non sur quelqu’un d’autre, que doit peser la responsabilité de ces actes. Pour l’essentiel, Luis Moreno Ocampo retient cinq crimes de guerre et trois crimes contre l’humanité. Endéans soixante jours, à compter de ce jeudi, après les audiences de confirmation des charges, les trois juges, siégeant en vertu de la compétence de leur Chambre préliminaire, ont la latitude d’examiner, à fond, ce dossier en vue de confirmer et/ou d’infirmer le procès contre Jean-Pierre Bemba. Hier, en effet, le Procureur Fatou Bensouda, devant un Bemba serein et mâchouillant sans cesse, est revenu sur la gravité des faits. « Jean-Pierre Bemba voulait traumatiser et terroriser la population afin de la décourager de soutenir les rebelles. Il a utilisé les viols comme arme de guerre, les viols des mères en présence de leurs enfants et d’enfants devant leurs parents forcés à regarder », a-t-il accusé, pour entraîner les juges, dans ses convictions suicidaires contre Bemba. Alors que Patassé et Bozizé fument le calumet de la paix en Centrafrique et circulent librement, Bemba, le mari de Lilia Texeira, du nom de son père, un portugais, serait sur le point de payer les pots cassés. Ses avocats plaident tout simplement non coupable et parlent d’un non-lieu. Le Mouvement de Libération du Congo, son propre parti politique, clame son innocence et dénonce la politisation de la Cour Pénale Internationale. Les victimes dont une représentante a été autorisée à participer à la procédure aspirent, quant à elles, à la reconnaissance de leurs droits à la justice et à la vérité. Ce procès se veut long. Tant, ses contours sont flous et complexes. D’une manière générale, l’on ne saurait pas l’épuiser, sans un jour entendre Ange-Félix Patassé et François Bozize, un ex-rebelle devenu Président Centrafricain. Les uns et autres ont une part de vérité à brandir, dans cette affaire qui ne fait que commencer. Les uns, pour avoir été au pouvoir, au moment de l’arrivée des troupes du Mlc. Et, les autres, pour avoir été dans la rébellion, au même moment. Ce procès est donc un procès à multiples rebondissements. Luis Moreno Ocampo saura-t-il attraper toutes les personnalités inscrites, dans sa petite liste noire ? L’histoire sera longue mais pas populaire.


Autres articles


  1. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  2. Bemba-Luhaka : le divorce consommé (15 décembre 2014)
  3. Les fondateurs du MLC soutiennent Luhaka, Kambinga et Egwake (10 décembre 2014)
  4. Les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti (8 décembre 2014)
  5. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  6. Germain Katanga condamné à 12 ans de prison par la CPI (23 mai 2014)
  7. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  8. Des ONG appellent la CPI à poursuivre aussi les auteurs de crimes dans les Kivu (13 mars 2014)
  9. Le MLC rejette le scrutin indirect proposé par la CENI (10 mars 2014)
  10. Le procureur de la CPI accuse Bosco Ntaganda de crimes « ethniques » en RDC (10 février 2014)
  11. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  12. Shabani, Diomi, Lumbala: l'opposition politique en débandade (25 septembre 2012)
  13. Un nouveau paysage politique se dessine après les lêgislatives de 2011 (3 février 2012)
  14. Joseph Kabila réélu président de la République démocratique du Congo (9 décembre 2011)
  15. Vital Kamerhe désapprouve la stratégie de candidature unique de l'opposition (19 novembre 2011)
  16. Tshisekedi-Kengo-Kamerhe: des intérêts divergents (6 octobre 2011)
  17. Les présidentiables en croisade à l'étranger (5 octobre 2011)
  18. Tshisekedi et Kengo plaident pour une candidature commune de l'opposition (30 septembre 2011)
  19. Etienne Tshisekedi rencontre Jean-Pierre Bemba à La Haye (29 septembre 2011)
  20. Douze candidats dans la course à la présidentielle de novembre (12 septembre 2011)
  21. Présidentielle 2011: Nzanga Mobutu et Vital Kamerhe déposent leurs candidatures (7 septembre 2011)
  22. Présidentielle 2011: Etienne Tshisekedi dépose sa candidature (6 septembre 2011)
  23. Tshisekedi prend de vitesse Kengo et Kamerhe (31 août 2011)
  24. Candidature commune de l'opposition, Kamerhe disposé à rencontrer Tshisekedi et Bemba (9 août 2011)
  25. Le MLC renouvelle sa confiance à Jean-Pierre Bemba (25 juillet 2011)
  26. Clément Kanku invite Tshisekedi et Kamerhe à fumer le calumet de la paix (21 juin 2011)
  27. Crise au MLC: François Muamba intente une action en justice (5 mai 2011)
  28. Schisme au MLC (20 avril 2011)
  29. François Muamba déchu, Thomas Luhaka désigné secrétaire général du MLC (19 avril 2011)
  30. Joseph Kabila révoque Mobutu Nzanga du gouvernement (11 mars 2011)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.