Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Un retour prochain de Bemba à Kinshasa paraît de plus en plus improbable

Article précédant | Suivant
MONUC/AFP - 9 juin 2007 11:50

Un retour prochain à Kinshasa du chef de l'opposition de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba, en exil sanitaire au Portugal depuis la mi-avril, paraît de plus en plus improbable à trois jours de l'expiration de son autorisation de sortie de RDC.

En quittant Kinshasa, sous escorte de blindés de l'ONU dans la nuit du 10 au 11 avril, trois semaines après des combats sanglants entre sa garde rapprochée et l'armée régulière, l'ancien vice-président Bemba avait assuré qu'il ne partait que "quelques semaines" pour faire soigner une vieille fracture à une jambe dans une clinique de Lisbonne.


Mais alors que son autorisation officielle de sortie du territoire expire dans trois jours, le sénateur Bemba, adversaire malheureux de Joseph Kabila à la présidentielle d'octobre 2006, ne semble pas prêt de regagner son pays.

"La situation est bloquée. Il n'y a aucun dialogue entre les parties. Bemba veut des garanties de sécurité et le camp Kabila n'est pas pas prêt à la moindre concession", affirme un observateur occidental ayant requis l'anonymat.

Le président de l'ex-rébellion du Mouvement de libération du Congo (MLC) s'était réfugié le 22 mars dans une résidence de l'ambassade d'Afrique du Sud à Kinshasa, au premier jour des affrontements entre sa garde rapprochée et l'armée.

Elu sénateur en janvier, M. Bemba avait refusé de voir les soldats affectés à sa garde du temps où il était vice-président d'un gouvernement de transition (2003-2006) intégrer les rangs de l'armée régulière, estimant que sa sécurité n'était pas garantie.



Les combats à l'arme lourde au coeur de la capitale avaient fait entre 200 et 500 morts, selon des sources diplomatiques, et les troupes fidèles à l'ex-chef rebelle avaient été totalement défaites.


M. Bemba avait pu quitter la RDC après avoir obtenu du Sénat une autorisation de sortie du territoire "pour raisons médicales" de 60 jours, qui expire le 11 juin.

A partir de cette date, ses absences à la Chambre haute seront comptées et, selon le règlement intérieur du Sénat, il perdra automatiquement son mandat en cas d'absence non justifiée à plus d'un quart des séances d'une session plénière.

Mais, selon son entourage, "il n'a toujours pas de garantie de protection alors que selon l'accord du 29 octobre (passé entre les deux présidentiables le jour même du vote) prévoyait que le gagnant s'engageait à assurer une +sécurité rapprochée+ au perdant".

Le MLC devrait s'exprimer officiellement dans "quelques jours". M. Bemba se refuse pour le moment à toute déclaration.

Dans le camp Kabila, le ton est clair: "Qu'il rentre si il veut. Il aura droit aux 12 policiers prévus par le décret présidentiel (de novembre 2006) pour chacun des anciens vice-présidents", affirme un conseiller.

Pour un autre observateur, "le retour de Bemba n'arrange personne. Il est difficile de savoir s'il veut réellement lui-même rentrer, alors que la justice a demandé (en avril) la levée de son immunité parlementaire".

Contacté par l'AFP, le procureur général Tshimanga Mukeba réaffirme que "si les immunités de M. Bemba, accusé notamment d'atteinte à la sûreté de l'Etat, sont levées comme nous l'avons demandé, il sera poursuivi devant la Cour suprême de justice".

Si son exil sanitaire devenait officiellement politique, se poserait la question de l'avenir d'une opposition parlementaire décapitée et déjà très divisée, estime un analyste politique.

Au delà, c'est le devenir de la transition démocratique en RDC qui sera en question, selon cette source qui s'interroge sur la position que prendra la communauté internationale qui "a investi plus de 500 millions de dollars dans les élections" de 2006 et s'est engagée à "accompagner la reconstruction du pays" ravagé par près de cinq ans de guerre (1998-2003).


Autres articles


  1. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  2. Bemba-Luhaka : le divorce consommé (15 décembre 2014)
  3. Les fondateurs du MLC soutiennent Luhaka, Kambinga et Egwake (10 décembre 2014)
  4. Les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti (8 décembre 2014)
  5. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  6. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  7. Le MLC rejette le scrutin indirect proposé par la CENI (10 mars 2014)
  8. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  9. Shabani, Diomi, Lumbala: l'opposition politique en débandade (25 septembre 2012)
  10. Un nouveau paysage politique se dessine après les lêgislatives de 2011 (3 février 2012)
  11. Joseph Kabila réélu président de la République démocratique du Congo (9 décembre 2011)
  12. Vital Kamerhe désapprouve la stratégie de candidature unique de l'opposition (19 novembre 2011)
  13. Tshisekedi-Kengo-Kamerhe: des intérêts divergents (6 octobre 2011)
  14. Les présidentiables en croisade à l'étranger (5 octobre 2011)
  15. Tshisekedi et Kengo plaident pour une candidature commune de l'opposition (30 septembre 2011)
  16. Etienne Tshisekedi rencontre Jean-Pierre Bemba à La Haye (29 septembre 2011)
  17. Douze candidats dans la course à la présidentielle de novembre (12 septembre 2011)
  18. Présidentielle 2011: Nzanga Mobutu et Vital Kamerhe déposent leurs candidatures (7 septembre 2011)
  19. Présidentielle 2011: Etienne Tshisekedi dépose sa candidature (6 septembre 2011)
  20. Tshisekedi prend de vitesse Kengo et Kamerhe (31 août 2011)
  21. Candidature commune de l'opposition, Kamerhe disposé à rencontrer Tshisekedi et Bemba (9 août 2011)
  22. Le MLC renouvelle sa confiance à Jean-Pierre Bemba (25 juillet 2011)
  23. Clément Kanku invite Tshisekedi et Kamerhe à fumer le calumet de la paix (21 juin 2011)
  24. Crise au MLC: François Muamba intente une action en justice (5 mai 2011)
  25. Schisme au MLC (20 avril 2011)
  26. François Muamba déchu, Thomas Luhaka désigné secrétaire général du MLC (19 avril 2011)
  27. Joseph Kabila révoque Mobutu Nzanga du gouvernement (11 mars 2011)
  28. Attaque sur la résidence du président Kabila, coup d'Etat ou coup de théâtre? (1 mars 2011)
  29. Présidentielle 2011: les candidatures de l'opposition affluent (24 février 2011)
  30. Présidentielle 2011: le MLC décline l'offre de Tshisekedi (22 février 2011)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.